Tous les articles par alliancewalloniefrance

Il est temps de se mettre à table

Par Paul Mélot

Il me paraît complètement illusoire de croire à un sursaut de belgitude ! Cette idée ne peut que faire rire la Flandre : la Wallonie est hélas un fardeau qui empêche un plus grand développement de cette région ! Mal gérée par TOUS les partis depuis belle lurette, notre Wallonie ne se redresse hélas pas (comme je le montre lorsqu’il m’est permis de m’exprimer dans des exposés hélas trop confinés aux Maisons de la Laïcité, un des rares endroits où la confrontation d’idées est permise… alors que je souhaite adresser mes propos avec le plus grand pluralisme). Au contraire, le fossé se creuse encore ! Les indicateurs économiques le montrent et le monde politique occulte soigneusement cette triste réalité. Les budgets (Région et Communauté) se plantent inexorablement et l’impasse est programmée pour 2024-2025, moment où les pleins effets de la sinistre Loi de financement donneront leur pleine mesure. Lors de la campagne électorale de mai 2019, DI RUPO a déjà signalé qu’il faudra revoir la Loi de financement – SA Loi de financement- …mais en 2024 ! Quelle illusion de croire que ce que la Flandre a obtenu en 2011 d’abord, en 2014 ensuite, serait revu dans un sens favorable ! Et de plus, au moment où nous danserons devant un frigo vide ! Sans monnaie d’échange, excepté la scission de la sécu… Si la sécu n’est pas scindée, elle le sera de toute manière en 2024. Je pense que des personnes telles LABILLE et BODSON en sont convaincues et ont déjà intégré cette réalité dans leur mental. Il me semble également que le patronat wallon est sensiblement sur la même ligne.

Dans un récent article du SOIR (22/1), Vincent DE COOREBYTER qui s’interroge sur le sens à donner aux vainqueurs et perdants d’une élection, fait une comparaison qui me paraît des plus pertinentes : quand deux états sont en conflit, les intérêts s’affrontent alors que chacun dispose de sa propre organisation, de sa propre constitution et seule la diplomatie peut tenter de trouver une solution. Ici, pour constituer un gouvernement, nous transposons cette logique internationale au niveau fédéral, mais nous nous heurtons alors à une constitution commune… que nous, francophones, ne voulons pas revoir (l’erreur capitale du refus d’inscrire les articles qui permettent de revoir cette même constitution avant les élections de mai 2019). Dès lors, l’issue devient de plus en plus problématique. C’est bien là où nous sommes actuellement, en y ajoutant le fossé entre les partis wallons… Il me semble donc qu’il n’y a comme seule porte de sortie que de se mettre à table avec la Flandre (et en particulier avec la N-VA) et d’y mettre à l’ordre du jour la scission du pays. Puis-je fournir un exemple du délitement de l’Etat qui entraîne l’évaporation de la Belgique ? La non-élection de Mme KHATTABI à la Cour constitutionnelle. J’emprunte encore ma source au SOIR des 1 et 2 février. Madame BOURGAUX, Constitutionnaliste de l’UMons a fait les comptes relativement à l’élection (acquise ou pas) de 12 personnes à cette Cour. Dans cinq cas, « on » a comptabilisé la majorité des deux tiers sans compter les votes blancs et nuls. Dans sept autres votes, « on » a acquis une majorité des deux tiers en comptant les votes blancs et nuls. Et dans le cas KHATTABI, elle aurait été élue (MALGRE les VOTES NEGATIFS du BELANG ET DE LA N-VA, ainsi qu’une élue OpenVLD). Comprenons donc que, pour la plus haute juridiction du pays, par absence de précision, une fois on joue une pièce, une autre fois on la joue dans l’autre sens… (et ici, je me fiche que ce soit au détriment de KHATTABI ou pas, il ne s’agit pas de la personne en question). Donc, comprenons bien que si cette juridiction, demain, devait rendre un avis sur une décision de type constitutionnel, cette décision serait entachée de contestation, au vu de la procédure… Vous avez donc bien lu qu’au sommet, amateurisme et délitement existent ! Et on voudrait fabriquer un gouvernement ? Tout cela montre bien l’état de confusion dont nous ne sommes pas capables de sortir et j’en reviens donc à ma suggestion de se mettre à table !

Dépassons l’impasse belge

Par Pierre Hazette

Publié sur le site du Vif/L’Express le 4 février 2020

L’ancien ministre MR Pierre Hazette constate l’échec de l’Etat belge. Il faut « abattre le mur » au bout de l’impasse. Et le sud du pays doit prendre son destin en mains.

Naguère engagé dans l’action politique, je répétais à chaque scrutin que la campagne électorale, c’était la fête de la démocratie.

Désenchanté, je ne tiendrais plus le même langage aujourd’hui.

Les élections de mai 2019 constatèrent une poussée considérable de l’extrême droite en Flandre et de l’extrême gauche, héritière du communisme, en Wallonie.

Huit mois après le vote, les leaders des partis, qui récusent toute possibilité de gouverner avec les extrêmes de droite et de gauche, sont enlisés dans un jeu d’exclusives réciproques que se signifient à intervalles réguliers socialistes francophones et nationalistes flamands.

Ne serait-il pas temps de conclure qu’au bout de l’impasse, il faut démolir le mur ?

La Belgique a évolué depuis les golden sixties d’un état unitaire vers la reconnaissance des communautés linguistiques et culturelles distinctes, puis vers la création des Régions et, de réforme en réforme, vers le transfert progressif de compétences importantes de l’Etat central, qui s’appelle désormais fédéral, vers les Régions et Communautés.

En 1999, une large majorité s’exprima au parlement flamand en faveur du confédéralisme.

Le Petit Robert définit ce mode de gouvernement : « union de plusieurs Etats qui s’associent tout en conservant leur souveraineté ». Depuis ce vote, il est clair que la Flandre voit son avenir comme Etat souverain. Les nationalistes ne cachent pas que ce confédéralisme est une étape vers l’indépendance. C’est aussi le projet de l’extrême droite et l’alliance de ces deux partis est aujourd’hui proche de la majorité absolue au nord du pays.

