La langue française ne doit pas qu’être franco-française

France 24 a diffusé cette semaine un intéressant débat sur la langue française pratiquée à travers le globe. Il en ressortait que la politique ne devait pas entraver la diffusion de la langue française. Cela signifie que le Quai d’Orsay se devait de mieux soutenir l’Alliance française à travers le Monde. La diffusion de la langue française ne doit pas servir d’instrument politique aux présidents de la France mais devrait servir à une Académie française, certes basée à Paris, plus jeune, plus active, élargie à des académiciens du Québec comme de l’Afrique. Il s’agit d’acter la richesse de vocabulaire tout en garantissant l’homogénéité des règles de grammaire. Les protagonistes de cette émission ne la jouaient pas franco-français.

Valmy

2 réflexions sur « La langue française ne doit pas qu’être franco-française »

  1. Le français est la deuxième langue étrangère la plus apprise au monde en 2018, selon l’Organisation Internationale de la Francophonie (SYNTHESE)
    .
    French.xinhuanet.com | Publié le 2019-03-29 à 05:32

    PARIS, 28 mars (Xinhua) — Avec plus de 50 millions d’apprenants, le français est la deuxième langue étrangère la plus apprise au monde en 2018 selon la publication « la langue française dans le monde » récemment publiée par l’Organisation internationale de la Francophonie.

    La plus forte augmentation d’apprenants se trouve en Afrique subsaharienne et dans la région de l’océan Indien (+126%) ainsi qu’en Afrique du Nord et au Moyen-Orient (+33%). Selon la prévision de l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone de l’Université Laval (ODSEF), partenaire de l’OIF, entre 477 et 747 millions de personnes seraient francophones d’ici 2070.

    Cette étude scientifique est réalisée tous les quatre ans et analyse l’évolution de la pratique du français dans le monde qui est la langue officielle de 32 pays et compte 300 millions de locuteurs dans le monde en 2018, soit une hausse de 10% depuis 2014. Le français est la 5ème langue la plus parlée dans le monde après le chinois, l’anglais, l’espagnol et l’arabe.

    L’Afrique concentre une très forte proportion de francophones puisque 60% des locuteurs quotidiens du français s’y trouvent en 2018 et la plus grande proportion de francophones sur le continent (supérieure à 40%) se trouvent au Gabon (66%), au Congo (59%), en République démocratique du Congo (51%) et au Togo (40%) dans lesquels le français est la langue officielle. En revanche, le français est très peu parlé bien qu’étant la langue officielle au Mali (17%), au Niger (13%) ou encore au Burkina Faso (24%).

    À l’échelle mondiale, l’étude du nombre de locuteurs quotidiens du français montre que la plus forte proportion se trouve en Afrique subsaharienne et Océan Indien avec 44%, suivi de l’Europe (33%), de l’Afrique du nord et du Moyen-Orient (14,9%), Amérique et Caraïbes (7%) et Asie et Océanie (0,3%). Selon l’ODSEF, en 2050, plus de 70 % des francophones seront africains et l’Afrique comptera plus de 90 % des jeunes francophones de 15-29 ans tandis que l’Europe tombera sous la barre des 20 %.

    Pour la région Asie-Océanie, des enseignements en français sont dispensés dans des territoires francophones tels que la collectivité territoriale de Nouvelle-Calédonie, rattachée à la France, ou encore le Vanuatu avec un statut particulier, et dans le cadre du réseau scolaire de l’AEFE d’Asie-Océanie, qui représente à peu près 6 % des effectifs dans le monde, avec un total de 21 383 élèves scolarisés en français, au sein de l’un de ses 48 établissements.

    Les effectifs les plus importants pour la région sont concentrés en Chine (4 720 élèves), à Singapour (2 953), au Vietnam (2 264) et en Australie (2 174), a indiqué l’OIF, précisant qu’une progression importante de la demande de français, s’observe en Chine, avec une dynamique particulièrement marquée dans le supérieur, notamment à travers l’ouverture régulière de nouveaux départements de français.

    Selon Campus France, la région Asie-Océanie constitue la principale zone d’origine des étudiants internationaux dans le monde, avec 107,3 millions d’étudiants en 2015, dont 1,9 million en mobilité. Près d’un étudiant sur deux (42 %) dans le monde provient en effet de cette région. Des chiffres qui sont en constante évolution et ce de façon soutenue, avec +23 % en 5 ans, et +70 % en 10 ans.

    L’OIF a également expliqué que la Chine est le premier pays d’origine des étudiants en mobilité avec 821 473 étudiants, suivie de l’Inde (256 000), de la Corée du Sud (107 000) puis du Vietnam, de la Malaisie, du Bangladesh, du Pakistan, de l’Indonésie, du Népal.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s