Les illusionnistes

Par VALMY

Les journalistes Vincent Rocour et Alice Dive publient dans La Libre Belgique, du 14/08/2021, l’analyse du livre, « Les fossoyeurs de la Belgique » et interrogent l’auteur, le journaliste politique flamand Wouter Verschelden .
L’article de la LLB s’intitule : « Que le Mouvement flamand accepte de lâcher Bruxelles, c’est un geste historique » (sic). De quoi plaire à la « francophonie belge ».
Quel est l’intérêt profond de cet article ?
La confirmation des manœuvres du Palais pour installer la NVA au gouvernement dans l’espoir de trouver une solution définitive au problème institutionnel du pays.
L’accord entre Paul Magnette et Bart De Wever qui ne signifie pas la fin de la Belgique. Il ne s’agit que d’une étape, sinon l’appel de Bart De Wever, le 21 juillet 2021, à la renaissance de Grands Pays-Bas ne rime à rien.
Les conversations menèrent, paraît-il, les deux négociateurs suffisamment loin, au point que Paul Magnette demanda à Bart De Wever s’il voyait un problème à ce que la Wallonie et Bruxelles gardent le nom « Belgique » (sic).
Cette question incroyable ne peut que signifier l’acceptation par Paul Magnette d’une Flandre indépendante à moyen terme.
Pour la Wallonie, cela implique un double danger :
– si la Wallonie conserve le nom de Belgique, Paul Magnette repousse l’option du retour à la France;
si la Wallonie conserve le nom de Belgique, les lois internationales prévoient que les nouvelles entités étatiques héritières d’un pays disparu endossent les dettes de ce dernier, comme la Belgique de 1830 en faveur du royaume des Pays-Bas.
Pour Bart De Wever, il s’agit là d’une demande plus que surprenante de la part d’un « francophone ».
Il est probable que Paul Magnette réalise enfin la gravité de la situation actuelle, l’état de faillite de l’entité wallonne, l’abandon de la solidarité financière flamande et la volonté de la nation flamande d’avancer vers son indépendance.
Pourquoi Paul Magnette dirige-t-il la Wallonie dans le précipice ? Pour de l’argent !
Le nœud de l’accord entre Paul Magnette et Bart De Wever se trouverait dans la renonciation par la Flandre à son obsession du refus d’une Région bruxelloise à part entière et dans un grand refinancement des mesures sociales en faveur du PS.
Qu’a-t-il vendu pour un tel prix ? L’indépendance de la Flandre et la création d’une Belgique résiduelle (illusoire) afin de faire obstacle à la France et d’éviter à la NVA de devoir négocier face à Paris.
Le Mouvement flamand pourrait-il accepter de lâcher Bruxelles ? Oui, car il ne s’agit que d’abandonner le titre de « capitale de la Flandre ».
Rien n’empêche la Flandre de renouer avec le Royaume des Pays-Bas dans un cadre confédéral à deux Etats en emportant la Région de Bruxelles, bien incrustée dans le Vlaams Brabant et séparée de la Wallonie par la frontière linguistique. Le Mouvement flamand n’y perd rien, au contraire.
Bart De Wever, l’historien anversois, a relancé l’option des Grands Pays-Bas, où Anvers redeviendrait la capitale des Pays-Bas méridionaux où se rassembleraient les administrations et les sièges gouvernementaux.
En fait, retirer à Bruxelles le titre de capitale de la Flandre, faciliterait même l’application du scénario institutionnel berlinois : le « Land » bilingue de Bruxelles, coincé au sein des nouveaux Pays-Bas méridionaux. Même minoritaires, les Bruxellois flamands prouvent l’appartenance de cette agglomération au Vlaams Brabant. Les Bruxellois francophones ne sont que des fransquillons ou des immigrés parmi tant d’autres. Bruxelles conservera les lieux de culture, les théâtres, les écoles et les universités de la vlaamse gemeenschap et elle sera obligée d’organiser une « communauté des francophones bruxellois ». Surtout ne pas perdre de vue que Bruxelles dépend économiquement et financièrement de la Flandre.
Bruxelles n’appartint jamais à la Flandre mais aux Pays-Bas méridionaux, OUI !
En conclusion : La manœuvre de Paul Magnette relève d’une supercherie. Il permet, contre de l’argent, l’indépendance de la Flandre et lui offre Bruxelles grâce à la régionalisation à quatre entités. En conservant l’adjectif « belge », il feint de conserver des liens entre la Wallonie et Bruxelles tout en supprimant la Communauté française-Wallonie-Bruxelles. Le miroir aux alouettes version Louis XI !