Observons encore que la crise ouverte après le scrutin de mai 2019 n’affecte que l’Etat central.

Quelle conclusion tirer, sinon que l’Etat belge en tant qu’entité représentative de l’ensemble des citoyens est incapable, faute d’un consensus interne, d’assumer cette mission, essentielle à la promotion de l’intérêt général ?

Le divorce est profond, car en face de la majorité favorable au confédéralisme, constatée il y a vingt ans au Parlement flamand, on ne trouve, ni à Bruxelles, ni en Wallonie de revendication allant dans ce sens. C’est que l’économie wallonne ne s’est pas remise de la révolution industrielle qui a fermé les charbonnages, les usines sidérurgiques, les verreries et les manufactures lainières. La Flandre a prospéré après avoir été à la traîne pendant cent trente ans. La Wallonie a, à son tour aujourd’hui, besoin d’une solidarité que la nation flamande, en voie de parachèvement, ne lui accordera plus.

Pour les francophones, le problème majeur réside autant dans le refus du confédéralisme que dans l’impossibilité d’assurer les charges de l’indépendance.

Et pourtant, abattre le mur au fond de l’impasse, c’est dire bien haut que les entreprises wallonnes de haute technologie brillent, notamment, dans le domaine de l’aéronautique et de l’armement, que l’industrie alimentaire soutenue par une eau d’une qualité exceptionnelle peut affronter toutes les concurrences que l’on aille de l’eau de Spa ou de Villé au whisky de Fexhe, en passant par les bières aussi diverses que savoureuses ou par les vins blancs, rouges ou champagnisés, que les poutres en lamellé-collé d’Etalle ont été les premiers étais de sécurisation de Notre-Dame de Paris, que les panneaux photovoltaïques ou les éoliennes ou encore l’exploitation de la biomasse mettent la Wallonie sur la voie de la transition énergétique, que dans le secteur des biotechnologies, nos universités ont ouvert la voie à des entreprises de hautes performances, confirmant la vocation de nos chercheurs et de nos entrepreneurs dans la production de médicaments.

L’optimisme n’est pas béat : il repose sur les relations fortes établies par nos Instituts d’enseignement supérieur, nos Universités, nos Facultés, d’une part, et d’autre part, nos centres hospitaliers, garants de la qualité et de la proximité des soins dispensés. La Wallonie s’est aussi inscrite dans une stratégie réussie du transport multimodal : les aéroports de Charleroi et de Liège sont connectés aux voies ferrées et autoroutes et même, pour ce qui concerne Liège, la voie d’eau fait de son port fluvial un grand d’Europe. On ajoutera, en ces moments d’inquiétude climatique, que les réserves d’eau de la Wallonie pourraient devenir richesses si les prévisions de réchauffement climatique se confirment. Le tourisme wallon se présente lui aussi sous des auspices favorables : les massifs forestiers, les vastes prairies, la fraicheur des cours d’eau sont autant d’invitations à la promenade qu’agrémenteront, par ailleurs, des découvertes archéologiques, artistiques ou gastronomiques.

Et cela étant dit et tant de choses oubliées, la Wallonie ne peut négliger ses atouts. Elle ne peut s’accommoder du pourrissement de l’Etat.

La Wallonie fait partie intégrante d’un vaste espace linguistique et culturel. C’est probablement lorsqu’elle s’en souviendra qu’elle abattra le mur du fond, tout au bout de l’impasse.

Le raisonnement est différent pour Bruxelles. La ville et les communes qui lui sont intégrées dans la structure régionale ont acquis une dimension européenne et internationale. L’union européenne et l’OTAN y ont leur siège. La diversité culturelle y est florissante. Le destin de Bruxelles n’est pas lié à celui de la Wallonie, plutôt rurale, d’où n’émerge aucune ville de plus de 300 000 habitants. Il n’est pas davantage dans le statut de capitale d’un résidu de Belgique qu’ambitionne d’être la Flandre indépendante. Washington D.C. ne serait-il pas un modèle qui pourrait séduire l’Europe ?

Quant à la Communauté germanophone, elle est entourée d’amis qui lui ouvrent les bras : la Wallonie, d’abord, puis le Grand -Duché de Luxembourg ou le Land de Rhénanie-Westphalie.

Reconnaissons-le : notre pays piétine dans ses rancoeurs, dans des échanges venimeux de reproches, dans l’impossibilité de mettre en chantier de grands projets d’avenir. La dernière œuvre commune aux deux communautés fut l’Exposition Universelle de 1958.

Sur le plateau de cette manifestation d’union nationale, la Belgique est aujourd’hui incapable de se doter d’un stade digne de nos footballers.

Ouvrons les yeux : les déficits qui se profilent dans la gestion de l’Etat central comme dans la conduite des entités fédérées nous contraignent à la lucidité.

Ils nous poussent aussi vers le précipice.

Avec la France en Europe

Pour notre Assemblée générale du 28 avril 2018, nous avions invité Pierre-Yves Dermagne et Pierre-Yves Jeholet à exprimer leur point de vue sur l’avenir de la Wallonie et de Bruxelles. Maintenant qu’il est devenu ministre-président de la Communauté française de Belgique, rebaptisée Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet se place résolument du côté de la langue française. Au point d’envisager un rapprochement avec la France ?

«Le Brexit, ou l’opportunité d’une renaissance francophone en Europe»

Le Brexit permettra peut-être à la langue française de faire son retour au premier plan au sein des institutions européennes. Ne manquons pas cette occasion.

Par Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette carte blanche a été publiée le 28 janvier 2020 sur le site du Soir.

