Un arc-en-ciel pour Noël ?

Par Jacques LENAIN

Sans doute, gagner du temps est toujours la seule tactique des partis franco-belges. Et 4 ans de plus, ce sera bon à prendre, avec des transferts financiers nord/sud maintenus. Mais il faut quand même former un gouvernement, qui associe Flamands et Franco-Belges, et le faire vivre pendant ces 4 ans, et c’est de plus en plus difficile, car il faut pour cela donner du grain à moudre aux partis flamands, donc de nouvelles régionalisations de compétences, et pour cela, commencer à menacer les organes vitaux de l’Etat central belge (Justice, Fiscalité, Sécurité sociale, …).

La décomposition de l’Etat belge est un processus lent, parce que le sort incertain de Bruxelles empêche les nationalistes flamands d’aller vite. L’Etat belge conserve son utilité tant qu’il sert à la Flandre de moyen de contrôle de Bruxelles. Du coup, la Flandre continue à financer la Wallonie, tout en réduisant ses transferts… C’était bien une base majeure du deal de 2011 : la scission de BHV contre le maintien desdits transferts, mais, malheureusement, à un niveau réduit. C’est le moyen de chantage de Namur : « je te cède sur Bruxelles, aussi peu que possible, et tu continues à me financer, autant que possible ». Di Rupo l’a dit tout récemment : pas d’accord avec la NVA (pour un volet régional de plus) sans « réforme de la loi de financement » (pour donner de l’air à la Wallonie, à Bruxelles, et à la Communauté française). Mais la presse ne rend pas vraiment compte du volet financier des négociations, sa partie la plus cachée…

2 réflexions sur « Un arc-en-ciel pour Noël ? »

  1. Monsieur Lenain, j’espère qu’un jour les Wallons vous rendront hommage et reconnaissance pour votre dévouement à leur cause.
    Mais quand ?
    Laissez donc Monsieur Magnette construire son  » arc-en-ciel  » .
    Un arc-en-ciel ne repose que sur le vide et il échappe à la préhension.
    Il espère sauver le royaume de Belgique et, permettez-moi l’image, la Flandre risque fort d’en profiter puis de lui réserver le sort de « Jeanne d’Arc ».
    Monsieur Magnette avoua, un jour, qu’il prenait le Mouvement Flamand pour du folklore; il se rendra vite compte de son erreur.
    Tant que la Wallonie ne tombera pas en faillite, ses dirigeants ne changeront pas de cap !
    Et, pourtant, chez les socialistes liégeois certaines personnalités en vue se déclarent ouvertement réunionistes.
    Malgré cela le bateau ivre Wallonie fonce sur l’iceberg Flandre et il s’y fracassera.
    Il ne faudra pas jeter l’opprobre sur l’obstacle.
    Existe-t-il une solution ?
    Deux hommes de qualité, au fait de la politique et de l’institutionnel, le politologue Vincent de Coorebyter ainsi que le professeur et avocat de renom Marc Uyttendaele proposent un tout dernier recours :

    un référendum sur l’avenir de la Belgique.

    Or, au royaume de Belgique le mot référendum représente le repoussoir ultime comme les gousses d’ail pour le vampire.
    De leurs réflexions sur l’avenir de ce pays, ils constatent que celui-ci arrive AU BOUT de l’impasse dans laquelle l’Histoire et nos dirigeants éclairés l’ont conduit aveuglément.
    Si une impasse, pour le royaume de Belgique, est un territoire familier depuis sa création, le référendum existentiel revient à s’aventurer comme Stanley en territoire complètement INCONNU.
    De plus, si cette proposition audacieuse du référendum est la conclusion de leurs analyses et de leurs points de vue cela signifie que l’incendie ne couve plus dans la cave mais que le toit va bientôt s’effondrer.
    Advienne que pourra !

    J'aime

  2. L’état belge fut de tout temps francophobe. Ce qui a changé c’est
    l’attitude de Paris, La France a renoncé à revendiquer les territoires
    qui lui reviennent de droit. Baudouin invité par le Géñéral De Gaulle
    s’est abstenu de le réinviter, Difficile d’ètre plus grossier, Et l’actuel
    locataire de l’Elysée a ignoré la Wallonie lors de sa récente visite
    d’Etat. Il suffirait que la France haussàt le ton et renonce
    à cette politique de gribouille Pas d’ingérene mais pas d’indifférence
    Michel le collabo de la Flandre a renoncé à l’achat des avions
    francais au profit de l’avion americain. Et Macron s’est incliné
    offrant de surcroìt un siège europén a ce Belgicain valet de la
    Flandre. Les politiciens wallons(le General disait les politichiens)
    rivalisent de médiocrité et les Wallons se vautrent dans la belgitude

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s