Archives pour la catégorie Editorial

AVIS IMPORTANT

L’Assemblée générale élective du samedi 3 décembre 2012 à Namur (Les Tanneurs) est reportée en raison du nombre insuffisant de candidatures.

Les membres du Conseil général élargi se réuniront toutefois pour analyser la situation de la Wallonie ainsi que la situation interne de notre mouvement.

Situation alarmante pour les écoliers de Wallonie

Par Pierre MELOT

On ne rigole plus : le rouleau compresseur belgo-flamand resserre son emprise.

  Une sombre météo linguistique risque de s’abattre à terme sur les écoliers wallons. Dernière « idée » de la ministre de l’Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles (approuvée par l’Exécutif mais non encore validée par le Parlement) : imposeret non plus proposerle cours de néerlandais dès la 3e année des écoles primaires de Wallonie (comme c’est le cas actuellement dans la Région bilingue français/néerlandais de Bruxelles et dans les communes dites « à facilités » de la frontière linguistique).

  Nuance, s’il vous plait ! Rappelons au passage – on a une furieuse tendance à l’oublier du côté de Bruxelles – que la Wallonie est, elle aussi, une Région bilingue… mais français/allemand, mille tonnerres ! Pourquoi, diable !, jeter un tel désordre dans l’ordonnancement institutionnel si délicat voulu par la Constitution ?

Une « idée » idéale ? À voir…

   En introduisant précocement, exclusivement et obligatoirement le cours de néerlandais dans la formation des tout jeunes écoliers wallons, l’objectif poursuivi par la ministre vise-t-il sans arrière-pensée ( ??? ) à les doter d’un bagage linguistique à la fois large, utile et enthousiasmant ? Trois critères indissociables à prendre en compte dans l’apprentissage d’une langue étrangère quelle qu’elle soit.

   Un bagage linguistique large. Jugez vous-mêmes de la pertinence (ou de l’indigence) de l’« idée » ministérielle, centrée sur le petit territoire belge. Dans le monde entier (8 milliards d’êtres humains), le néerlandais est la langue maternelle de quelque 24,5 millions de personnes, nous avons bien dit 24,5 millions (17,5 millions de Néerlandais, 6,5 millions de Belges flamands et environ 500 000 personnes dispersées en Amérique du sud et en Asie + quelque 500 000 autres à titre de langue seconde), soit 0,31 % de la population mondiale… Non seulement c’est très, très peu sur le plan numérique mais c’est surtout ridiculement peu en termes de diffusion sur les cinq continents.

   Par contre, ce qui fait de l’anglais (plus exactement de l’anglo-américain) la langue étrangère à connaitre par priorité, c’est le nombre de locuteurs qui le pratiquent au quotidien (1,3 milliard comme langue maternelle ou langue seconde) et surtout sa diffusion incomparable sur l’ensemble de la Planète. Ces deux atouts confèrent à l’anglais la première place parmi les langues parlées, écrites, lues et étudiées dans le monde. Une espèce de passeport universel pour son détenteur. Même les Chinois, pourtant les plus nombreux sur Terre, sont obligés d’y avoir recours pour communiquer avec les autres Terriens. Convenons-en : entre l’anglais et le néerlandais, la palme du bagage linguistique « large » revient sans le moindre doute à l’anglais.

   Un bagage linguistique utile. Certes le néerlandais peut être utile dans le cas particulier de la recherche d’un emploi à Bruxelles. L’obtenir est une chose, espérer une promotion intéressante en est une autre car la concurrence flamande est rude et vigilante. Rappelons – c’est ainsi en Belgique – que le Flamand est toujours réputé meilleur bilingue que le Wallon. Et que, pour des raisons historiques et géolinguistiques, il l’est effectivement souvent. Il n’y a qu’à écouter nos ministres, nos députés néerlandophones et francophones… et comparer. Mis à part ce point, il faut bien reconnaitre que la connaissance du néerlandais est d’une faible, voire très faible utilité en Wallonie. Et que dire dans le monde…

