Un peu de bon sens, M. Demelenne !

Par Jacques LENAIN

L’opinion de Claude Demelenne (voir ci-après) mérite un temps d’arrêt.

D’abord, parce que, avec tant d’autres, elle accompagne la montée de la vague « pro-confédéraliste » du côté franco-belge.

Ensuite, parce qu’elle comporte deux idées fausses, deux absurdités, qu’il convient de réfuter.

1. Selon C. Demelenne, l’UE fera obstacle à la fin de l’Etat belge, comme le démontrerait le cas catalan !

Or, ça n’a rien à voir : la Catalogne, comme Etat indépendant et souverain, ne pourrait devenir membre de l’UE sans l’accord de Madrid, une capitale espagnole qui existera toujours, avec un gouvernement espagnol qui existera toujours, pour une Espagne qui existera toujours même si l’Espagne avait perdu la Catalogne ! Donc, un vrai problème pour Barcelone…

Pour la Belgique, il en ira tout autrement : puisque, en cas d’impossibilité, devenue insurmontable, de constituer un gouvernement belge, il n’y aura plus de pouvoir à « Bruxelles » pour s’opposer à la fin de l’Etat belge, ni de capitale étatique belge pour s’opposer à la reconnaissance de la Flandre comme nouvel Etat membre de l’UE (ou de la Wallonie ou de Bruxelles…). L’UE, et tous ses membres, ne pourront que se contenter de constater la fin de l’Etat belge, du fait du divorce belge; et accepter d’intégrer un nouveau membre (ou deux, ou trois).

Cette « assimilation » entre situation espagnole et situation belge, entre Madrid et Bruxelles, est donc sans fondement.

2. Selon C. Demelenne, on peut satisfaire les Flamands en scindant presque tout, y compris la Sécurité Sociale, à la satisfaction des Franco-Belges qui conserveraient la solidarité financière Nord/Sud !

C’est stupide de croire cela car pourquoi donc la Flandre continuerait-elle à financer durablement la Wallonie une fois qu’il n’y aurait plus d’institutions régaliennes et/ou sociales belges « communes » à financer ?! La Flandre financerait quoi de la Wallonie, et elle le ferait en échange de quoi ? Mystère…

Ce ne serait envisageable que pour une bien courte période transitoire, et en échange de l’abandon par la Wallonie de Bruxelles à la Flandre. Et là, par contre, la Flandre pourrait effectivement continuer à financer durablement Bruxelles, si Bruxelles se soumettait à elle ! Et il faut vraiment se forcer pour croire à une telle hypothèse !

Ensuite, comment agirait la Wallonie et la Flandre au plan international et européen si, fictivement, l’Etat belge « souverain » demeurait comme « coquille vide », alors que l’Etat flamand, bien que « quasi indépendant », n’existerait pourtant pas, juridiquement, comme Etat « souverain » (ni l’Etat wallon, ni un Etat bruxellois…). Là aussi, au mieux, ce ne pourrait être qu’un montage de courte durée. En effet, avec qui négocieraient et « traiteraient » (donc signeraient et ratifieraient des traités) les instances internationales et européennes et tous les Etats vraiment souverains, pour des affaires impliquant la Flandre ? Avec la seule Flandre (donc non « souveraine » en droit international) ou avec l’Etat belge-croupion et pourtant « souverain », ou avec les deux ? Même questionnement pour une Wallonie « quasi-indépendante » mais non « souveraine »…

Un tel « montage » serait la cause d’une multiplication à l’infini de blocages, par l’exercice multiplié du pouvoir de veto de chacun (comme il en fut pour l’affaire du CETA, au nom de la « compétence internationale » de la Wallonie en économie). Tout petit exemple concret : comment serait calculée, acceptée, partagée, versée, la contribution financière « belge » au budget de l’UE ?

« Le Parlement britannique peut tout faire, sauf changer un homme en femme. » Si, ça, c’est devenu possible ! Par contre, le Parlement britannique ne peut pas faire que le Royaume-Uni soit à la fois dehors et dedans l’UE ! De même, le Parlement et la Constitution belges ne peuvent faire que, pour la communauté internationale des Etats, la Flandre (ou la Wallonie, ou Bruxelles…) puisse être considérée comme « souveraine » en même temps que l’Etat belge, lequel serait « conservé », et dont ladite Flandre (comme la Wallonie et Bruxelles) continuerait à faire juridiquement partie !

Un peu de bon sens, M. Demelenne !

Une réflexion sur « Un peu de bon sens, M. Demelenne ! »

  1. La presse relate, ce huit décembre, une « rencontre de courtoisie » entre Messieurs Magnette et De Wever.
    Admettons que l’acharnement du Wallon à sauver le royaume de Belgique donne naissance à un gouvernement fédéral « belge », que va-t-il se passer à votre avis ?
    a) Sans la présence du VLD et du CD&V, il s’agira d’un gouvernement « wallon » dont on peut imaginer la durée vie;
    b) Avec la présence « mathématique » du VLD et du CD&V, on peut déjà envisager des dissensions entre ailes droite et gauche dans ces deux formations dont les répercussions fragiliseront la durée de vie du gouvernement « belge »;
    c) De toute façon, si Monsieur Magnette veux survivre, il n’aura d’autre choix que de mener une politique favorable à la Flandre et au Patronat de Flandre;
    d) Mais si Monsieur Magnette ne peut mener sa politique de gauche, même amendée, ses partenaires wallons se devront de réagir, au moins, pour sauver leurs « meubles » sur le plan électoral régional;

    Conclusion: Il semblerait, malgré sa volonté jusqu’au-boutiste, que Monsieur Magnette se trouve bien devant un dilemme, comme l’envisageait Monsieur François Perin, ou cela se passe très mal ou cela se casse tout de suite. Dans les deux cas la raison du plus fort, la Flandre, sera la meilleure !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s