La France pour nous sauver…

Dans la dernière édition du magazine Le Vif/L’Express, on a pu lire ce billet du journaliste Olivier Mouton :

La France pour nous sauver de la banqueroute

Les budgets des entités francophones -Régions bruxelloise et wallonne, Communauté française- sont dramatiquement dans le rouge. Et les nouvelles majorités ont tendance à laisser filer les déficits. C’est la chronique d’une catastrophe annoncée. Paul Mélot, socialiste liégeois qui milite activement à l’Alliance Wallonie France (AWF), voit dans cet endettement croissant un argument supplémentaire pour son dessein rattachiste, en plus de son attachement aux valeurs républicaines. « Si la sécurité sociale est scindée, la fin du pays représenterait, par Wallon, une dette de 3 875 000 euros en plus d’une perte de revenus annuels de 1 447 euros », calcule-t-il dans un courriel envoyé le 17 novembre, après une réunion de l’AWF. Conclusion : « Une Wallonie indépendante n’est pas viable et la seule solution possible consiste bien en une union à la France. »

Pour ceux qui ne l’ont pas reçu, voici le courriel en question :

A mes amies, amis et connaissances,

Vous connaissez mon profond et sincère attachement aux valeurs de liberté, d’égalité, de solidarité et de laïcité, donc aux valeurs républicaines.

Vous n’ignorez sans doute pas que je milite activement à l’ALLIANCE WALLONIE FRANCE, mouvement citoyen pluraliste, démocratique et laïc.

Hier, j’ai participé à notre Conseil général élargi et, en guise d’introduction à nos travaux, présenté une synthèse de la situation politique que nous subissons…

Ma conviction intime est que le SEUL avenir de la Wallonie consiste à être réunie à la France et repose avant tout sur la pratique culturelle de notre langue, us, coutumes, philosophie des lumières, de notre histoire, bref, la culture française. Ce qui n’a absolument rien à voir avec les arguments qui me sont bien souvent avancés (la France de Macron…). Mais derrière ces réalités se profile aussi – et peut-être même surtout dans un avenir plus proche que l’on puisse penser ou espérer –  une réalité et nécessité économique, vu l’évaporation de l’Etat belge et l’écrasante toute-puissance de la Flandre qui a perdu tout sens de solidarité…

Pour vous en documenter, vous trouverez ci-dessous une partie d’un message envoyé à l’ami qui rédige le P.-V. de cette réunion. Je suis la méthodologie de mon ami Jules GAZON, Professeur émérite de l’Uliège dont les travaux n’ont jamais été mis en doute par qui que ce soit, car ils reposent sur des bases scientifiques !

J’ambitionne de compléter ce travail par un autre, qui aura trait à la sécurité sociale et ses diverses branches. Toute personnalité politique wallonne qui envisagerait, pour satisfaire les revendications flamandes, de scinder l’une ou l’autre des branches OU encore de créer deux ministres fédéraux du gouvernement central chargés des rôles flamand et wallon d’un budget de sécu, serait en total porte-à-faux avec l’éthique wallonne, et, pour tout dire, d’une malhonnêteté crasse par rapport aux programmes électoraux qui n’ont jamais avancé une scission, partielle ou totale. S’il arrivait que ce soit le cas, c’est dans la rue qu’il nous appartiendrait de défendre notre avenir et surtout, celui de nos enfants, de nos petits-enfants ! La plus que regrettable scission des allocations familiales (que l’on sait déjà devenir impayables à Bruxelles demain et ici en Wallonie, après-demain) hélas concédée par Di Rupo et les autres en 2011, sa Loi de financement odieuse (2014) qui va précipiter ET la Wallonie ET la Communauté française dans une faillite, dès 2024-2025 suffisent !!! J’ai, par ailleurs, retenu son récent message martelé sur tous les tons : le PS sans la NVA ou la NVA sans le PS, ce qui ne signifie en rien, que du contraire, qu’il faille ignorer ce qui se passe en Flandre, donc se parler et évoquer, comme la Flandre le veut, son indépendance. J’ai aussi, comme vous, pris connaissance des déclarations du même tonneau de Paul Magnette avant qu’il ne soit désigné informateur royal.

Soyons bien persuadés qu’EN PLUS de ce que je décris, situation déjà alarmante au plus haut degré (et occultée par les responsables politiques et trop souvent ignorée par la presse qui craint pour ses subsides) trouver les dizaines de milliards pour la sécurité sociale en Wallonie est mission totalement impossible. Donc que la fin de la Belgique en est inévitablement au rendez-vous !!! Donc, que faire demain ???

En vous souhaitant une lecture vigilante, en vous CERTIFIANT que je « ne roule » pour personne, sinon pour l’avenir de nos enfants et petits-enfants, recevez mes meilleures salutations et amitiés et ne vous privez pas de transférer ce message. Merci d’avance !

Paul Mélot, 17.11.2019

2 réflexions sur « La France pour nous sauver… »

  1. Bonne analyse mais il n’y a rien à espérer de la classe politique
    wallonne au contraire, Si la Belgique devenue Belgie s’évapore
    tant mieux, Si les Wallons vautrés dans leur belgitude se retrouvent
    sans le sou ils l’auront bien mérité. Le nouvel homme fort de la
    Flandre c’est Tom van Grieken et non plus De Wever lequel
    paie cher sa collaboration belgicaine(moins 300000 voix)
    Le VB est l’allié objectif des Wallons séparatistes et rattachistes.
    Malheureusement il n’y a rien á espérer de Paris sous la
    présidence du technocrate Macron. Et que dire de l’UE qui
    fera tout pour s’opposer au droit des peuples à l’autodétermination
    comme le prouve le cas de la Catalogne, Il y a au sein de l’UE
    des prisonniers politiques un scandale que personne ne dénonce

    Aimé par 1 personne

  2. La Catalogne adhéra à l’Espagne lors des luttes contre l’Islam au 15e siècle !
    La Belgique fut créée de toutes pièces, au 19e siècle, par la Grande – Bretagne avec l’assentiment de l’Europe contre la France et le Royaume des Pays-Bas.
    En fait, ni l’un ni l’autre ne pouvait disposer du port d’Anvers, des houillères et de la métallurgie wallonnes.
    Tout le drame réside en ces trois derniers mots !
    Donc l’Europe actuelle ne possède aucun argument valable à opposer à l’évaporation du royaume de Belgique. Sauf, à acquiescer à la dislocation et à la répartition des membres épars entre l’Allemagne, les Pays-Bas et la France.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s