9 réflexions sur « Les illusionnistes »

  1. bonjour je suis belge de naissance et je suis naï a ciplait petite commune wallonne oui j’ai un non flament via mon père mai je suis wallon avent tout je parle pas le flament non mai je doit dire une chose garder une Belgique comme sa va cela est impossible je parle pas du roi car pour moi il y a pas de roi depuis que le frai roi des belge est décède il y a plus rien qui va normale on n’ai soit disant gouverner par des personne qui on rien a dire et noueront jamais rien a dire si on vote pas malgré que on conte pas ce que le peuple dit il conte juste a payer on na beaux dire on nais des CON tribu able pour le moment mai sa durera pas si la Flandre veux sont indépendance je pence que il sont pas capable de montrée le drapeaux car noir,jeune,rouge fini sa ces le drapeaux belge et belge veux dire quoi un gouvernement 50/50 cela dit 50%de flamand et 50% wallons vous pence que ces possible ha oui un roi la il y a un problème et pas un petit le mieux ces que on devient une république comme le roi ne veaux rien on na pas a payer une paresonne pour rien faire plus la familles qui devient de plus en plus grande il ne faux pas parler dans le vide reste une chose a faire et vous le saviez très la SEPARATION LA SEULLE PORTE QUI PEUX NOUS SOUVER TOUTS AUSSI BIEN NORD QUE LE SUDE et aux plus que on attente aux plus que la note monte et que on payer une famille des million £ a rien faire MERCI de bien vouloir lire car comme habitude dans 10 minute sa va disparaitre oui la vérité naï pas facile a lire ou a entendre

    J'aime

  2. Un danger sournois nous guette.

    Le monde des affaires et celui de l’art utilisent de plus en plus l’anglais pour leur communication.
    En fait rien d’anormal pour vendre à travers la planète un produit ou un spectacle.
    Par contre, sur les ondes françaises et wallonnes, observez-vous depuis un trimestre le déferlement inouï de rengaines anglo-saxonnes et la submersion publicitaire en langue anglaise ?
    Les radios et les chaines télévisuelles de France et de Wallonie immergent leurs publics de logorrhées soit américaines soit anglaises soit des imitations totalement truquée comme s’il fallait absolument bannir ou abâtardir la langue française.
    Le jargon des présentateurs et des journalistes métissé de vocabulaire anglais par inculture française devient effrayant.
    S’il s’agit, là, d’une manifestation de l’impérialisme hypocrite de l’Union Européenne, la rébellion s’impose contre ce croque-mitaine dénaturant, à l’instar des Flamands en lutte face à la Belgique fransquillonne.
    Je compatis à leur souffrance qui dure depuis depuis 1830, comprends leur combat et le soutien!
    Les Wallons devraient les imiter !

    J'aime

  3. 50 ans de Communauté française, 10 ans de Fédération Wallonie-Bruxelles : stop ou encore ?

    STOP !

    Les Wallons forment un peuple, une société unie par la langue, la culture, l’histoire, des intérêts communs;
    Il n’y a pas de nation wallonne parce que le peuple wallon a conscience, malgré toutes les contrevérités et falsifications belges, d’être un tronçon séparé de la nation française.

    La francophonie « belge » relève de la duperie, de l’imposture, de la fourberie, au profit des fransquillons de Flandre et de politiciens wallons unitaristes et belgicains alimentaires.

    Les fransquillons de Flandre composent depuis 1930 l’avant-garde du flamingantisme par sauvegarde et opportunisme au sein de la Flandre. Depuis l’entre-deux-guerres, sous couvert de belgitude, ils servent à
    soustraire aux regards des Wallons les conquêtes de la Flandre.

    La composition de la population bruxelloise ne présente plus aucun lien avec le peuple wallon. Monsieur Olivier Maingain est l’archétype parfait du fransquillon au XXI e siècle !

    Aimé par 1 personne

  4. Mon Dieu pourquoi nos politiciens wallons n’ont-ils pas exigé l’achat de douze Rafales pour 2ème wing tactique de Florennes ?

    Rien n’empêchait les Flamands d’acheter des F-35 comme leurs FRERES néerlandais. De toute manière l’addition aurait été moindre pour le contribuable « fédéral », vu le coût inférieur du Rafale.

    Quand on lit l’article ci-dessous publié dans La Libre Belgique ce 05/09/2021, on tombe des nues ! C’est à en pleurer de tristesse !

