Tous les articles par alliancewalloniefrance

Ça casse ou ça casse

Par VALMY

La presse relate, ce 8 décembre, une « rencontre de courtoisie » entre Messieurs Magnette et De Wever.

Admettons que l’acharnement du Wallon à sauver le royaume de Belgique donne naissance à un gouvernement fédéral « belge », que va-t-il se passer à votre avis ?

a) Sans la présence du VLD et du CD&V, il s’agira d’un gouvernement « wallon » dont on peut imaginer la durée de vie.

b) Avec la présence « mathématique » du VLD et du CD&V, on peut déjà envisager des dissensions entre ailes droite et gauche dans ces deux formations dont les répercussions fragiliseront la durée de vie du gouvernement « belge ».

c) De toute façon, si Monsieur Magnette veut survivre, il n’aura d’autre choix que de mener une politique favorable à la Flandre et au Patronat de Flandre.

d) Mais si Monsieur Magnette ne peut mener sa politique de gauche, même amendée, ses partenaires wallons se devront de réagir, au moins, pour sauver leurs « meubles » sur le plan électoral régional.

Conclusion : il semblerait que, malgré sa volonté jusqu’au-boutiste, Monsieur Magnette se trouve bien devant un dilemme, comme l’envisageait Monsieur François Perin, ou cela se passe très mal ou cela se casse tout de suite. Dans les deux cas la raison du plus fort, la Flandre, sera la meilleure !

Un peu de bon sens, M. Demelenne !

Par Jacques LENAIN

L’opinion de Claude Demelenne (voir ci-après) mérite un temps d’arrêt.

D’abord, parce que, avec tant d’autres, elle accompagne la montée de la vague « pro-confédéraliste » du côté franco-belge.

Ensuite, parce qu’elle comporte deux idées fausses, deux absurdités, qu’il convient de réfuter.

1. Selon C. Demelenne, l’UE fera obstacle à la fin de l’Etat belge, comme le démontrerait le cas catalan !

Or, ça n’a rien à voir : la Catalogne, comme Etat indépendant et souverain, ne pourrait devenir membre de l’UE sans l’accord de Madrid, une capitale espagnole qui existera toujours, avec un gouvernement espagnol qui existera toujours, pour une Espagne qui existera toujours même si l’Espagne avait perdu la Catalogne ! Donc, un vrai problème pour Barcelone…

Pour la Belgique, il en ira tout autrement : puisque, en cas d’impossibilité, devenue insurmontable, de constituer un gouvernement belge, il n’y aura plus de pouvoir à « Bruxelles » pour s’opposer à la fin de l’Etat belge, ni de capitale étatique belge pour s’opposer à la reconnaissance de la Flandre comme nouvel Etat membre de l’UE (ou de la Wallonie ou de Bruxelles…). L’UE, et tous ses membres, ne pourront que se contenter de constater la fin de l’Etat belge, du fait du divorce belge; et accepter d’intégrer un nouveau membre (ou deux, ou trois).

Cette « assimilation » entre situation espagnole et situation belge, entre Madrid et Bruxelles, est donc sans fondement.

2. Selon C. Demelenne, on peut satisfaire les Flamands en scindant presque tout, y compris la Sécurité Sociale, à la satisfaction des Franco-Belges qui conserveraient la solidarité financière Nord/Sud !

C’est stupide de croire cela car pourquoi donc la Flandre continuerait-elle à financer durablement la Wallonie une fois qu’il n’y aurait plus d’institutions régaliennes et/ou sociales belges « communes » à financer ?! La Flandre financerait quoi de la Wallonie, et elle le ferait en échange de quoi ? Mystère…

Ce ne serait envisageable que pour une bien courte période transitoire, et en échange de l’abandon par la Wallonie de Bruxelles à la Flandre. Et là, par contre, la Flandre pourrait effectivement continuer à financer durablement Bruxelles, si Bruxelles se soumettait à elle ! Et il faut vraiment se forcer pour croire à une telle hypothèse !