Ce 1er février, le Brexit entre dans sa phase transitoire. Cela signifie que le Royaume-Uni continuera d’appliquer les règles de l’Union européenne jusqu’au 31 décembre 2020 mais qu’il ne sera plus représenté au sein de ses institutions. Si on doit regretter cette crise existentielle qui secoue l’édifice européen, je souhaite qu’une telle situation soit aussi vue comme une opportunité. Le Brexit, en effet, peut être l’occasion d’un retour à l’usage du multilinguisme au sein des institutions européennes ainsi que d’un retour au premier plan de l’utilisation de la langue française à travers le territoire de l’Union. Autrement dit, le Brexit pourrait coïncider avec une renaissance francophone en Europe.

En tant que ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, représentant désormais quelque 4,5 millions de Belges francophones, je considère comme étant une mission majeure, comme un devoir, le fait d’assurer la défense et le rayonnement international de notre langue, en particulier au sein des institutions et des différents États européens.

95 % des documents officiels sont en anglais

Le constat est flagrant. Selon les données fournies par les services linguistiques de l’administration européenne, la diversité et le multilinguisme qui définissent le projet originel de l’Union ont fait progressivement place à l’unilinguisme anglophone : plus de 95 % des documents du Conseil, 84 % de ceux de la Commission et 72 % des textes parlementaires sont rédigés en langue anglaise en première écriture avec une incidence cruciale sur le choix de la langue d’intervention verbale.

Or, une fois la sortie du Royaume-Uni actée, plus aucun pays de l’Union n’aura l’anglais comme langue nationale étant donné que l’Irlande a choisi l’irlandais (le gaélique) et Malte, le maltais. Dès lors, l’anglais passera de la troisième langue maternelle la plus parlée au sein de l’UE à la dix-septième.

Le retour du français comme langue d’influence

Par conséquent, une fenêtre d’opportunité s’ouvre pour celles et ceux qui souhaitent préserver et enrichir la langue française, les valeurs qu’elle incarne et la culture humaniste dont elle est un des principaux vecteurs au sein de l’Union européenne. A l’instar de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), dont la Fédération Wallonie-Bruxelles est l’un des piliers les plus importants, nous devons répondre à un double objectif : enrayer le recul du français et centrer la coopération multilatérale sur la valeur ajoutée de la Francophonie en matière culturelle mais aussi, on l’oublie trop souvent, dans le domaine économique. Aussi, j’entends inscrire la Fédération Wallonie-Bruxelles parmi les priorités ciblées par la Secrétaire générale de l’OIF : notamment celle plaçant le français comme langue d’influence dans les relations politiques et économiques internationales.

Retrouver la maîtrise et l’excellence

Pour ce faire, quoi de mieux que l’excellence ? L’école, l’enseignement, les études sont, encore et toujours, les premiers instruments pour atteindre nos objectifs et faire face aux défis à relever. Que ce soit à l’oral ou à l’écrit, nos enfants, nés sur le territoire belge ou en dehors, doivent sortir de nos établissements avec une maîtrise de la grammaire, de la conjugaison et de l’orthographe de notre langue maternelle. Il s’agit d’une condition indispensable pour favoriser leur émancipation, leur insertion sur le marché de l’emploi et, in fine, leur ascension sociale.

Place aux actions concrètes

Par ailleurs, dans le cadre intra-européen, il est fondamental de fédérer nos liens entre pays ou régions européennes francophones. Partant de cette ambition, j’ai demandé à ce que notre Représentation permanente auprès des institutions européennes, qui a notamment pour mission de valoriser et de défendre le français au sein de celles-ci, renforce ses collaborations avec la Représentation de la République française. (Nous soulignons.)

Des initiatives ont, certes, déjà été entreprises. Je pense notamment au Plaidoyer d’Erevan, en faveur de la langue française dans les institutions européennes, paraphé par les représentants de 15 membres de la Francophonie et de l’Union européenne, dont la France et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le moment est toutefois venu d’élever notre ambition, de coaliser nos énergies et de mettre à profit nos savoirs en rédigeant un plan d’action qui proposera des mesures concrètes pour la promotion de la langue française, de ses valeurs démocratiques et de sa culture universaliste au sein de nos institutions européennes.

Fierté et renaissance

Ne soyons pas naïfs, avec 67 % des citoyens européens estimant que l’anglais est la langue la plus utile dans les États membres de l’Union, la tâche ne s’annonce pas simple. Par conséquent, exhortons cette fierté de pratiquer le français, celle qui nous a si souvent manqué en Belgique francophone ! Soyons fiers que la langue de nos artistes, de nos écrivains, celle de Simenon, de Brel, ou de plus jeunes comme Stromae et Angèle, soit aussi la langue parlée dans les rues de Wallonie et de Bruxelles. Soyons fiers de cette langue française par laquelle s’expriment nos pensées, nos émotions et notre identité ! Soyons fiers de l’attractivité du français qui en fait la deuxième langue étrangère la plus souvent enseignée à travers le monde ! Soyons fiers de cet outil intellectuel qui a traversé les siècles, porteur de l’enseignement des Lumières et qui est et restera la langue de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. (Nous soulignons.) Il n’est pas surprenant dès lors, que des personnalités francophones aient occupé et occupent des fonctions de premier plan sur la scène internationale, et européenne en particulier.

La détermination et l’optimisme qui m’animent m’indiquent que nous pouvons, voire que nous devons, depuis le cœur du projet européen qu’est Bruxelles, devenir le moteur d’une renaissance francophone en Europe.

Le rendez-vous de 2030

Une chronique de Xavier Zeegers publiée ce jour dans La Libre Belgique

Depuis notre indépendance, près de 70 pays ont disparu. Doit-on s’inquiéter devant le vide fédéral qui s’incruste ?

Dans 126 mois, notre pays devrait fêter son bicentenaire. Cela semble loin mais si l’on songe à festoyer pour l’occasion, alors il faut déjà y penser en haut lieu. Est-ce le cas ?