   En revanche, l’anglais s’impose de plus en plus dans notre quotidien, au nord et au sud et surtout à Bruxelles : voyages (tourisme, affaires, études), échanges scolaires et étudiants (programme européen Erasmus), finances et assurances, commerce, science et recherche, technologie (informatique, aviation, espace), chemins de fer, armée, marine marchande, culture, médias et communication, ONG, lobbys internationaux, politique (Parlement européen, OTAN), diplomatie… La liste est longue des domaines dans lesquels la connaissance de l’anglais tient lieu de véritable passeport mondial… et belge. Oui, oui ! En Belgique aussi, où de plus en plus d’entreprises, de services publics, d’ONG (des deux côtés de la frontière linguistique) passent à l’anglais pour leurs activités transrégionales, leurs formations, leurs colloques. À tel point que l’époque où chacun parlait sa langue en étant suffisamment compris par le partenaire allophone est pratiquement révolue : « Please go on in English ! » Et que dire des universités, francophones comme néerlandophones, qui dispensent carrément leurs cours uniquement en anglais ! Somme toute, comme le couteau suisse qui vient à votre secours dans toutes les situations, l’anglais, par sa polyvalence, vous tirera d’embarras aux quatre coins du monde.

   Un bagage linguistique enthousiasmant.Ne perdons pas de vue que les premiers concernés par cette « idée » ministérielle sont les jeunes Wallons du 21e siècle de plus en plus interconnectés, entre eux et aux réseaux mondiaux (en anglais). Leur motivation pour une langue plutôt qu’une autre est un élément capital du succès et du rendement de ce cours. Selon l’option choisie (anglais ou néerlandais), que sera ce cours pour les écoliers wallons ? Un plaisir ou un boulet ?

   Demandons-leur. Voici ce que répondent, dans leur redoutable franchise (sondages à l’appui), la majorité des écoliers wallons qui ont suivi le cours de néerlandais en 5e et 6e primaires (souvent imposé par le pouvoir organisateur) : « Nous n’aimons pas cette langue. Elle est laide (sic). Personne d’autre que les Flamands ne la parle. On a été forcés de l’apprendre. On aurait préféré l’anglais. En accord avec nos parents, nous avons choisi l’anglais pour le secondaire. » On le voit : pour bon nombre d’écoliers wallons – informés et plus matures qu’on ne le pense –, la cause est entendue : bien qu’ils aient suivi (subi ?) le cours de néerlandais à partir de la 5e primaire, il n’y aura pas (ou peu) de continuation. Ce sera l’anglais dès la 1re année du secondaire !

   La place nous manque dans le cadre de cette « causerie » pour analyser – arguments scientifiques à l’appui – l’aversion affective, esthétique et géolinguistique tranchée des écoliers wallons pour le néerlandais. Contentons-nous, en tant qu’ancien professeur de néerlandais, de faire remarquer qu’on ne peut pas leur donner entièrement tort …

Surprise et effroi dans certains cercles

   Dans le camp du pouvoir politico-linguistico-économique belgo-flamand, panique à bord : « Catastrophe ! s’y écrie-t-on. Le choix du cours de néerlandais dans les écoles de Wallonie s’effondre ! La Belgique, notre Belgique va s’écrouler. Et le pouvoir nous échapper… Il faut réagir. Vite et fort. Les Wallons doivent rentrer dans le rang. Coûte que coûte. Donnons à nos relais politiques wallons l’ordre de « s’en occuper » ! » La réaction n’a pas tardé. Dans le parti de la ministre de l’Éducation, l’injonction est tombée : « Au boulot, camarade ministre ! Un décret rectificateur, et fissa ! » En bon petit soldat, la ministre a sorti illico une décision conforme aux volontés des instances de son parti : un projet très élaboré de reprise en main des consciences wallonnes par le canal des cours de langues. Un écueil de taille, hélas pour elle !, a surgi en travers de sa route : la dure réalité ! Pas assez de « bras pédagogiques » sur le marché pour faire exécuter les ordres jupitériens. Bien avant les écoliers, les enseignants se sont détournés du néerlandais, qui cesse d’être compris à quelques lieues de Bruxelles. Que peut la ministre face à cette pénurie ? Reporter, à regret sans doute, l’application de la mesure à l’année scolaire 2027-28, dans l’espoir d’un hypothétique afflux de jeunes recrues moins néerlandophobes. Au besoin en traficotant la législation sur les titres requis, solution déjà dans les cartons. Voire en formant des professeurs en accéléré, au rabais…

D’autres risques à craindre ?

