Certains découvrent la lune !

 Par Roland Douhard

  Depuis le début, l’enquête sur les tueurs du Brabant pose question, car, quels qu’ont été les enquêteurs depuis 34 ans, elle est apparue douteuse, voire orientée. De 1983 à 1985, les attaques meurtrières dans les magasins Delhaize firent 28 morts et de nombreux blessés.

  A l’aune des récentes révélations (*), il faut s’intéresser à l’épisode de l’attaque militaire, sous couvert d’un exercice commun de l’OTAN, de la caserne de Vielsam, en mai 1984, où un militaire belge fut tué, le sous-officier de garde, Carl Fresches. A l’occasion de cet « entraînement », des armes de combat ont été volées et des traces de ces armes, des douilles, semblent avoir été retrouvées plus tard sur d’autres scènes de crime.

  Il serait très utile d’analyser de plus près, enfin sans tabous, la présence de gendarmes de l’ex-Brigade Diane lors des attaques des magasins Delhaize et  les relations que l’Etat-major de la gendarmerie de l’époque, pour ne pas le nommer, le général Baurir et son entourage direct, entretenait avec des membres de la Sûreté de l’Etat ainsi que certains truands.

  Le témoignage interpellant du frère d’un des présumés meurtriers confirme ce que l’on savait, et non supposait, depuis longtemps; à savoir, le rôle joué par un groupe de gendarmes d’élite dans cette tragédie. Mais il faut voir cet épisode de plus haut et de plus loin.

  Relisons ce passage du livre d’investigation de Jean Mottard, avocat et homme politique liégeois, et René Haquin, journaliste au « Soir » de Bruxelles, tous deux décédés, « Les tueries du Brabant », Editions Complexe, 1990:

  « (…) L’ancien gendarme Lekeu et d’autres ont parlé d’une tentative de coup d’Etat. On trouve des indices qui donnent à penser à une oeuvre de longue haleine, orchestrée peut-être de l’étranger, destinée à contraindre le pays à se restructurer sur le modèle voulu par ceux qui ont organisé le complot. (…) »

  Il ne serait pas inutile non plus de mettre en parallèle les événements tragiques que se sont passés en Italie et en Belgique au cours des années fin ’70 et ’80. L’existence dans ces deux pays du réseau « Gladio », mis en place clandestinement après la Seconde Guerre mondiale, afin de pouvoir faire face à une éventuelle invasion des chars soviétiques.

  Les deux « ventres mous » de l’OTAN à l’époque, chacun le savait, c’était précisément l’Italie, où l’accession au pouvoir des communistes d’Enrico Berlinguer, en alliance avec la Démocratie chrétienne d’Aldo Mauro, le fameux « compromis historique », devenait possible, et la Belgique, Etat considéré comme déliquescent à Washington, gangréné à la fois par une guerre communautaire Nord/Sud et des syndicats marxistes; cela ne présageait rien de bon pour la solidité des forces atlantiques européennes.

  Les Brigades Rouges d’un côté, l’assassinat, entre autres, du président de la Démocratie chrétienne; l’extrême droite noire de l’autre et l’attentat de la gare de Bologne, qui fit 85 morts et plus de 200 blessés. Les Cellules Communistes Combattantes (CCC), avec l’attentat, parmi d’autres, contre le siège du patronat à Bruxelles, qui fit deux morts, deux pompiers; les Tueurs du Brabant wallons dans les magasins et sur les parkings Delhaize, dont on connait le bilan.

  A y regarder de plus près, les années qui suivirent ces séries d’attentats coïncident à Rome comme à Bruxelles avec l’augmentation très sensible des budgets alloués aux forces de l’ordre, Polizia di Stato et Gendarmerie, dès lors toutes deux considérées comme un Etat dans l’Etat sans réel contrôle démocratique. Pour la Belgique, il n’est pas inutile de rappeler que quelques années plus tard, le ministre socialiste flamand de l’Intérieur, de 1988 à 1994, Louis Tobback, proposa et décida de désarmer la gendarmerie, jugée trop dangereuse, elle-même fusionnée et donc dissoute par après avec la Police fédérale en 2001… Cherchez l’erreur.

  (*)  Un homme de Termonde, Flandre, a affirmé que son frère, un certain Christiaan Bonkoffsky, décédé il y a deux ans, ancien membre de la Brigade Diane de la gendarmerie, lui a confié sur son lit de mort,  qu’il était l’un des tueurs recherchés, mieux connu sous l’appellation du « géant ».

4 réflexions sur « Certains découvrent la lune ! »

  1. « Quelle était la finalité des attentats ?  » d’autant qu’il semble que ces faits se déroulèrent à travers l’Europe occidentale à la même époque et selon des méthodes similaires. Si ces faits peuvent être imputés à des  » cellules de  » résistance à une occupation russe supposée » l’OTAN se trouvera pointé du doigt de l’opprobre. Toutefois, l’OTAN signifie douze membres fondateurs et vingt-huit actuellement. Cela signifie que chercher un seul meneur, dont assurément l’ombre tutélaire couvre notre continent depuis 1945, ne résout pas l’enquête car tous les autres membres devaient partager le secret en partie ou, peut-être, totalement. Dans ces cas-là, la raison d’Etat sert de chape et la clé du mystère échappera à tout le monde. De toute manière, les attentats à caractère religieux de ces dernières années aboutissent au résultat recherché et cela à la demande de la population: la surveillance de tout un chacun !

    J'aime

  2. Bon je sais que ça n’a strictement rien à voir avec le présent article, mais je ne savais pas où le mettre??? Voici un lien (RTBF) assez intéressant pour nous, rattachistes, de rapprochement entre un département français (les Ardennes) et la Wallonie, entre autres… https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_l-ardenne-devient-une-marque-transfrontaliere?id=9748392
    Si l’AWF veut en faire un article à part entière, libre à vous…merci.

    J'aime

  3. « La surveillance de tout un chacun » ? Certes! Raison d’état et motivations religieuses peuvent aboutir, dans les faits, au même résultat…, mais cela ne justifie rien, ni les motivations religieuses dans leur démesure, ni la raison d’état, dans sa démesure. Tout au plus cela tend à banaliser les choses. Au profit de qui et de quoi?

    « …au résultat recherché et cela à la demande de la population »? En 2016-2017, sans doute, mais pas dans les années 1985 quand la N-VA n’existait pas. Une banalisation supplémentaire?

    Conclusion: à chacun son djihad!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s