Qui se souvient encore des dissidents soviétiques d’il y a cinquante ans ? L’historien russe Andreï Amalrik était de ceux-là. Interdit d’enseigner, il purgea une peine au goulag étant condamné comme « indigne de la confiance du peuple », avant d’être expulsé en Hollande. Il publia aussitôt en France un ouvrage au titre choc : L’Union soviétique survivra-t-elle en 1984 ? Il envisagea donc l’impensable, survenu à peine un lustre plus tôt que la réalité. Aux J.O. de la lucidité, il est donc médaillé d’or ; l’argent étant pour Emmanuel Todd avec La Chute finale en 1976, et le bronze pour Hélène Carrère d’Encausse et son Empire éclaté paru en 1978. Bernard Pivot n’invita à Apostrophes aucun de ces auteurs lors de leurs publications respectives. « Avoir raté un tel podium fut mon plus grand ratage professionnel », dit-il. On lui pardonne volontiers.

Peut-on pasticher Amalrik avec cette question sacrilège : la Belgique survivra-t-elle jusqu’en 2030 ? (Et au-delà…) J’espère pouvoir un jour saluer l’avènement de notre première reine, et ensuite (why not ?) assister au couronnement de Charles d’Angleterre, si Dieu me prête vie. Je ne suis certes pas partisan d’une monarchie qui incarnait naguère le pouvoir absolu, prétendument divin, que par bonheur nous n’avons jamais connue. La nôtre, constitutionnelle, fait partie des États de droit les plus démocratiques au monde, véritables remparts contre les dérives totalitaires. Mais il faut rester vigilant. Or j’ai en tête les mots cruels de Lionel Vandenberghe, ex-président du Comité du pèlerinage de l’Yser : « Nous n’avons jamais été heureux ensemble, alors actons cela enfin ! » Ce qu’au fond nous fîmes en douceur au fil du montage de notre lasagne institutionnelle, soupe amère où d’évidence l’on s’enlise. Très indigeste, mais paraît-il étant l’huile de notre Constitution en foie de morue. Dès 1961, elle s’articula autour d’un axe, une « frontière linguistique », administrative, mais qui devint de facto d’État. Datant de l’Empire romain, elle sépare les mondes latin et germain. « Elle aurait pu être une tirette mais ressemble désormais à une cicatrice. » Le mot est d’Herman De Croo et résume tout. Il y avait bien une alternative, celle d’un bilinguisme de Saint-Idesbald à Arlon, comme le français de Halifax à Vancouver au Canada. Mais ne rêvons pas.

Le jour de ses 18 ans, notre future reine Elisabeth a prononcé une phrase déjà historique : « Le pays pourra compter sur mon engagement. » On ne doute pas d’elle, mais sur qui pourra-t-elle compter ? Car il y a déjà une ombre : celle des invités qui se dérobèrent, lui infligeant ainsi son premier outrage. Ce n’est certes pas suffisant pour s’affoler – et ferait trop plaisir à ces goujats – au point d’envisager un vrai bye bye Belgium qui ne ferait sourire personne. Mais Melchior Wathelet senior vient de dire à La Libre que sans le statut de Bruxelles, la séparation aurait déjà été actée. D’autres le pensent aussi. Or tout se passe comme si aucun ouragan ne pouvait jamais déraciner notre pays. Impossible voyons ! Où allez-vous donc ? Mais on s’est bien moqué d’Amalrik ! Qui imaginait le retour de l’extrême droite en Europe ? Trump président ? L’Australie en feu ? Depuis notre indépendance, près de 70 pays et empires ont disparu, dépecés, engloutis. De quoi ébranler ce calme troublant devant le vide fédéral qui s’incruste, fruit d’une lassitude mâtinée de désenchantement. Pas de panique donc ? Mais voici l’avertissement d’un célèbre politologue :

Le point n’en put être éclairci

De grâce, à quoi bon tout ceci ?

Dit une abeille fort prudente,

Depuis tantôt six mois que la cause est pendante

Nous voici comme aux premiers jours

Pendant cela, le miel se gâte

Il est temps que le juge se hâte.

Jean de La Fontaine, dans : « Les frelons et les mouches à miel ».

Soyons plutôt nous-mêmes

Par VALMY

Pour Monsieur Geens, CD&V, les peuples n’existeraient que comme cobayes. La Belgique ne serait qu’une « expérience de laboratoire » pleine de richesse à l’instar du « nouvel empire européen ».

Le vice-Premier Koen Geens a tenu ce dimanche 12 janvier 2020 à Louvain un discours fédéraliste, mettant en garde contre les dangers des séparatismes qui menacent la Belgique et l’Europe.

« Lorsque la Belgique a été fondée, beaucoup pensaient que nous ne tiendrions pas plus de dix ans. Elle a pourtant grandi jusqu’à devenir l’une des expériences les plus intéressantes qui soient (ndlr : Ben tiens !). Faisons en sorte que cela continue, avec Bruxelles au centre. Cela ne nous a jamais fait de mal », a déclaré Koen Geens à l’occasion des vœux de Nouvel an du CD & V louvaniste.

Évoquant les négociations fédérales, il a reconnu que ce n’était « pas toujours simple », et que les prochains mois « ne seront pas faciles non plus ». Mais des régions comme l’Écosse, la Catalogne, le Pays basque, la Bretagne, où vivent des sentiments séparatistes forts, feraient mieux de rester membres à part entière de leur pays au sein de l’Union européenne. (Ndlr : le Pays basque et la Bretagne s’unirent à la France par des liens autres que ceux qui lièrent par la force des armées l’Irlande, l’Ecosse à l’Angleterre ainsi que les provinces flamandes et wallonnes à l’Empire germano-hispano-autrichien)

Conclusion : Donc, pour Monsieur Geens, les peuples « emprisonnés » doivent subir leurs peines injustes pour la survie de royaumes et d’empires colonisateurs en voie de disparition et pour la gloire d’une construction européenne niant l’existence et les particularités des peuples composant son espace.

Avec le CD&V, voilà bien le vrai visage de la vieille Flandre catholique toujours empreinte du passé habsbourgeois. La jeune Flandre ferait mieux de s’inspirer de Guillaume le Taciturne et de rejoindre les Pays-Bas même dans une construction fédérale ou confédérale.