  Oh, que oui ! Manifestement, l’étau belgo-flamand se resserre autour des citoyens wallons. Déjà les mâchoires décrétales se rapprochent dangereusement de nos jeunes écoliers. Devinons-nous le piège du même ordre déjà programmé pour imposer le néerlandais à nos ados dans le secondaire ? À ce régime, quid de leur niveau de connaissances en anglais, indispensables dans l’enseignement supérieur ? Où un très grand nombre de cours ne sont plus dispensés et publiés qu’en anglais. Où la compétition internationale fait rage sur le plan des publications… en anglais.

Adresse aux élus, sous l’œil vigilant du peuple wallon

   Attention ! Le but de cette « causerie » n’est pas de « tuer » le cours de néerlandais dans les écoles de Wallonie. Il s’agit seulement et clairement de dénoncer avec force le projet d’instauration du cours de néerlandais obligatoire à partir de la 3e année primaire, et ce pour cinq raisons (au moins) :

1. cette disposition est liberticide car elle porte atteinte au libre choix des parents ;

2. cette disposition va à l’encontre du sentiment majoritaire wallon qui élève l’anglais, dans les consciences et dans les faits, au rang de langue étrangère prioritaire ;

3. à ce stade, c’est l’école primaire qui est visée : la possibilité de choisir le cours d’anglais y disparait : une erreur monumentale à court, à moyen et à long terme ;

4. il est plus que probable que la ministre (et son gouvernement) aient le projet d’étendre cette disposition à l’enseignement secondaire. Dans ce cas, l’anglais y serait autorisé mais uniquement à titre de langue étrangère seconde : l’erreur devient faute ;

5. plus grave encore, le néerlandais sera la langue étrangère unique pour les élèves du secondaire qui, dans leur cursus scolaire (partiel ou mouvementé), n’auront pas eu l’occasion de choisir une seconde langue étrangère (en l’occurrence l’anglais). Un cycle secondaire sans l’anglais dans son CV scolaire au 21e siècle, est-ce sérieux ?

   Mesdames et Messieurs les élus, la Belgique des 19e et 20e siècles n’est plus. Malgré cela, la dernière « idée » ministérielle frappe par son côté passéiste, retardataire, étriqué. Si vous persistez dans cette voie qui entend maintenir les enfants wallons dans les sentiers d’avant-hier, que seront-ils d’autres, une fois adultes, à Londres, New York ou Sydney, en Afrique ou en Asie, que de tristes handicapés linguistiques ? Cela vous importe-t-il qu’ils ne le soient pas ? Prouvez-le !

Adresse aux parents conscients et responsables

   Parents wallons, ouvrez les yeux ! Maintenant ! Des forces partisanes sont en train de vous leurrer dans les grandes largeurs. Pour très longtemps si vous n’y prenez pas garde maintenant. Leurs arguments servent d’autres intérêts que les vôtres. Majoritairement de l’autre côté de la frontière linguistique. Vers où certains partis veulent vous entrainer, en commençant par vos enfants. Ne vous laissez pas distraire de votre ligne : l’avenir de vos enfants. Qui ont le droit de vivre des jours heureux, des cours heureux à l’école. De s’y épanouir dans des formations porteuses d’avenir. Et non de se « racrapoter » sur une Belgique du passé, une Belgique qui se disloque. Pour eux et avec eux, continuez à penser « monde » ! Offrez-leur, pour toute leur vie, le meilleur outil de communication internationale qui soit : l’anglais enseigné et pratiqué le plus tôt possible : la « lingua franca » d’aujourd’hui et de demain. Ai-je tout dit ? Probablement pas, mais vous en savez assez. À vous d’agir. Maintenant !

Pierre MÉLOT

ancien professeur de néerlandais et d’allemand

ancien traducteur juré

pierre.ed.melot@gmail.com     

Le Monde au chevet de la Wallonie

Par Paul MELOT

Le journal Le Monde a publié, ce 15 novembre, un article au titre interpellant : Pour la Wallonie, l’électrochoc du risque de faillite.

N’étant pas abonné, je n’ai pas pu lire l’intégralité de l’article mais j’en devine le contenu. Ce qu’il faut retenir, c’est avant tout le fait que LE MONDE s’interroge sur le devenir de la Wallonie, donc nécessairement sur la viabilité d’une région voisine… et francophone.