Ensuite, comment agirait la Wallonie et la Flandre au plan international et européen si, fictivement, l’Etat belge « souverain » demeurait comme « coquille vide », alors que l’Etat flamand, bien que « quasi indépendant », n’existerait pourtant pas, juridiquement, comme Etat « souverain » (ni l’Etat wallon, ni un Etat bruxellois…). Là aussi, au mieux, ce ne pourrait être qu’un montage de courte durée. En effet, avec qui négocieraient et « traiteraient » (donc signeraient et ratifieraient des traités) les instances internationales et européennes et tous les Etats vraiment souverains, pour des affaires impliquant la Flandre ? Avec la seule Flandre (donc non « souveraine » en droit international) ou avec l’Etat belge-croupion et pourtant « souverain », ou avec les deux ? Même questionnement pour une Wallonie « quasi-indépendante » mais non « souveraine »…

Un tel « montage » serait la cause d’une multiplication à l’infini de blocages, par l’exercice multiplié du pouvoir de veto de chacun (comme il en fut pour l’affaire du CETA, au nom de la « compétence internationale » de la Wallonie en économie). Tout petit exemple concret : comment serait calculée, acceptée, partagée, versée, la contribution financière « belge » au budget de l’UE ?

« Le Parlement britannique peut tout faire, sauf changer un homme en femme. » Si, ça, c’est devenu possible ! Par contre, le Parlement britannique ne peut pas faire que le Royaume-Uni soit à la fois dehors et dedans l’UE ! De même, le Parlement et la Constitution belges ne peuvent faire que, pour la communauté internationale des Etats, la Flandre (ou la Wallonie, ou Bruxelles…) puisse être considérée comme « souveraine » en même temps que l’Etat belge, lequel serait « conservé », et dont ladite Flandre (comme la Wallonie et Bruxelles) continuerait à faire juridiquement partie !

Un peu de bon sens, M. Demelenne !

Vive le confédéralisme ?

Un article publié ce 2 décembre sur le site du Vif/L’Express :

La Belgique survivra-t-elle jusqu’en l’an 2030 ?

Par Claude Demelenne, essayiste, auteur de plusieurs ouvrages sur la gauche

Francophones et Flamands ne s’aiment plus. Au mieux, ils s’ignorent. La Belgique va devenir une coquille (presque) vide. Et c’est tant mieux.

Le casse-tête belge se résume en deux phrases. La Wallonie est l’une des régions les plus à gauche d’Europe. La Flandre, l’une des régions les plus à droite. Ce grand écart pourrait encore s’accentuer en cas de scrutin anticipé.

Derrière la vitrine belge : le brol !

Bart De Wever a raison : il y a deux démocraties en Belgique. Les rêves de la majorité des Flamands ne sont pas les mêmes que ceux de la majorité des Francophones. Il est urgent d’en tirer toutes les conséquences. Et d’en finir avec la fiction noir-jaune-rouge.

Dans un avenir prévisible, la Belgique ne va pas être scindée en deux Etats indépendants. L’exemple de la Catalogne a montré que l’Union européenne mettrait son veto. Pas question de donner des « mauvaises » idées à d’autres régions en quête d’autonomie. Il subsistera donc une vitrine belge. Mais derrière la vitrine, juste quelques brols.

Sortir de l’hypocrisie belge

Partons d’un principe simple : tout, absolument tout, peut être scindé. La Justice, la Police, l’Asile, la Politique migratoire, la SNCB, la Poste, les établissements culturels et scientifiques fédéraux, la Santé publique dans son entièreté, le nucléaire… Pas de tabou. Même la sécurité sociale ? Oui, même la sécurité sociale. A peine les gérants de la vitrine belge garderaient-ils les compétences de la Défense, des Affaires étrangères et certains aspects des Finances.

Tout est permis pour sortir de l’hypocrisie belge. – « l’Union fait la force », la belle blague ! La Belgique va s’évaporer. Le scénario indépendantiste – sans l’indépendance formelle – est incontournable. Les francophones doivent travailler consciencieusement avec les Flamands pour réussir ce scénario. Et cesser de les diaboliser. Nos voisins du Nord veulent voler de leurs propres ailes ? Pourquoi pas ? Ce n’est pas grave. Ce sont des choses qui arrivent dans l’histoire des peuples. De Wever n’est pas un monstre. La Flandre n’est pas quadrillée de casques à pointe prêts à envahir la Grand-Place de Bruxelles.

Indépendance soft et solidarité

Tout est possible pour clôturer le mauvais film belge. A une condition : aucun des conjoints du ménage tricolore en crise ne peut sortir perdant du processus d’indépendance soft qui s’annonce. Le point le plus sensible a évidemment trait à la sécurité sociale. En cas de scission sèche, la région la moins riche, la Wallonie, sera à la peine. Ce n’est évidemment pas tenable. Ni pour les Wallons, qui verront leur niveau de vie baisser. Ni d’ailleurs pour la Flandre, qui n’a aucun intérêt à appauvrir la région voisine, qui est son principal partenaire commercial. Des nouveaux mécanismes de solidarité seront à prévoir, comme il en existe déjà aujourd’hui dans la complexe machinerie institutionnelle belge.