    Douze F-16 belges vont opérer durant trois semaines depuis la Bretagne

    Douze avions de combat F-16 de la base aérienne de Florennes vont se déployer du 6 au 24 septembre sur la base aéronavale (BAN) de la Marine française à Landivisiau, dans le Finistère (…)

    Ce déploiement est lié à des travaux d’infrastructures à Florennes, a expliqué le commandant de la base et du 2ème wing tactique, le colonel Philippe Goffin(…) (…) (…)

    Le colonel Goffin a souligné que le choix de la base d’accueil, Landivisiau, non loin de Brest, résultait de contacts avec les pays partenaires disposés à accueillir des avions belges pour effectuer des vols de nuit. (…)

    De source française, on indique que la BAN de Landivisiau et les flottilles du Groupe aérien embarqué à bord du porte-avions Charles de Gaulle ECHANGENT ET COOPERENT DEPUIS DE NOMBREUSES ANNEES avec le 2e wing tactique de la base aérienne de Florennes, « EN ENTRAINEMENT COMME EN OPERATIONS ».

    « Afin de forger les nouveaux savoir-faire indispensables aux opérations futures et préparer le GAé aux combats de demain, la venue dans le Finistère des aéronefs belges est une occasion pour continuer à développer de nouvelles tactiques », a expliqué le ministère français des Armées dans un communiqué.

    « Notamment liées à l’arrivée du dernier standard du Rafale, le F3R, au sein du groupe aérien embarqué et réaliser un EXERCICE DE PREPARATION OPERATIONNELLE DE HAUT NIVEAU AVEC NOS PARTENAIRES BELGES », a ajouté le ministère (…)

    J'aime

  5. Le 20e anniversaire de la N-VA

    Que faut-il en retenir de positif pour le rattachisme wallon ?

    1) Vingt ans après la fondation de la N-VA, le paysage politique a changé de façon spectaculaire et ce parti influence puissamment la politique flamande et « belge ».
    2) La N-VA est devenue le plus grand parti de Flandre sans avoir d’équivalent en Wallonie. Elle a, de cette façon, brisé le lien entre le Nord et le Sud et les complicités belgicaines habituelles entre les « familles politiques ».
    3) Héritier du parti catholique, créateur de la Belgique en compagnie du parti libéral, le rôle du CD&V s’amenuise et serait même voué à la disparition.
    4) La NVA et le Vlaams Belang ont activé, chacun à leur manière, une plus grande conscience flamande et instillé une grande indifférence à l’égard de la Belgique.
    C’est là une réussite majeure dont les rattachistes wallons doivent tirer profit afin de décrédibiliser la Belgique aux yeux des Wallons.
    Mais, il faut absolument que les partis flamands parviennent à mener leurs réformes majeures en 2024 afin d’éviter toute tentative de restauration de l’État belge.
    Heureusement, tenant compte de l’impécuniosité et de la mauvaise gestion chronique des gouvernements wallons, la Flandre achètera sa vision confédérale et puis son indépendance.

    C’EST NOTRE PLUS GRANDE CHANCE !

    J'aime

  6. EXEMPLE EN NUMISMATIQUE :

    MEME PAR DES DETAILS ON COLLE LES WALLONS AUX GERMAINS DES PAYS_BAS DU NORD ET DU SUD AINSI QU’ AUX LUXEMBOURGEOIS.

    Et les responsables politiques à Namur comme les gardiens de la mémoire de l’Institut Jules Destrée ne voient rien, n’entendent rien.
    Ils sont juste déboussolés, éperdus et affolés !

    Coffret Benelux 2021
    Adieu aux Monnaies Nationales
    5 000 ex

    Coffret séries monnaies euro BeNeLux 2021 BU – 20 ans d’adieu aux monnaies nationales
    Ce coffret annuel BeNeLux regroupe 3 séries de 8 pièces de 1 cent à 2 euros Belgique, Pays-Bas et Luxembourg au millésime 2021, plus une médaille frappées en qualité BU (Brillant universel).

    – Belgique : pièces de 1 cent à 2 euros – effigie profil droit du nouveau chef d’Etat Sa Majesté Philippe, Roi des Belges.