Cela m’inspire trois commentaires. Au risque de me répéter, je voudrais pointer ceci :

 1) La gestion catastrophique du gouvernement wallon, du gouvernement Di Rupo et des gouvernements précédents, qui ont rendu la Wallonie exsangue au même niveau que la Grèce de 2008, AVANT les premières aides européennes. L’article du Monde rappelle le constat de Bart DE WEVER (évidemment !) MAIS cela ne doit pas faire oublier que, dès 2011, le Professeur GAZON, chiffres à l’appui (jamais contestés depuis et même corroborés par le CERPE, Université de Namur, … en Wallonie, donc !), informait l’opinion wallonne – tellement endormie – de l’état catastrophique de nos finances et d’une réelle possibilité de faillite de la Wallonie.

2) La réaction politique de Di Rupo, soucieux de réduire à rien le communiqué de BELFIUS s’inquiétant de la probable montée du PTB au vu de l’impossibilité de redressement de la Wallonie par les partis traditionnels (on a le droit de penser que le PTB ferait mieux que ceux qui ont gouverné jusqu’à maintenant mais il n’est pas certain que ce soit le sens du communiqué de Belfius). Notons aussi les réactions du même Di Rupo aux propos tenus par J.-L. Crucke qui, tout libéral social qu’il soit, n’a quand même rien d’un communiste !

3) Tout cela avec, de surcroît, les perspectives sombres d’une faillite de la Communauté française (perspectives elles aussi annoncées et un peu dévoilées, du bout des lèvres, par Daerden jr., ministre des Finances de la CF), précédant celle, presque inéluctable, de la Wallonie. Il n’y a en effet aucun lien structurel entre l’Etat fédéral et les communautés, donc, en cas de faillite, ce sont les régions de Bruxelles (francophone) et la Wallonie qui devront banquer pour sortir la Communauté française (FWB) de l’ornière financière.

A la lecture de ce qui précède, on peut donc comprendre ce qu’un article d’un journal étranger (d’un important journal français) peut susciter en réactions chez Di Rupo et d’autres, quand la presse francophone belge – puissamment aidée par les aides publiques – informe timidement ou pas du tout des risques énormes pesant sur l’avenir de la Wallonie.

Invitation

Face aux tsunamis de crises économiques, covid, inondations, Ukraine, gouvernance approximative, notre WALLONIE est bien ballottée…

Osons en parler suite à l’exposé qu’il m’est donné de produire ce MARDI  25  OCTOBRE, à 19h30, à la Maison de la Laïcité Ourthe et Aisne de Barvaux, Chainrue 7, 6940, Barvaux  (premier étage).

Je serais très honoré de votre présence amicale et m’en réjouis déjà.

Paul Mélot

Un nouveau souffle pour l’AWF

Par Cédric CHOPIN

En août, j’avais fait référence aux systèmes d’auto-organisation, qui sont souvent bien adaptés aux petites structures telles que l’AWF : sociocratie et holocratie.

1) Dans les deux cas, on a l’existence de « cercles » ou groupes de travail (« GT »), reliés entre eux de façon non-hiérarchisée.

Petite nuance : en sociocratie, les cercles s’organisent autour des personnes, autour des équipes. En holocratie, les cercles s’organisent autour des rôles, et donc du travail à réaliser.

Mais ce sont des systèmes souples, et adaptables à chaque situation.

2) Chaque cercle (je choisis l’holocratie) – correspond à un type de mission, défini par un mandat :

– un cercle est coordonné par un ou plusieurs référents (normalement 1 ou 2) ; on ne peut être référent que d’un seul cercle à la fois.

– par contre, chaque adhérent peut participer à plusieurs cercles, et s’y « inscrire » publiquement. On peut décider – ou pas – de limiter le nombre de cercles auxquels un adhérent peut participer.

– le référent est désigné sur la base du volontariat, par la procédure du consentement (si le consensus n’est pas possible). En l’absence de volontaire, une élection sans candidat est organisée.

– un cercle reçoit un mandat de la part de l’association, qui définit ses missions (« redevabilités ») pour une durée limitée (1 an maximum) ; les membres du cercle peuvent rédiger eux-mêmes le mandat, qui sera validé par consentement.

– le mandat est renouvelable tel quel, mais pas la fonction de référent !

– le mandat doit être le plus court possible (2/3 page au format A4 au maximum), et rendu disponible auprès de chaque adhérent ; le nom des référents et des « membres permanents » sont connus.

– les décisions collectives précédentes (mandats, référents…) sont prises lors d’une « réunion plénière » qui réunit un quorum d’adhérents. Attention ! Il ne s’agit pas forcément de l’assemblée générale (voir point suivant) !