La question des mécanismes de solidarité – sur une longue durée – est centrale. Aujourd’hui, bon nombre de francophones s’accrochent à la chimère d’un statu quo institutionnel parce qu’ils ont le sentiment que les flamingants veulent les détrousser comme dans un bois. En résumé, piller la caisse commune et mettre la Wallonie au régime sec. Beaucoup de francophones craignent des lendemains qui déchantent en cas de nouveau round institutionnel. Voilà pourquoi ils veulent le maintien de la Belgique sous sa forme actuelle. Pas par sentiment patriotique belge. Encore moins par amour des Flamands. Mais uniquement par peur d’une dégradation de leur niveau de vie dans l’après-Belgique.

Fétichisme des mots

Le temps est venu d’en finir avec le fétichisme des mots. La Belgique de demain sera-t-elle confédérale ? Il est inutile de se quereller sur la terminologie. Mieux vaut admettre pour principe que Flamands et francophones continueront demain à cohabiter dans un territoire inchangé, mais qu’ils y vivront de façon presque totalement indépendante.

Nos toujours compatriotes du Nord veulent encore moins de Belgique et encore plus de Flandre. C’est leur droit. Plutôt que de multiplier les vains discours anticonfédéralistes, les francophones doivent en prendre acte. Et reconnaître comme recevables- même si elles ne nous font pas plaisir – les aspirations flamandes. A court terme, la formation d’un gouvernement fédéral en sera facilitée. A moyen terme, la nouvelle majorité, au-delà de la gestion socio-économique courante, préparera le grand deal de la législature 2024-2029 : la scission de quasiment toutes les matières « belges », en échange de nouveaux mécanismes de solidarité, solides et irréversibles. Et de garanties renforcées pour les droits des francophones dans les communes flamandes de la périphérie bruxelloise.

Pour une Belgique a minima

La Belgique survivra-t-elle jusqu’en l’an 2030 ? Sous sa forme fédérale, la réponse est négative. Ce ne sera pas la fin du monde. Ce ne sera pas davantage la fin de notre modèle de compromis. Certes, la Belgique deviendra toujours davantage une coquille vide. Mais une Belgique a minima est préférable à la paralysie actuelle, où Flamands et francophones se regardent en chiens de faïence et sont incapables de former un gouvernement.

Un arc-en-ciel pour Noël ?

Par Jacques LENAIN

Sans doute, gagner du temps est toujours la seule tactique des partis franco-belges. Et 4 ans de plus, ce sera bon à prendre, avec des transferts financiers nord/sud maintenus. Mais il faut quand même former un gouvernement, qui associe Flamands et Franco-Belges, et le faire vivre pendant ces 4 ans, et c’est de plus en plus difficile, car il faut pour cela donner du grain à moudre aux partis flamands, donc de nouvelles régionalisations de compétences, et pour cela, commencer à menacer les organes vitaux de l’Etat central belge (Justice, Fiscalité, Sécurité sociale, …).

La décomposition de l’Etat belge est un processus lent, parce que le sort incertain de Bruxelles empêche les nationalistes flamands d’aller vite. L’Etat belge conserve son utilité tant qu’il sert à la Flandre de moyen de contrôle de Bruxelles. Du coup, la Flandre continue à financer la Wallonie, tout en réduisant ses transferts… C’était bien une base majeure du deal de 2011 : la scission de BHV contre le maintien desdits transferts, mais, malheureusement, à un niveau réduit. C’est le moyen de chantage de Namur : « je te cède sur Bruxelles, aussi peu que possible, et tu continues à me financer, autant que possible ». Di Rupo l’a dit tout récemment : pas d’accord avec la NVA (pour un volet régional de plus) sans « réforme de la loi de financement » (pour donner de l’air à la Wallonie, à Bruxelles, et à la Communauté française). Mais la presse ne rend pas vraiment compte du volet financier des négociations, sa partie la plus cachée…

La France pour nous sauver…

Dans la dernière édition du magazine Le Vif/L’Express, on a pu lire ce billet du journaliste Olivier Mouton :

La France pour nous sauver de la banqueroute

Les budgets des entités francophones -Régions bruxelloise et wallonne, Communauté française- sont dramatiquement dans le rouge. Et les nouvelles majorités ont tendance à laisser filer les déficits. C’est la chronique d’une catastrophe annoncée. Paul Mélot, socialiste liégeois qui milite activement à l’Alliance Wallonie France (AWF), voit dans cet endettement croissant un argument supplémentaire pour son dessein rattachiste, en plus de son attachement aux valeurs républicaines. « Si la sécurité sociale est scindée, la fin du pays représenterait, par Wallon, une dette de 3 875 000 euros en plus d’une perte de revenus annuels de 1 447 euros », calcule-t-il dans un courriel envoyé le 17 novembre, après une réunion de l’AWF. Conclusion : « Une Wallonie indépendante n’est pas viable et la seule solution possible consiste bien en une union à la France. »

Pour ceux qui ne l’ont pas reçu, voici le courriel en question :

A mes amies, amis et connaissances,

Vous connaissez mon profond et sincère attachement aux valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité et de laïcité, donc aux valeurs républicaines.

