Ce n’est pas tous les jours dimanche…

Lettre à Tim Vandeput
Par Jean-Luc Lefèvre, Jambes
 
Monsieur le Député,
 
Grâce à RTL-TVI, j’ai d’abord pu mesurer votre connaissance de la langue française et je tiens à vous en féliciter.
 
Quant à votre conception de la défense de la mobilité dans ce pays, elle ne me convainc pas.
D’abord, parce que votre philosophie m’est apparue très égoïste, au seul profit de la région flamande et de la périphérie bruxelloise. A aucun moment, vous ne prenez en compte la spécificité des régions rurales de la Wallonie qui ne connaissent pas ces embouteillages ni ces impacts environnementaux et moins encore les coûts déjà assumés (les distances parcourues, un carburant déjà plus cher qu’à proximité du port d’Antwerpen, encore alourdi de taxes et accises). Vous avez la prétention, l’arrogance, peut-être, d’imposer à une région des remèdes qui ne correspondent pas à ses problèmes.
 
Dans votre analyse, vous confondez allègrement utilité et utilisation de la voiture personnelle, la seconde étant directement proportionnelle à la première dans des bourgades en totale déshérence en termes de transports en commun.
Voulez-vous asphyxier la vie sociale, culturelle et associative en terres romanes de Belgique ? Voulez-vous que la facture de leurs habitants soit lestée de cette taxe quand ils feront appel à tel service d’infirmières à domicile, telle entreprise de titres-services…?
 
A aucun moment, je ne vous ai entendu répondre à ces arguments, sinon par des promesses qui n’en sont pas : l’exonération de la taxe annuelle (300-400€) compensés par 1 000 € de taxe kilométrique (10 000 km/an),  Cela me déçoit, mais je peux le comprendre quand le projet réel n’est pas celui qui est présenté.
 
Quant aux compensations, elle s’apparentent à de l’escroquerie dans un état de droit dont la Constitution prétend toujours l’égalité de tous devant la loi.
Plus grave encore. En réponse à l’argument de « fliquage », je vous ai entendu répondre que tous, nous étions déjà « fliqués ». Combien de caméras à Laforêt, Forge-Philippe ou Petites-Tailles ? Combien de portiques ? Ou cela traduit votre ignorance de la région wallonne (mais alors, cessez de parler pour la Wallonie), ou, ce que je crois, vous prenez vraiment vos désirs pour vos réalités.
 
Vous plaidez pour une stratégie fédérale en la matière…Etonnant pour un parti qui revendique depuis les années septante du siècle dernier davantage de compétences régionales  !
 
En fait, M. Vandeput, vous jouez sur tous les tableaux, sans réaliser vos contradictions : tantôt le levier régional (la taxe kilométrique), tantôt le fédéral (la Cop 21).
Aujourd’hui, avec cette taxe au kilomètre, vous dites faire cause commune avec Bruxelles…sauf pour les nuisances sonores de l’aéroport national !
 
Votre président aime le latin. Moi aussi, cela tombe bien: Quousque tandem… devrons-nous supporter vos ingérences dans des matières qui ne vous regardent ni en droit, ni en fait ?
 
Hartlelijk

2 réflexions sur « Ce n’est pas tous les jours dimanche… »

  1. Voilà les  » incohérences  » flamandes parfaitement pointées, Monsieur Lefèvre. Toutefois, cela relève plus d’une coutume stratégique de longue durée destinée, depuis des générations, à éreinter et à profiter du  » brave idiot de Wallon  » qui se sent et se veut belge jusqu’ à la mort. Que les Wallons se rassurent, depuis la « capitulation » de leurs représentants politiques lors du Congrès de 1945, leur destin ressemble au cimetière des éléphants ! J’ose utiliser le mot  » collaboration  » car il s’avère que les élus wallons pactisent et se plient aux volontés d’un peuple (devenu) étranger au détriment de leur peuple électeur. Pourquoi, à votre avis, l’Union européenne présente -t-elle la Belgique comme un modèle ? Parce que l’Union Européenne lui ressemble et l’ Allemagne y tient le rôle de la Flandre ! Mais, silence, Monsieur Macron ne voudrait pas que cela se sache en France.
    Toutefois, vivement 2019, il existe malgré tout en Flandre des partis et des factions politiques puissantes que ces « incohérences  » énervent sérieusement. Notre salut réside dans le fait qu’en Flandre on ne jouera pas impunément avec les allumettes de l’indépendance. Pour nos  » concitoyens  » le jeu dure depuis 1874; à la longue cela lasse.
    Il faut craindre que les politiques wallons acceptent le confédéralisme à la sauce flamande afin que le mythe belge se perpétue. Or, un confédéralisme qui garderait unitaire la Justice, l’Intérieur, la Défense, les Affaires étrangères relèverait de la fourberie et de l’imposture. A cela, il ne faut pas oublier LA BANQUE NATIONALE, qui n’a de nationale que le nom puisqu’il s’agit d’une société anonyme et il n’existe aucune raison de laisser cette banque aux mains des Belges puisqu’une société anonyme ne relève pas de l’institutionnel mais du Code de Commerce…

    J'aime

  2. Rappelons que tout Flamand est flamingant alors que le Wallon
    wallingant est denrée rare, Mais patience 2024 approche plus
    un liard flamand pour les Wallons. Ceux-ci vont payer cher leur
    belgitude, Plus de transfert plus besoin de Belgique comme l’a
    dit Philippe Moureaux.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s