3) De ce fait, certaines fonctions et réunions disparaissent – ou n’ont plus aucun rôle « opérationnel » :

– plus de fonction de président, de secrétaire, de trésorier etc.

– plus d’assemblée générale décisionnelle.

Bien sûr, si la réglementation impose aux associations l’existence de certaines activités, celles-ci sont maintenues, mais de manière purement formelle. Mais dans ce cas, ces activités « légales » n’ont plus aucun rôle dans le fonctionnement réel de l’association.

4) A l’intérieur des cercles :

– les référents coordonnent les actions à mener dans le cadre du mandat, et s’assurent que les missions définies sont menées à bien ;

– chaque adhérent inscrit dans le cercle peut prendre tout initiative en lien avec le mandat correspondant ; il en informe le référent (qui peut, évidemment, prendre également des initiatives, et en informer le cercle) ;

– les adhérents « extérieurs » à un cercle peuvent faire des propositions, ou participer ponctuellement à une action, et doivent dans ce cas en informer préalablement le référent.

5) Deux types de « réunions » (en présentiel ou à distance) :

– les « réunions plénières » sont organisées périodiquement, selon un calendrier défini à l’avance (tous les trimestres / semestres – tous les deux mois etc.), et dans des lieux également connus à l’avance (chacun est prévenu en cas de changement de date ou de lieu, avec un nombre de jours d’avance prédéfini). Le calendrier est validé par consentement lors d’une « plénière initiale ».

– une réunion plénière peut faire office d’assemblée générale, si la législation l’exige (voir ci-dessus).

– les cercles organisent eux aussi des réunions « intercalaires », avec aussi un calendrier. Les adhérents « non-inscrits » au cercle peuvent y participer (les calendriers de chaque cercle sont publics).

– en cas d’empêchement, on peut participer aux réunions par des messages ou des courriers préalables, par téléphone, visioconférence ou tout autre moyen.

Voici maintenant quelques suggestions, qui pourraient s’appliquer à l’AWF.

– Cercle « finances, adhésions, formalités légales, aspects logistiques ».

contenu du mandat : gérer les comptes bancaires, enregistrer les adhésions et envoyer les cartes, établir le compte de gestion, effectuer les tâches demandées par la législation.

Le cas échéant : réserver une salle pour les réunions plénières.

Rappeler les dates des réunions, envoyer les mèls ou courriers correspondants etc…

– Cercle « supports techniques et informatiques ».

contenu du mandat : assurer la fonction de maître toile ; gérer les aspects techniques de l’adresse mèl ; créer une adresse mèl sécurisée sur Protonmail ou tout autre système offrant les mêmes garanties ; promouvoir une culture de la sécurité numérique (qui sera très utile si les événements se précipitent ; sinon, si ça « chauffe », notre infrastructure numérique pourrait être démantelée en trois clics, messagerie comprise…) ; mettre à disposition les outils de visioconférence (de préférence sécurisés) ; donner les codes d’accès nécessaires (site internet, messageries) aux référents concernés.

– Cercle « aspects juridiques et institutionnels de la réunion ».

contenu du mandat : compiler tous les éléments juridiques (traités, articles académiques, études diverses etc…) qui seront utiles à la réunion, en faire une synthèse à destination d’un public extérieur (« grand public » ou public d’experts), préparer à cette fin un fascicule.

Prendre en compte les différents niveaux : fédéralisme belge à l’instant T ; traités internationaux relatifs aux successions d’États ; projet de Jacques Lenain sur un statut constitutionnel particulier etc…

– Cercle « analyse économique, politique et stratégique ».

contenu du mandat : réunir et diffuser en interne des informations d’ordre politique ou économique, venant des deux côtés de la frontière linguistique.

Sur la base de ces informations, prendre du recul sur l’actualité et tenter de définir des « schémas stratégiques » permettant d’inscrire l’objectif de la réunion dans le déroulé des événements.

– Cercle « inter-organisation – réseau réunioniste / réseau du mouvement wallon ».

contenu du mandat : établir des contacts et entretenir le lien avec les autres associations, ou les personnalités isolées, s’inscrivant dans le mouvement wallon, donc y compris en dehors du réunionisme.

Toutefois : les relations avec les autres collectifs réunionistes feront bien entendu l’objet d’une attention particulière.