Vous n’ignorez sans doute pas que je milite activement à l’ALLIANCE WALLONIE FRANCE, mouvement citoyen pluraliste, démocratique et laïc.

Hier, j’ai participé à notre Conseil général élargi et, en guise d’introduction à nos travaux, présenté une synthèse de la situation politique que nous subissons…

Ma conviction intime est que le SEUL avenir de la Wallonie consiste à être réunie à la France et repose avant tout sur la pratique culturelle de notre langue, us, coutumes, philosophie des lumières, de notre histoire, bref, la culture française. Ce qui n’a absolument rien à voir avec les arguments qui me sont bien souvent avancés (la France de Macron…). Mais derrière ces réalités se profile aussi – et peut-être même surtout dans un avenir plus proche que l’on puisse penser ou espérer –  une réalité et nécessité économique, vu l’évaporation de l’Etat belge et l’écrasante toute-puissance de la Flandre qui a perdu tout sens de solidarité…

Pour vous en documenter, vous trouverez ci-dessous une partie d’un message envoyé à l’ami qui rédige le P.-V. de cette réunion. Je suis la méthodologie de mon ami Jules GAZON, Professeur émérite de l’Uliège dont les travaux n’ont jamais été mis en doute par qui que ce soit, car ils reposent sur des bases scientifiques !

J’ambitionne de compléter ce travail par un autre, qui aura trait à la sécurité sociale et ses diverses branches. Toute personnalité politique wallonne qui envisagerait, pour satisfaire les revendications flamandes, de scinder l’une ou l’autre des branches OU encore de créer deux ministres fédéraux du gouvernement central chargés des rôles flamand et wallon d’un budget de sécu, serait en total porte-à-faux avec l’éthique wallonne, et, pour tout dire, d’une malhonnêteté crasse par rapport aux programmes électoraux qui n’ont jamais avancé une scission, partielle ou totale. S’il arrivait que ce soit le cas, c’est dans la rue qu’il nous appartiendrait de défendre notre avenir et surtout, celui de nos enfants, de nos petits-enfants ! La plus que regrettable scission des allocations familiales (que l’on sait déjà devenir impayables à Bruxelles demain et ici en Wallonie, après-demain) hélas concédée par Di Rupo et les autres en 2011, sa Loi de financement odieuse (2014) qui va précipiter ET la Wallonie ET la Communauté française dans une faillite, dès 2024-2025 suffisent !!! J’ai, par ailleurs, retenu son récent message martelé sur tous les tons : le PS sans la NVA ou la NVA sans le PS, ce qui ne signifie en rien, que du contraire, qu’il faille ignorer ce qui se passe en Flandre, donc se parler et évoquer, comme la Flandre le veut, son indépendance. J’ai aussi, comme vous, pris connaissance des déclarations du même tonneau de Paul Magnette avant qu’il ne soit désigné informateur royal.

Soyons bien persuadés qu’EN PLUS de ce que je décris, situation déjà alarmante au plus haut degré (et occultée par les responsables politiques et trop souvent ignorée par la presse qui craint pour ses subsides) trouver les dizaines de milliards pour la sécurité sociale en Wallonie est mission totalement impossible. Donc que la fin de la Belgique en est inévitablement au rendez-vous !!! Donc, que faire demain ???

En vous souhaitant une lecture vigilante, en vous CERTIFIANT que je « ne roule » pour personne, sinon pour l’avenir de nos enfants et petits-enfants, recevez mes meilleures salutations et amitiés et ne vous privez pas de transférer ce message. Merci d’avance !

Paul Mélot, 17.11.2019

Pourquoi pas nous ?

Par Valmy

La presse et tous les médias nous inondent du trentième anniversaire de la Chute du Mur de Berlin.

En bonne Germaine égocentriste, Angela Merkel exhorte l’Europe à défendre « la liberté » et « la démocratie ».  « Les valeurs qui fondent l’Europe (…) doivent toujours être défendues. A l’avenir, il faut s’engager pour la démocratie, la liberté, les droits de l’Homme et la tolérance ».

