Voyage en absurdie

Par Jean-Luc Lefèvre, Jambes

Lors de l’Affaire Cahuzac, cet expert de la fraude intellectuelle, aurait-on imaginé Le Figaro suggérer la prudence à la droite, et donc sa retenue pour exiger la démission du ministre P.S., en brandissant le spectre d’un renforcement de la gauche ?

Ne rions pas ! C’est ce qu’ose « La Libre » dans sa livraison du jeudi 29 décembre, au lendemain des Saints Innocents : en démissionnant, Francken renforcera son parti et affaiblira le CD&V.

Vrai ou faux ? Là n’est pas le problème.

Le problème, c’est d’abord, la perte des repères intellectuels en Belgique qui traduisent un estompement des normes, tant morales que politiques au point d’adopter, comme le chien de Pavlov, des attitudes inspirées de Trump.

Le problème, c’est aussi l’emprise que la N-VA exerce sur des cerveaux bien constitués, peu suspects de populisme, une authentique manipulation des esprits.

Deux faussaires, l’un français, l’autre belge (du moins, c’est ce que dit sa carte d’identité !), deux traitements de l’information qui en disent long sur l’état de santé d’un pays.

Si, en France, on n’a pas fait dans la dentelle pour exposer le cas Cahuzac à l’opinion, c’est parce que lui renvoyait au tabou de l’argent malhonnête, ce qui n’est pas le cas de Francken, dans un état, de surcroît, qui s’est émancipé depuis longtemps des droits les plus élémentaires des citoyens, comme dans les Fourons, comme en périphérie bruxelloise. N’est pas qui veut la patrie des Droits de l’Homme, et Francken le sait, qui s’en moque et en abuse !

Mais c’est aussi parce que, contrairement à la France, la Belgique est malade, ce dont tous s’accordent, même les media, tous rétifs à mettre de l’huile sur un feu qui n’en finit plus de consumer… au mépris d’une saine conception de leur travail.

Cahuzac, Francken, deux destins parallèles, deux cynismes aussi, mais un seul a droit au Paradis.

Une même amoralité, pourtant !

2 réflexions sur « Voyage en absurdie »

  1. Indignez-vous !
    Monsieur Lefèvre,

    L ‘indignation est le ferment de l’« esprit de résistance ». (Stéphane Hessel).
    Toutefois, taxer d’amoralité Cahuzac, Francken, La libre (Belgique) et la NVA montre une inclination de votre part à la mansuétude et au pardon. Sincèrement, pensez-vous que les présents protagonistes ne possèdent pas la notion de morale ?
    Reprenons les cas :
    1) Cahuzac, comme représentant politique socialiste, est profondément immoral.
    En évitant l’impôt, il trompe non seulement son électorat, qu’il affirme protéger, mais encore il trompe tous les citoyens français soumis à l’impôt. Par le blanchiment d’argent, une fraude caractérisée, il s’enrichit consciemment. Par le mensonge devant ses pairs (donc devant la Nation), il trahit sciemment le serment solennel de respecter la République française et ses lois. Son cas s’apparente aux affaires Publifin, Samu social et j’en passe une longue litanie. Il s’agit d’une dérive incompatible avec la qualité de « socialiste » qu’il s’arroge puisqu’un tel engagement se fonde par principe sur « une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices ». Bien évidemment, je n’y inclus pas la juste rétribution légale quelle que soit son importance.
    2) L’action du Secrétaire d’Etat Francken relève d’une autre conception : le machiavélisme « qui repose sur l’idée que, pour réussir, l’exercice du pouvoir politique doit être indépendant de la morale et de toute obligation de sincérité. » (Machiavel, Le Prince ».
    Francken applique la loi belge mais il l’applique selon le souhait de l’électorat de Flandre et de Brussel. Il ne se soucie pas des Wallons qui ne votent pas pour lui puisque, en matière électorale, ces derniers vivent dans autre « pays ». Et tant pis pour le Premier ministre Michel et le MR, otages de la majorité flamande, et tant pis pour les associations gauchistes subsidiées par nos impôt comme le MRAX, UNIA et les Droits de l’Homme. En réalité, Francken peut être moralement bon dans une cité politiquement malade. Et comme vous l’écrivez : « la Belgique est malade ». La morale relève de l’individu mais si l’Etat s’en mêle il devient un Etat totalitaire.
    3) La N-VA n’exerce d’emprise que sur des Belges, des Wallons et des Bruxellois francophones à la recherche consciente ou non d’une protection efficace que les gouvernements bruxellois et wallons successifs ne leur offrent plus depuis des décennies.
    En Flandre la NVA navigue entre ses objectifs, la compétition du Vlaams Belang et les désirs d’électeurs potentiels et confirmés. C’est de la politique ordinaire et certes du machiavélisme.
    4) « La Libre Belgique » alias « La Libre » « dans sa livraison du jeudi 29 décembre 2017 » s’inquiète du CD&V. Ne trouvez-vous pas étrange qu’un journal « francophone », certes bruxello-belgicain, s’inquiète de l’état de santé d’un parti politique flamand en cas de démission du Secrétaire d’Etat Francken ? En fait, il faut espérer cette démission si cela peut renforcer le courant nationaliste indépendantiste en Flandre. Le CD&V, ex-Katholieke Partij, ex CVP, dont « les gènes sont nationalistes » (Wauter Beke), souhaite affranchir la Flandre de la présence wallonne mais, selon la théorie du maître à penser, feu le ministre Frans Van Cauwelaert, ce parti rêve d’une België où la Flandre majoritaire dominerait la « colonie Wallonie ». En soutenant un parti politique gouvernemental régional, clairement antagoniste à la Wallonie, le comportement de La Libre relève d’une forme de collaboration intellectuelle et d’incivisme au
    détriment du peuple wallon. C’est de l’immoralité.
    BONNE ANNEE 2018

    J'aime

    1. Cette conception de l’amoralité quand il s’agit de Francken et de l’immoralité quand il s’agit de Cahuzac me paraît bien subtile. Ayant relu et le Robert et le « Dictionnaire de philosophie » de Comte Sponville, elle me paraît aussi très jésuite. Cahuzac et Francken sont AMORAUX dès l’instant où ils n’ont aucune référence morale. L’un comme l’autre, comme aussi S. MORAUX et ses comparses de Publifin, sont incapables de différencier le bien et le mal dans leur action publique; seul compte pour eux le succès de leur entreprise, quelle qu’elle soit, l’enrichissement personnel ou le succès électoral, ce qui les rend machiavéliques et les conduit à mentir au législatif, voire à le défier ( la fin justifie tous les moyens).
      Est IMMORAL celui ( celle) qui a des références, les connaît…et les détourne sciemment dans un but déterminé…comme La Libre dans la présentation des faits.

      Une chose est sûre: je ne suis pas Salomon qui voudrait accréditer de subtiles nuances dans l’appréciation des hommes, je ne pardonne ni à l’un ni à l’autre, et les arguments ad hominem me sont toujours apparus très faible_

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s