Football : le Nord et le Sud

C’est un vieux projet qui revient sans cesse à la surface : la BeNeLiga, un championnat de football commun aux meilleurs clubs de Belgique et des Pays-Bas, pour élever le niveau de la compétition et, bien sûr, du moins l’espère-t-on, celui des recettes financières. En hockey sur glace, le championnat belge s’est étendu au Benelux en 2015 mais le football est un sport autrement populaire et, de ce fait, changer de cadre induirait, là plus qu’ailleurs, des effets de nature identitaire, comme s’il était plus naturel de nous associer aux Pays-Bas qu’à la France.

Il y a une dizaine d’années, quand le Standard de Liège était dirigé par Lucien D’Onofrio, il semblait clair que le club liégeois préférait se projeter dans la Ligue 1 française plutôt que dans un championnat commun avec les Pays-Bas. Le discours a changé avec Roland Duchâtelet : du temps où il était le patron du Standard, cet homme d’affaires plus flamand que liégeois était un chaud partisan de la BeNeLiga (mais, à défaut, il menaçait d’inscrire son club dans le championnat français). Depuis que Bruno Venanzi a repris le Standard de Liège, celui-ci a retrouvé son identité liégeoise et il n’est pas question, pour lui, de suivre aveuglément le patron du Club de Bruges dans son envie de BeNeLiga: « Je préfère jouer avec le Standard à Marseille plutôt que contre… Nic et Nac », a-t-il répondu en novembre passé. Ce pour quoi nous tenions à le remercier.

Monsieur le Président,

Avant d’aborder l’objet de notre lettre, permettez-nous de nous présenter brièvement. Nous animons un mouvement citoyen et pluraliste ayant pour objectif de réveiller l’identité wallonne et de réorienter la Wallonie vers la francophonie en général et vers la France en particulier. Ce mouvement a été baptisé : Alliance Wallonie-France (AWF).

La presse a rapporté votre réaction aux tentatives de créer et d’imposer aux Wallons une «BENELIGUE». Dire que vous préféreriez évoluer dans le championnat français est l’évidence même : participer à une compétition prestigieuse tirerait vers le haut le Standard de Liège et tous les clubs wallons.

C’est donc avec émotion et un réel enthousiasme que nous partageons votre opinion et nous tenions à vous en remercier.

Enfin, nous sommes heureux de constater que votre action ne se limite pas au domaine sportif. Elle se manifeste également dans vos initiatives économiques. En promouvant un partenariat professionnel avec la Chine, vous orientez la Wallonie vers le grand large et non plus seulement vers les brumes du Nord. Et de cela aussi, nous tenons à vous remercier.

Vous voyez grand pour le Standard de Liège. Nous aussi, nous voyons grand pour la Wallonie. Nous aimerions qu’elle redevienne fière d’elle-même. Nous aimerions que la Wallonie signe des traités économiques avec la France. Nous aimerions qu’elle explore les richesses de la francophonie et du reste du monde.

Nous aimerions que la Wallonie revienne dans l’Histoire.

Encore une fois, un grand merci.

Nicolas Thirion, Président de l’AWF

Evaporation, silence, aveuglement

Par Paul MÉLOT

Le climat délétère des négociations visant à former un gouvernement fédéral de la dernière chance (?) dans une Belgique en voie d’évaporation – un pays incapable de mettre sur pied un gouvernement n’est plus un Etat – occulte parfaitement une autre réalité, tout aussi dramatique : l’avenir de la Communauté française. Les rédactions, yeux fixés sur les aides à la presse, feignent de ne pas voir et prévoir l’avenir, tout comme les organisations politiques gouvernant à échéance de six mois…

Financer un « pacte » qui n’a par ailleurs d’excellent que son nom, supporter une dette de plus en plus lourde, ne pas – plus- pouvoir faire appel aux régions elles aussi exsangues (voir la désastreuse Loi de financement), être amené, demain, comme en Flandre, à réduire les budgets culturels, surtout RTBF y compris, attendre 2024 pour voir les pleins effets de la cotisation dite de « responsabilisation » des pensions (+ ou – 450 millions d’euros supplémentaires dans un budget déjà en difficulté annuelle de 700 millions d’euros!!!) : c’est comme s’il ne se passait rien…

Quand de plus en plus de voix, wallonnes surtout, vu un certain mutisme du côté de Bruxelles, déclarent que la seule issue consiste à fabriquer une Belgique à quatre régions, il faut bien sûr préciser que la fin congénitale programmée de la Communauté française lors de son accouchement aux forceps sur les fonts baptismaux n’empêcherait en rien des accords bilatéraux entre régions. Allo les partis ?????

Les carottes belges sont cuites

Par Jules GHEUDE

Rik Van Cauwelaert, l’ancien rédacteur en chef de « Knack », s’attend à des élections anticipées. Il conseille de ne réserver aucun voyage en février et mars.

Des élections anticipées, au moment où, dans le dernier sondage RTL/Le Soir, la N-VA et le Vlaams Belang sont crédités ensemble de 49,4%, soit la majorité absolue assurée au Parlement flamand.

Comment, dans ce contexte, ne pas songer à ce qu’écrivait François Perin, le 28 avril 1981, dans « La Meuse » : Cela fait des années que je pressens ce qui va arriver. Après d’éventuelles élections (…), le malheureux chef de l’État se mettre à courir après un gouvernement introuvable : la Belgique peut disparaître par implosion. Qu’est-ce qui empêcherait les Flamands de proclamer unilatéralement leur indépendance et d’affirmer leur nation ? Ils ont créé tous les instruments de leur future légitimité.

Trente- huit plus tard, nous y sommes !

Les responsables francophones ont beau répéter à l’envi qu’ils tiennent à la Belgique (qu’est-ce que cela signifie, lorsque l’on stigmatise la moitié de l’électorat flamand ?), il est plus que temps qu’ils voient la réalité en face et se mettent enfin à envisager sérieusement l’ère post-belge.