    – Nederland/Pays-Bas : pièces de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 centimes – effigie du nouveau roi Willem-Alexander présentée de profil séparée en deux parties par deux lignes verticales comprenant la légende a gauche «Willem-Alexander», et à droite «Koning der Nederlanden» (Roi des Pays-Bas).
    pièces de 1 et 2 euros – effigie du nouveau roi Willem-Alexander présentée de profil avec la légende «Willem-Alexander», «Koning der Nederlanden» (Roi des Pays-Bas) inscrite verticalement à droite du motif

    – Luxembourg : pièces de 1 cent à 2 euros – effigie de Son Altesse Royale, le Grand-D

    J'aime

  7. @Valmy —-> C’est notre plus grande chance

    Vous vous contredisez. Dans un de vos commentaires, vous rappeliez, à raison que Magnette, lors des dernières palabres gouvernementales, avait demandé à De Wever le droit de conserver le nom « Belgique » pour la Wallonie et Bruxelles. Entre parenthèses, l’emprise de Brussels sur la Wallonie ne fait que s’accroître dans les médias.

    La Flandre, chouchou des institutions eurcocratiques, n’aura même pas à demander son indépendance : elle continuera à coloniser la Wallonie et à la mettre en coupe réglée et comme ****le français étant condamné à disparaître en Wallonie, ce sera d’autant plus facile.**** Stil standing for culture !

    Quant à la France, elle se moque éperdument de nous et préfère la Flandre, paradoxalement très active en France qu’elle vomit dans ses médias. Les Flamands bouffent et picolent dans l’Hexagone et reviennent se faire vomir chez Doorbraak. Et les Français ne s’aperçoivent de rien… Ils en redemandent.

    A droite, en France, c’est du dernier chic de revendiquer des origines (imaginaires) flamandes. Et à gauche, le summum du ridicule a été atteint avec la visite de frère Mélenchon… à Ostende, baladé par le commissaire politique Hedeboue un peu comme Edouard Herriot à l’époque de la dékoulakisation.

    Qu’on le veuille ou non, la Flandre se pense racialement et ethniquement en tant que nation et c’est ce qui fait sa force de frappe pour nous détruire économiquement. La Wallonie refuse de considérer le problème sous cet angle. Mais si vous ne désignez pas l’ennemi, l’ennemi vous désigne… et il désigne aussi le terrain d’affrontement.

    Personnellement, je crains bien que les derniers mots que j’entendrai ne seront pas prononcés en français.

    Bien à vous,

    Vive la France quand même…

    J'aime

    1. PB votre observation relève hélas d’une réalité que je partage, qui m’attriste mais ne me désespère pas.

      L’Histoire du Royaume de France et de la République Française, comme d’ailleurs celle de toutes les nations, présente de nombreuses tergiversations.

      Le tropisme « Flandre » remonte au 9e siècle ( 843 Verdun). Charles le Chauve hérite de ce comté en toute légalité.

      Les comtes de Flandre appartiennent à la famille royale.
      Les vassaux de Flandre n’hésitent pas à agrandir leur domaine en annexant  » le Nord-Pas-de-Calais ».

      Les méfaits et la forfaiture des rebelles bourguignons (du 14e au 15e siècle), permettent à Charles Quint de s’emparer de la Flandre, du Hainaut, de Tournai et du Tournaisis.
      Ce dernier obligea François 1er à renoncer à sa suzeraineté sur la Flandre et l’Artois (Paix de Madrid de 1526, confirmée par la Paix des Dames de 1529).

      La perte de ce riche territoire ouvert très tôt sur le commerce international a marqué profondément la mémoire française.
      Ceci explique cela !

      Ce faisant, pourquoi critiquer le pragmatisme actuel des entrepreneurs, hommes d’affaires, banquiers français attirés par les revenus de la Région Flandre ?

      Ce qui importe, pour nous Wallons, c’est de rappeler à la France l’affirmation du Roi Henri IV :
      « Toutes les terres romanes m’appartiennent !  »

      Le 20 septembre 1792, à Valmy, la France, envahie par l’Europe des princes germaniques, relevait la tête, bousculait ses agresseurs et mettait fin à une tentative d’asservissement;

      Valéry Giscard d’Estaing, Sarkozy et Macron trahissent les héros de Valmy au profit des USA et des Allemands de l’Union Européenne.

      Mais la France du XXIe siècle, comme celle de Jeanne d’Arc au XVe siècle, n’a pas dit son dernier mot.

      J'aime

  8. —> M. Valmy

    Je ne résiste pas à l’envie de vous poster cet article… qui date de 2008, mais qui en dit long sur le racisme des Flamands envers nous. Ils en sont même à monter les Africains contre nous ! Et toujours leur sale petit double jeu : planter des couteaux dans le dos de la France tout en s’installant en France pour mieux en profiter.

    https://www.demorgen.be/nieuws/congolezen-roepen-walen-buiten-op-11-juli~b2b9e34a/

    Bizarrement, ce racisme-là n’est jamais dénoncé par les innombrables officines bien-pensantes en Wallonie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s