Chercher à rédiger une « plate-forme » commune, basée sur les relations transfrontalières avec la France ; lister les projets possibles (accords bilatéraux délaissés, liaisons ferroviaires, université du Hainaut Mons-Valenciennes etc…)

– Cercle « réseau relationnel externe : Belgique, France, Pays-Bas ».

contenu du mandat : chercher à développer le « réseau » du réunionisme au-delà du mouvement wallon.

Établir et entretenir des contacts avec : des personnalités belges, françaises ou néerlandaises (monde politique, société civile, journaliste, universitaires, écrivains etc.) susceptibles d’être intéressées par le réunionisme, voire de s’engager en sa faveur « le moment venu »…

Garantir la discrétion totale aux personnes contactées (création d’un fichier sécurisé, utilisation de « noms de code » si nécessaire).

Les régions frontalières françaises feront aussi l’objet d’une attention particulière.

Le mandat pourra – le cas échéant – mettre une limite aux contacts possibles (ex. : cas du RN, ou des journalistes permanents de C-News etc.)

Voilà, je pense que c’est à peu près tout – et c’est déjà beaucoup !

Cependant, chaque « cercle » ne demande pas un investissement personnel démesuré, et peut fonctionner avec seulement quelques personnes.

L’avantage de ce type d’organisation est que chacun sait quoi faire, et sait qui doit faire quoi. Et chaque adhérent, j’insiste, peut prendre une initiative, communiquer une information, lancer une action, et ce spontanément (selon les règles décrites ci-dessus). C’est un système qui peut s’adapter au temps et aux disponibilités de chacun.

Bien sûr, les cercles ne sont pas étanches entre eux, et communiquent.

Vous pouvez transmettre ce message à tous les adhérents : c’est un sujet qui concerne le collectif, et qui doit être débattu en interne.

Je n’ai fait ici que des suggestions, qui devront être adaptées après débat.

Mais un tel système peut fonctionner – je participe à un collectif écologiste lillois qui l’utilise efficacement – et peut contribuer à tracer des perspectives nouvelles pour l’AWF.

AVIS IMPORTANT DE LA TRESORERIE de notre ALLIANCE WALLONIE FRANCE.

Plusieurs affiliés ou sympathisants ne sont pas – plus – en mesure de recevoir la petite carte de preuve de paiement d’une cotisation (retour postal du courrier de la Trésorière).

S’ils se reconnaissent dans cet avis, pourraient-ils envoyer leur nouvelle adresse postale ET informatique à notre ami Paul Mélot (paulmelot1@gmail.com).

Merci d’avance et bien cordialement.

Renée DECROISSON, Trésorière.

André Dumont est décédé

Un des plus anciens militants de la cause wallonne et réunioniste nous a quittés à l’âge de 95 ans : André DUMONT. Il était vraisemblablement le plus ancien participant au Congrès wallon de 1945 encore en vie puisqu’il y accompagna son papa René; âgé alors de 18 ans, il en était sans doute aussi l’un des plus jeunes militants. Notre président honoraire, Paul DURIEUX, lui remit, il y a quelques années, un coq wallon de cristal lors d’une assemblée générale à Liège, au Palais des Congrès.

Outre sa défense inconditionnelle de la Wallonie, il créa en 1960, avec quelques amis, le mouvement international de chorales « à cœur joie international » regroupant des centaines de milliers de militants du chant et de la paix à travers le monde.

Infatigable porteur de projets, dont l’union de notre Wallonie à la France, il fut également président des commerçants de Charleroi et de l’union des classes moyennes du Hainaut.

Nous partageons la peine de son fils Patrick, membre éminent du Bureau exécutif et du Conseil général de notre ALLIANCE WALLONIE France.

Les funérailles d’André DUMONT seront célébrées au Temple protestant de Charleroi, ce mardi 31 mai à 10h15.

Georges-Henry Simonis est décédé

L’Alliance Wallonie France apprend avec grande tristesse le décès de notre ami et affilié Georges-Henry SIMONIS, docteur en droit et magistrat honoraire, à l’âge de 74 ans, le 20 mai 2022. (Les obsèques auront lieu ce mercredi 25 mai, à 10h, à l’église de Gourdinne.)

A sa compagne et à sa famille, notre salut fraternel et nos très sincères condoléances. Nous nous souviendrons de la pertinence de ses prises de paroles, de son engagement sans faille à la cause wallonne et de son vif souhait de voir rejoindre cette chère Wallonie à la Nation française qu’il aimait tant…

Les inquiétudes de Claude Eerdekens

Le démantèlement de la Belgique est un processus lent, certes, mais, de réforme en réforme et de renoncement en renoncement, il n’est pas sûr du tout que les inévitables concessions faites à la Flandre pour retarder le moment de la séparation, soient de nature à garantir le meilleur avenir possible à la Wallonie et à ses habitants.