Nous avons déjà expliqué pourquoi une Wallonie indépendante et une Belgique résiduelle, sans la Flandre, ne pouvaient représenter des scénarios d’avenir pérennes et crédibles. Seule la France est susceptible d’offrir à la Wallonie une solution de survie à l’incurable mal belge.

Les élites wallonnes, nous répond-on, y sont opposées, car elles ne souhaitent pas perdre leurs prérogatives actuelles.

Comme si la France était un pays uniforme, qui serait incapable de prévoir un cadre institutionnel et juridique adapté à une collectivité territoriale qui émettrait le souhait de la rejoindre.

Comme le fait observer Jacques Lenain, haut fonctionnaire français aujourd’hui retraité : les Wallons ne devraient pas se présenter nus devant Marianne pour revêtir l’uniforme français.

Et de proposer une solution qui aurait le mérite de préserver, dans ses grandes lignes, l’héritage juridique belge tout en offrant à la Wallonie un statut particulier qui sauvegarderait ses acquis. Une « intégration-autonomie », qui ferait des Wallons des citoyens français à part entière.

Cette formule prend pleinement en compte le fait que l’État français n’est plus cet État jacobin dont certains esprits continuent d’entretenir l’idée. La Constitution française de la Ve République, largement amendée depuis 1958, fonde les bases d’une large décentralisation.

La Constitution française autorise, par son article 72, des statuts particuliers pour certains de ses territoires. En métropole, seule, présentement, la Corse bénéficie d’un tel statut (et aussi, mais avec une portée moindre, la région d’Ile de France). Souvent citée en exemple par les réunionites wallons, l’Alsace-Moselle ne jouit en fait que d’un régime local, à portée limitée.

En outre, la Constitution prévoit explicitement une différenciation des statuts des collectivités territoriales d’outre-mer, pour tenir compte des spécificités de chacune, avec la possibilité de larges transferts de compétences de l’État (articles 73 et 74). Dès lors, une très grande variété de statuts est possible, qui vont du droit commun aménagé à de véritables statuts d’autonomie. C’est ainsi le cas en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie. L’État français n’exerce pour ces territoires autonomes qu’une compétence d’attribution pour des matières expressément réservées.

Il est donc évident que la République française a les aptitudes et les capacités nécessaires pour faire vivre en son sein un statut propre à la Wallonie.

Tout cela est parfaitement réalisable, comme l’a confirmé le constitutionnaliste français Didier Maus à Jacques Lenain :

Il serait parfaitement possible de créer un titre spécial « De la Wallonie » qui contiendrait une mini constitution sur mesure pour cette région. Il en découle que, sur le fondement de cette mini-constitution, il serait parfaitement réalisable de conserver en l’état, au moins pour l’essentiel, et pour une durée à déterminer le droit belge du travail, celui de la sécurité sociale, et certains droits « connexes », des pans du droit fiscal, le droit des affaires, du commerce, etc. La Région wallonne, et aussi la région bruxelloise si la question était posée, conserveraient les compétences qui sont aujourd’hui les leurs, y compris le système éducatif, avec l’enseignement supérieur. Ce ne serait pas une difficulté de faire de la sorte puisqu’il en est déjà ainsi, même si c’est avec moins d’ampleur, dans certains territoires français, qui, selon les cas, disposent d’une sécurité sociale propre (Polynésie, Calédonie…), d’un droit du travail propre (même s’il est largement copié sur celui de la métropole), de nombre de dispositifs fiscaux particuliers, et d’autres régimes spéciaux dans divers domaines (en Corse comme outre-mer).

Concrètement, cela signifie que la législation et les institutions wallonnes pourront être intégralement conservées. Les compétences actuelles de la Région wallonne seront également maintenues, à de rares exceptions comme, par exemple, l’octroi des licences de vente d’armes. Elles seront même enrichies de la plupart des compétences exercées aujourd’hui par la Communauté française, notamment l’enseignement.

Pour ce qui est de l’enseignement, précisément, il restera de cadre juridique inchangé au jour J de l’intégration. Mais rien n’empêche que des convergences puissent advenir ultérieurement. Si, par exemple, une demande wallonne s’exprimait pour un régime de baccalauréat, elle pourrait se concrétiser via un double changement législatif, en droit wallon obligatoirement et en droit commun français si nécessaire. En fait, ce raisonnement logico-juridique vaudra pour l’ensemble des matières de compétence wallonne.

Le statut des élus wallons ainsi que les règles électorales resteront intacts. Rien n’exclut cependant des négociations ultérieures avec Paris, dans une logique de donnant-donnant.

Point capital pour la Wallonie : son financement est garanti, puisque l’Etat français reprend à son compte les transferts actuels en provenance de Flandre (quelque 7 milliards d’euros).

Pour ce qui est du droit fédéral et des institutions fédérales, coupées en deux avec la partition du pays, ils relèveront de la compétence de l’État français. Une partie sera abandonnée le jour J (ex : diplomatie, armées, droit de la nationalité et de l’immigration…), une autre le sera plus tard (ex : institutions et procédures judiciaires). Tout le reste est conservé pour une durée indéterminée (notamment le droit et les institutions de la sécurité sociale), sauf négociations, dans une logique de donnant-donnant ou de simple convergence souhaitée de part et d’autre.

La situation des ex-corps fédéraux sera envisagée secteur par secteur, mais l’intégration dans les corps homologues français devrait se faire sans licenciements, avec indemnité compensatoire si nécessaire, comme c’est la règle, et obligation éventuelle de mobilité géographique ou fonctionnelle.

Les élus « nationaux belges » deviendront des élus « nationaux français » et relèveront donc complètement du Droit français, en ce compris les règles électorales.

Mais pas de quoi s’inquiéter à cet égard. La France compte 925 élus nationaux (sénateurs et députés) pour 67 millions d’habitants. Les 11 collectivités d’outre-mer sont très surreprésentées. Pour les 3,6 millions de Wallons, cela donnerait 5%, soit 40/45 élus nationaux. Certes, il y a ce projet d’Emmanuel Macron visant à réduire de 20% l’effectif des élus nationaux. Mais cela resterait néanmoins très correct !

