L’AWF invitée au 10e anniversaire du groupe de prospective de l’INSTITUT JULES DESTREE

Le 27 novembre 2014, l’ INSITUT JULES DESTREE  fêtait à Namur le 10ème anniversaire de son groupe de prospective, dans les locaux du Parlement Wallon, à Namur. Son directeur, Philippe DESTATTE, n’a pas hésité à ouvrir l’événement à l’Alliance Wallonie France : cinq administrateurs de notre mouvement participèrent aux travaux très intéressants sur l’avenir de la Wallonie.

Colloque Prospective-Parlement Wallon-2014-11-27De l’aveu des organisateurs, il n’y a pas assez de prospective en Wallonie. Une représentante de la Région Nord-Pas de Calais exposa les travaux en cours dans sa région où pas moins de douze personnes sont occupées à temps plein pour faire de la prospective de leur région. Ce n’est pas le cas en Région wallonne, où les moyens sont insuffisants.

Peut-être les membres de l’AWF ont-ils été perçus comme quelque peu incongrus dans ce cénacle au sein duquel la réunion de la Région wallonne à la France ne semble pas être un des thèmes de réflexion privilégiés. Cependant, il est assez évident que les aspects institutionnels font étroitement partie de quelque réflexion que ce soit en matière  de prospective…

Colloque Prospective-Parlement Wallon-2014-11-27

Au fil de discussions très intéressantes, nous avons donc pu énoncer publiquement notre analyse en trois points :

– La fin de la Belgique est inéluctable à court ou moyen terme. Dès à présent, la Flandre se comporte comme une nation.

– Chiffres à l’appui, une Wallonie indépendante n’est pas viable au niveau de ses finances publiques. Un état wallo-bruxellois ne l’est pas plus pour des raisons politiques (95 % des Bruxellois ne voient pas leur sort lié à celui de la Wallonie).

– Par défaut, la Communauté de destin avec la France s’impose. C’est le choix de la raison, de la solidarité interrégionale et du refus de sacrifier au minimum deux générations de Wallons sur l’autel d’une Belgique devenue mortifère pour la Wallonie. Le projet d’intégration-autonomie de la Wallonie dans la République doit être étudié et utilisé au mieux pour que sortent renforcés ET la Wallonie ET la France dans le respect de l’héritage wallon.

Colloque Prospective-Parlement Wallon-2014-11-27

Nous espérons que cette prise de contact avec cet Institut  qui porte judicieusement le nom de Jules Destrée, notre glorieux prédécesseur, aura des suites  intéressantes pour l’avenir le la Wallonie et de nos concitoyens. Nous avons convenu de rester attentifs aux travaux des uns et des autres.

Colloque Prospective-Parlement Wallon-2014-11-27Nous avons évidemment l’espoir que le débat sur la réunion de la Wallonie à la France prenne place sans tarder au sein des états-majors des partis politiques, des universités, des syndicats, de la presse belge et française, et , plus largement de l’ensemble des citoyens concernés.

 Merci à l’Institut Jules Destrée pour l’attention qu’il nous a réservée.

Georges-Henry SIMONIS

2 réflexions sur « L’AWF invitée au 10e anniversaire du groupe de prospective de l’INSTITUT JULES DESTREE »

  1. C’est pas mal ça comme démarche, effectivement. J’aurais bien aimé connaître l’opinion de la représentante de la Région Nord-Pas-de-Calais (mon épouse est du ch’Nord) concernant l’éventualité qu’un jour la Wallonie puisse devenir Région de France?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s