« Le Mur de Berlin appartient à l’Histoire et nous enseigne qu’aucun mur qui exclut les gens et restreint la liberté n’est assez haut ou long qu’il ne puisse être franchi ». « Cela vaut pour nous tous, à l’Est comme à l’Ouest », a-t-elle jugé.

Navré mais les « Murs » ne s’élèvent pas seulement en béton. Ils peuvent aussi ressembler à des frontières administratives et étatiques imposées à d’innocentes populations par la loi des plus forts, pour des intérêts égoïstes et, parfois, de court terme.

On croit souvent que le partage, après la Seconde Guerre mondiale, de l’Europe en deux zones d’influence, l’une anglo-saxonne (tiens, tiens) , l’autre soviétique, s’est fait à la Conférence de Yalta de février 1945. En réalité, ce sommet en Crimée entre Staline, Roosevelt et Churchill – où de Gaulle ne parvint pas à se faire inviter – n’a fait qu’entériner un partage déjà ébauché par Churchill et Staline le 9 octobre 1944, à Moscou.

Ainsi, depuis le dix-neuvième siècle, la Grande-Bretagne se trouve toujours à l’œuvre derrière des plans de partage et d’affaiblissement de l’Europe continentale.

Les Wallons, ces Français septentrionaux, et les Flamands, ces néerlandais méridionaux, en savent quelque chose depuis bientôt deux cents années. Afin de ne pas l’oublier, bien avant les Britanniques, les Autrichiens et les Espagnols ne laissèrent pas d’autre choix aux Wallons, aux Flandriens et aux Brabançons que de loger dans un « enclos » pompeusement dénommé « Pays-Bas habsbourgeois ».

Si l’Europe, que l’on nous vante malgré les déboires engendrés par sa gestion politique chaotique, défend réellement la LIBERTE, alors la France et les Pays-Bas se doivent de déposer leur dossier de réunification sur les bureaux de Madame Von Der Leyen et de Monsieur Charles Michel.

Lorsque l’on observe la déliquescence du Royaume de Belgique et la confrontation, naturelle et logique, entre le Nord et le Sud, il n’y a aucune raison, au 21e siècle, d’empêcher la réunification des Pays-Bas à l’image de l’Union d’Utrecht d’avant 1585.

Et il n’existe aucune raison de ne pas restituer à la France ses départements wallons dont, avant tout, l’ancien Pays de Liège qui vota librement son union à la République Française en 1793 !

Ces deux réunifications réenchanteraient l’Europe, une Europe enfin composée de nations, et lui redonneraient une autre image bien plus positive que l’actuelle !

La sécurité sociale dans le viseur

Par Paul MELOT

LE SOIR de ce 7/11 relance une piste évoquée il y a quelques semaines : une sécurité sociale splitsée au sein du gouvernement FEDERAL, deux ministres (VL et W) gérant leur propre budget issu de l’impôt collecté dans chaque région. Dès l’instant où le revenu moyen/habitant est nettement moins élevé ici qu’en Flandre, les revenus d’impôts suivent fidèlement la courbe. Donc, cette idée désastreuse porte le germe d’une sécu à deux vitesses. La misère gérée pour la Wallonie, l’essor protégé pour la Flandre !

Certains se souviendront qu’à la fin des années ’70, Jean-Maurice DEHOUSSE était secrétaire d’Etat à l’économie régionale wallonne au sein du gouvernement FEDERAL… Et que cette scission inachevée, à l’époque, n’a fait que retarder une pleine autonomie de la Région wallonne. Et en rappelant que, plus tard, l’écart entre Flandre et Wallonie n’a fait que croître…

Attention ! Il ne s’agit pas du même débat !!! Scinder la sécu, déjà,  au sein d’un même gouvernement, c’est la rupture (hélas engagée dès la sixième réforme de l’Etat avec les allocations familiales…) c’est donc la rupture des SOLIDARITES, de toutes les solidarités (chômage, pensions, soins de santé…)

Si c’est cela que Paul MAGNETTE va tester, alors il faut crier que le citoyen wallon, lors des élections de mai 2019, n’a en rien émis un vote favorable pour favoriser ce désastre,  au contraire. Quel que soit le parti wallon qui entrerait dans un gouvernement fédéral avec ce funeste projet, il ne serait qu’un traître à NOTRE Wallonie. Ce que je crains hélas…

Aucun électeur d’aucun parti wallon n’a donné mandat à qui que ce soit pour mettre en pratique cette idée émanant de Flandre et qui, de plus, ne règle rien – bien au contraire- pour Bruxelles.