Aussi longtemps que la Belgique subsistera, les Wallons nourriront la fibre belge. Mais, selon un sondage réalisé par « Le Soir » et « La Voix du Nord » en 2008, 49% d’entre eux se déclaraient prêts à opter pour la France si la Belgique disparaissait.

Durant des siècles, les Savoyards et les Niçois s’étaient montrés d’une totale loyauté à l’égard de la Maison royale de Savoie (Royaume du Piémont). Mais confrontés à la perspective de faire partie d’une Italie en voie d’unification, ils se prononcèrent, à 99%, pour le ralliement à la France en 1860. Ralliement qui, deux ans plus tôt, était loin d’être acquis. Seule l’attraction de la Suisse, sur le nord de la Savoie, justifia un traitement territorial particulier, avec la création d’une grande zone franche couvrant les territoires proches de Genève et du lac Léman.

Sans doute faudra-t-il attendre qu’ils se retrouvent mis devant le fait accompli pour que les Wallons réalisent pleinement le sérieux de la situation et adaptent leur comportement en fonction du contexte socio-économique auquel ils seront alors confrontés. Une Wallonie indépendante connaîtrait une évolution à la grecque, qui ne manquerait pas d’entraîner une baisse drastique des prestations sociales. Et la grosse majorité des Bruxellois (73,9%) optent pour un statut autonome en cas de disparition de la Belgique, ce qui met à mal le rêve de certains de voir émerger cette Belgique résiduelle qualifiée de Wallo-Brux.

Il nous faut aussi écarter cet argument « belgicain » habituel, selon lequel un tel cadre d’autonomie serait refusé par les décideurs français, au motif qu’il serait susceptible de tenter d’autres régions métropolitaines.

Le cas de la Corse est volontiers cité. Comme nous l’avons rappelé, cette région dispose déjà d’un statut particulier et l’évolution qu’elle peut en attendre n’a strictement rien à voir avec le régime envisagé ici pour la Wallonie.

Les indépendantistes et autonomistes corses, qui exercent désormais le pouvoir régional, se sont contentés de réclamer à Paris plus d’argent. Des compétences nouvelles – éducatives, sanitaires, sociales… – ne les intéressent pas. Notons que la Bretagne ne réclame pas un statut particulier d’autonomie semblable à celui de la Corse. Pourquoi réclamerait-elle demain un statut calqué sur celui de la Wallonie, qui lui est bien plus étranger ?

Cet argument de la boîte de Pandore qu’un statut d’autonomie wallonne ne manquerait pas d’ouvrir n’est en fait invoqué et défendu que pour empêcher les Wallons de penser à une solution française !

Rappelons enfin qu’un sondage Ifop/ »France-Soir » organisé en 2010 indiquait que 66% des Français (75% dans les régions frontalières) seraient disposés à accueillir la Wallonie si la Belgique disparaissait.

À ceux qui soulignent l’impact financier que l’opération représenterait pour la France, Jacques Attali, l’ancien conseiller du président François Mitterrand, répond : Le prix à payer pour la France serait sûrement plus faible que ce que cela lui rapporterait. C’est un beau débat. Qu’il commence ! (sur son blog, le 9 septembre 2008)

La reprise de la quote-part wallonne de la dette belge n’aurait pas d’incidence macro-financière. La France, c’est en effet six fois la Belgique et vingt fois la Wallonie.

Dans sa dernière tribune du « Vif », intitulée « La Belgique survivra-t-elle jusqu’en l’an 2030 ? », Claude Demelenne écrit : Dans un avenir prévisible, la Belgique ne va pas être scindée en deux États indépendants. L’exemple de la Catalogne a montré que l’Union européenne mettrait son veto.

L’exemple catalan est mal choisi. Amputé de la Catalogne, soit d’un quinzième de son territoire, l’État espagnol continuerait à exister, avec sa capitale Madrid, son gouvernement et son parlement. Et il mettrait évidemment son veto à l’adhésion de la Catalogne à l’Union européenne.

Pour la Belgique, il en va tout autrement. En cas d’impossibilité, devenue insurmontable, de constituer un gouvernement belge, il n’y aura plus de pouvoir à Bruxelles pour s’opposer à la fin de l’Etat belge ou empêcher la reconnaissance d’un État flamand souverain. L’Union européenne ne pourra que constater le décès de l’État belge, du fait du divorce, et d’intégrer un nouveau membre (ou deux, ou trois).

Comme l’avait fait remarquer François Perin en 1981 : Jamais l’Europe ni l’0tan, dira-t-on, ne laisseront éclater la Belgique. Que pourraient-ils faire : débarquer les « Marines » pour nous apprendre par la France à vivre ensemble ?

L’Union européenne devra faire preuve de pragmatisme. Dans un message placé sur Facebook, Michel Hermans, professeur de Sciences politiques à l’Université de Liège, déclare : La fin de la Belgique n’est plus de la pure fiction, mais un scénario de plus en plus envisageable.

Et d’expliquer :

Les Communautés flamande et française sont largement favorables à l’Union européenne. Actuellement, on ne pourra plus accuser l’une ou l’autre Communauté, comme pour la Catalogne indépendantiste, de vouloir mettre fin à l’État belge, même si ce sont les Flamands qui sont les plus favorables à une « Nation » flamande indépendante. De toute façon, le Confédéralisme, dans un cadre légal, envisagé par une majorité politique flamande, comme solution à la subsistance de la Belgique, est quasi dépassé. Par conséquent, pour éviter une crise dans un des pays fondateurs de l’Union européenne et essayer de trouver un statut pour Bruxelles, capitale de l’Union, entre les deux grandes Régions ou Communautés, les autres membres de l’Union européenne accepteront cette évolution particulière.

