Plan Marshall 4.0 contre Wallonie bashing.

Nous reproduisons ci-dessous l’article lu sur le blog « Debout la Wallonie française » et en partageons complètement le contenu.

Il y a dix ans déjà était présenté le premier « Plan Marshall » pour la Wallonie. Cette semaine, le Gouvernement wallon vient de nous servir son Plan Marshall 4.0.

La critique est toujours aisée et l’art si difficile. Les esprits chagrins auront sans doute  une fois encore beau jeu de moquer l’initiative. Même si l’on peut s’interroger sur le pourquoi de ces plans successifs (serait-ce juste des « coups de com’ ?), ne boudons donc pas notre plaisir.

Le Plan Marshall met l’entreprise wallonne au centre du socio-économique, et c’est sans doute cela le plus important. Selon les chiffres, il aurait permis de créer ou d’éviter la perte de dizaines de milliers d’emplois.  Selon nos chefs d’entreprise, le Plan est perfectible mais l’on peut parler de succès.   Pôles de compétitivité, exportations, création d’entreprises, aides à la croissance, etc… , toutes ces actions vont dans le bon sens et donnent envie de croire au redressement effectif qui finira bien par arriver…

Tel est ce Plan 4.0: trois milliards sur cinq ans, répartis sur cinq axes : Formation et enseignement, politique économique et industrielle, mobilisation territoriale, politique énergétique en transition, intégration du numérique.

Rappelons qu’il y a quelques jours, Eurostat publiait ses derniers chiffres du PIB en Europe par régions et que si la Flandre présente un PIB moyen de 120% (moyenne européenne = 100), celui de la Wallonie affiche un faible 88% ! C’est dire le fossé qui sépare le nord et le sud du pays. Nous avons  donc tout lieu d’encourager le Gouvernement wallon à travailler sur le redressement de notre région.

Notre commentaire : trois milliards sur cinq ans nous semblent insuffisants  pour recouvrir des axes aussi fondamentaux que la Formation et l’ Enseignement, la politique économique et industrielle, la transition énergétique, l’intégration du numérique et la mobilisation territoriale. Les économies d’échelle que nous permettrait l’activation des accords bilatéraux signés avec la France en 2005 devraient avoir pour conséquence de gonfler sensiblement le budget consacré au Plan Marshall 4.0.

10 réflexions sur « Plan Marshall 4.0 contre Wallonie bashing. »

  1. Le PIB est calculé au départ des centres de décisions des entreprises. L’hyper-centralisme belge autour de l’axe Bruxelles-Anvers y a ainsi concentré depuis 1830 les centres de décision.
    En d’autres termes, on produit en Wallonie, on y travaille, mais le pouvoir et surtout les centres de recettes fiscales (qui entrent dans le calcul du PIB) ne s’y trouvent pas.

    J'aime

  2. LE PIB flamand aussi est sous évalué, pour la même raison. C’est le montant du PIB bruxellois qui est surévalué…20 % du PIB belge, alors que si on regarde la répartition territoriale des revenus, Bruxelles tombe à 10 %, soit son poids dans la population belge…Si on répartissait ces 10 points de PIB faussement « bruxellois » entre Flandre et Wallonie, ce serait de l’ordre de 3/4 pour la Flandre et un 1/4 pour la Wallonie, ce qui augmenterait encore l’écart entre les deux Régions…

    J'aime

    1. Résultat de l’hypercentralisme économique, administratif et politique belge autour de l’axe Bruxelles-Anvers depuis 1830…
      La Wallonie a été l’objet d’un véritable pillage de type colonial. Après le guerre de 40-45, la situation a encore empiré par le refus des « élites Bruxello-flamandes » de moderniser les industries et reconvertir les entreprises d’extraction situées en Wallonie, préférant les « user » jusqu’au bout pendant qu’elles privilégiaient des investissements massifs en Flandre et à Bruxelles. Il est d’ailleurs étonnant que l’écart entre les Régions ne soit pas plus important…
      Connaître l’Histoire, c’est aussi comprendre le présent.

      J'aime

      1. j’aime rappeler que le PIB de la Wallonie, même sous estimé à 88, est tout à fait comparable à celui de Régions françaises prestigieuses comme la Bretagne (87), la Normandie ( 90) ou la Bourgogne (73)…
        (Ces chiffres viennent du Figaro)
        Par contre, il serait bon pour la Wallonie d’affiner les chiffres en vue du futur partage de la dette de l’Etat Belge : la Wallonie ne devrait en supporter que 1/4, au lieu du 1/3 généralement retenu en fonction des recettes fiscales et du nombre d’habitants des Régions respectives…
        Georges-Henry Simonis.

        J'aime

      2. Le P.I.B. de la Bourgogne est de 89, celui de la Bretagne 88. A remarquer qu’aucune région de France métropolitaine n’est sous 80. Ainsi, la Corse a un P.I.B. de 89 (source Eurostat). Seule l’ Ile de France fait exception avec un P.I.B. de 175 grâce à Paris intra-muros.(Eurostat)
        Le P.I.B. de la Wallonie est de 88, mais avec des disparités plus fortes selon les provinces. Ainsi le Hainaut est à 78 et le Luxembourg belge à 77 alors que le Brabant wallon profite de la proximité de Bruxelles-Capitale avec un P.I.B de 129(toujours selon Eurostat).

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s