Voici un quart de siècle, Claude Eerdekens, alors chef de groupe socialiste à la Chambre, avait électrisé l’assemblée en déclarant que, face à la pression flamande, la Wallonie avait une autre option que de céder au chantage permanent d’une Flandre à la fois plus riche, plus nombreuse et plus consciente de ses intérêts, déjà pressée de couper le cordon (et surtout les cordons de la bourse) avec une Belgique francophone dans laquelle elle ne se reconnaissait pas.

Dès que la Belgique est devenue officiellement fédérale, en 1993, les plus hautes autorités flamandes ont réclamé le confédéralisme et la pression sur la sécurité sociale est allée crescendo, avec l’image insupportable d’une Flandre qui serait la vache à lait de la Wallonie. C’est ce genre de discours, cette accusation de défendre un fédéralisme de consommation qui, le 10 juillet 1996, fit sortir Claude Eerdekens de ses gonds. « Si vous voulez que la France se trouve aux portes de Bruxelles… », a-t-il lancé. Suffisant pour produire un emballement médiatique…

Presque vingt-six ans plus tard, le démantèlement de la Belgique se poursuit. Une 7e réforme de l’Etat est annoncée pour 2024. Claude Eerdekens nous a autorisés à publier ce qui suit.

« Il est évident que 2024 est une échéance particulièrement inquiétante.

« Comme Jules Gheude l’a exprimé début mai 2022 dans « Le Monde », un succès des partis nationalistes flamands, NVA et Belang, pourrait aboutir à ce que les Flamands partisans de l’indépendance de la Flandre soient demain majoritaires à la Chambre.

« Il y a par contre d’autres éléments qui doivent être pris en considération. Ils me font penser que le pire serait à venir.

« 1°) La Flandre est l’une des régions économiquement les plus prospères d’Europe.

« 2°) La Wallonie tente de se redresser. Toutefois, le niveau d’emplois n’est pas suffisant, malgré certains succès remarquables enregistrés dans des entreprises de pointe en lien avec nos universités.

« 3°) La santé financière très périlleuse de la FWB pourrait mettre en péril les finances wallonnes.

« Les Wallons et les Bruxellois francophones perdent de vue qu’en Belgique, les pensions des enseignants des trois régions et communautés sont payées par l’Etat fédéral. Il est vraisemblable qu’à terme, les Flamands puissent exiger que chacun doive assurer le financement des pensions.

« D’ici quelques années, sauf redressement et miracle à venir, la situation financière de la Communauté française deviendra intenable. Tout le monde en est conscient.

« 4°) Les Gouvernements actuels, tétanisés par la progression des extrémistes, le Belang en Flandre et les communistes en Belgique francophone, font tourner la planche à billets dans une course éperdue pour éviter le pire. Un jour, il faudra malgré tout rembourser cette dette à tous les créanciers de nos pouvoirs publics.

« 5°) Les pouvoirs communaux sont proches de la déconfiture par des transferts de charges du Fédéral vers le local qui épuisent ce que j’appelle « le baudet communal ».

« 6°) Les dépenses des zones de police, des zones de secours explosent.

« 7°) Au 1er janvier 2021, la perception du précompte immobilier a été régionalisée.

« L’indexation des salaires, heureusement pour le personnel communal en fonction de la hausse des prix de l’alimentation et de l’énergie, fait exploser les coûts salariaux des communes, de même que la facture énergétique.

« Les unes après les autres, les communes wallonnes vont tomber en faillite.

« Je ne pressens rien de positif pour l’avenir, même si par nature je suis optimiste.

« Il serait du devoir de tous les politiques d’oser dire la vérité aux citoyens sur la gravité de la situation financière de notre Pays, de la Région, de la FWB et de nos communes et provinces.

« En conclusion, je partage le sentiment qu’en 2024 et dans les années qui suivront, face à la progression des indépendantistes en Flandre, la situation des Wallons et des Bruxellois francophones sera de plus en plus inconfortable dans notre Pays.

« On va devoir terriblement se retrousser les manches et faire preuve d’imagination. Personne à ce stade n’est en mesure de prédire l’avenir. »