Un élément important doit retenir ici notre attention. Si la Wallonie rejoint la France, la question de son appartenance à l’Union européenne est automatiquement réglée. Par ailleurs, c’est la France qui sera amenée à négocier, au nom de la Wallonie, les modalités pratiques de la scission belge, notamment l’épineux partage de la dette.

Ça casse ou ça casse

Par VALMY

La presse relate, ce 8 décembre, une « rencontre de courtoisie » entre Messieurs Magnette et De Wever.

Admettons que l’acharnement du Wallon à sauver le royaume de Belgique donne naissance à un gouvernement fédéral « belge », que va-t-il se passer à votre avis ?

a) Sans la présence du VLD et du CD&V, il s’agira d’un gouvernement « wallon » dont on peut imaginer la durée de vie.

b) Avec la présence « mathématique » du VLD et du CD&V, on peut déjà envisager des dissensions entre ailes droite et gauche dans ces deux formations dont les répercussions fragiliseront la durée de vie du gouvernement « belge ».

c) De toute façon, si Monsieur Magnette veut survivre, il n’aura d’autre choix que de mener une politique favorable à la Flandre et au Patronat de Flandre.

d) Mais si Monsieur Magnette ne peut mener sa politique de gauche, même amendée, ses partenaires wallons se devront de réagir, au moins, pour sauver leurs « meubles » sur le plan électoral régional.

Conclusion : il semblerait que, malgré sa volonté jusqu’au-boutiste, Monsieur Magnette se trouve bien devant un dilemme, comme l’envisageait Monsieur François Perin, ou cela se passe très mal ou cela se casse tout de suite. Dans les deux cas la raison du plus fort, la Flandre, sera la meilleure !

Un peu de bon sens, M. Demelenne !

Par Jacques LENAIN

L’opinion de Claude Demelenne (voir ci-après) mérite un temps d’arrêt.

D’abord, parce que, avec tant d’autres, elle accompagne la montée de la vague « pro-confédéraliste » du côté franco-belge.

Ensuite, parce qu’elle comporte deux idées fausses, deux absurdités, qu’il convient de réfuter.

1. Selon C. Demelenne, l’UE fera obstacle à la fin de l’Etat belge, comme le démontrerait le cas catalan !

Or, ça n’a rien à voir : la Catalogne, comme Etat indépendant et souverain, ne pourrait devenir membre de l’UE sans l’accord de Madrid, une capitale espagnole qui existera toujours, avec un gouvernement espagnol qui existera toujours, pour une Espagne qui existera toujours même si l’Espagne avait perdu la Catalogne ! Donc, un vrai problème pour Barcelone…

Pour la Belgique, il en ira tout autrement : puisque, en cas d’impossibilité, devenue insurmontable, de constituer un gouvernement belge, il n’y aura plus de pouvoir à « Bruxelles » pour s’opposer à la fin de l’Etat belge, ni de capitale étatique belge pour s’opposer à la reconnaissance de la Flandre comme nouvel Etat membre de l’UE (ou de la Wallonie ou de Bruxelles…). L’UE, et tous ses membres, ne pourront que se contenter de constater la fin de l’Etat belge, du fait du divorce belge; et accepter d’intégrer un nouveau membre (ou deux, ou trois).

Cette « assimilation » entre situation espagnole et situation belge, entre Madrid et Bruxelles, est donc sans fondement.

2. Selon C. Demelenne, on peut satisfaire les Flamands en scindant presque tout, y compris la Sécurité Sociale, à la satisfaction des Franco-Belges qui conserveraient la solidarité financière Nord/Sud !

C’est stupide de croire cela car pourquoi donc la Flandre continuerait-elle à financer durablement la Wallonie une fois qu’il n’y aurait plus d’institutions régaliennes et/ou sociales belges « communes » à financer ?! La Flandre financerait quoi de la Wallonie, et elle le ferait en échange de quoi ? Mystère…

Ce ne serait envisageable que pour une bien courte période transitoire, et en échange de l’abandon par la Wallonie de Bruxelles à la Flandre. Et là, par contre, la Flandre pourrait effectivement continuer à financer durablement Bruxelles, si Bruxelles se soumettait à elle ! Et il faut vraiment se forcer pour croire à une telle hypothèse !

Ensuite, comment agirait la Wallonie et la Flandre au plan international et européen si, fictivement, l’Etat belge « souverain » demeurait comme « coquille vide », alors que l’Etat flamand, bien que « quasi indépendant », n’existerait pourtant pas, juridiquement, comme Etat « souverain » (ni l’Etat wallon, ni un Etat bruxellois…). Là aussi, au mieux, ce ne pourrait être qu’un montage de courte durée. En effet, avec qui négocieraient et « traiteraient » (donc signeraient et ratifieraient des traités) les instances internationales et européennes et tous les Etats vraiment souverains, pour des affaires impliquant la Flandre ? Avec la seule Flandre (donc non « souveraine » en droit international) ou avec l’Etat belge-croupion et pourtant « souverain », ou avec les deux ? Même questionnement pour une Wallonie « quasi-indépendante » mais non « souveraine »…

Un tel « montage » serait la cause d’une multiplication à l’infini de blocages, par l’exercice multiplié du pouvoir de veto de chacun (comme il en fut pour l’affaire du CETA, au nom de la « compétence internationale » de la Wallonie en économie). Tout petit exemple concret : comment serait calculée, acceptée, partagée, versée, la contribution financière « belge » au budget de l’UE ?

« Le Parlement britannique peut tout faire, sauf changer un homme en femme. » Si, ça, c’est devenu possible ! Par contre, le Parlement britannique ne peut pas faire que le Royaume-Uni soit à la fois dehors et dedans l’UE ! De même, le Parlement et la Constitution belges ne peuvent faire que, pour la communauté internationale des Etats, la Flandre (ou la Wallonie, ou Bruxelles…) puisse être considérée comme « souveraine » en même temps que l’Etat belge, lequel serait « conservé », et dont ladite Flandre (comme la Wallonie et Bruxelles) continuerait à faire juridiquement partie !

Un peu de bon sens, M. Demelenne !