France et Wallonie unies dans la douleur

Charlie Hebdo

Nous pleurons la liberté de la presse, le talent et le courage assassinés.

Charlie, nous connaissions et nous connaissons. Pour preuve, l’article que nous avions publié ci-après :

« Charlie Hebdo »

« Charlie Hebdo »… On aime ou on n’aime pas, voire on adore ou on déteste jusqu’à le haïr.

Parmi les amoureux de la caricature, on trouvera de nombreux adeptes. D’autres parlent de vulgarité pour des dessins qui ne font pas toujours, c’est vrai, dans la dentelle. Mais Charlie Hebdo, ce sont aussi des articles de qualité signés par de belles plumes.

Charlie HebdoPlusieurs membres de l’A.W.F. se rappelleront ce numéro du mercredi 21 novembre 2007 où l’hebdomadaire débarquait à Liège et consacrait ses deux pages centrales à la région liégeoise sous le titre de « Allons Wallons de la patrie ! »

Quelle ne fut pas notre surprise de voir le dessinateur Schvartz et la journaliste Marine Chanel nous rejoindre à une soirée de bowling que nous organisions. Nous avions apprécié le professionnalisme de nos interlocuteurs mais surtout l’article et les caricatures qui avaient suivi.

Outre la mouvance d’Alliance à la France, le magazine avait aussi interviewé Alfred, un sidérurgiste, sujet ô combien d’actualité, le politologue Pierre Verjans et Philippe Dutilleul, l’auteur du fameux journal télévisé fiction qui annonçait la scission de la Belgique.

Aujourd’hui, Charlie Hebdo se retrouve sous les feux de l’actualité avec les caricatures de Mahomet. D’un côté, la défense de la liberté d’expression de la presse, de l’autre, des islamistes qui ne peuvent supporter la représentation du prophète sous quelque forme que ce soit. Pris en tenailles, des millions de musulmans français qui ne demandent qu’à vivre en paix, mais aussi tous les Français qui vivent dans des pays où l’islamisme politique est au pouvoir. Enfin, la fille Le Pen qui sort du bois et reprend les vieux slogans de son père.

Charlie Hebdo n’a-t-il pas un double mérite ? Celui de nous amener à la réflexion et celui d’animer le débat. A ce double titre, je souhaite longue vie à Charlie Hebdo.

Paul Durieux

10 réflexions sur « France et Wallonie unies dans la douleur »

  1. Je suis Charlie. Nous sommes tous Charlie. De tout mon cœur, de toute mon âme, je communie avec la France, avec la République française et ses martyrs de la Liberté !

    J'aime

  2. RIP Charlie!!! Même si je ne suis pas toujours d’accord avec un certain humour (c’est aussi cela la liberté), qu’on tue des gens pour des dessins est d’une horreur absolue (quand j’pense que ces individus nous traite nous, occidentaux, de « chiens », on se demande aujourd’hui qui sont vraiment les chiens!!!). Je ne connaissais pas bien les caricaturistes attaqués, à part Cabu, dont je retiendrais les dessins de l’animatrice Dorothée (avec son long nez) dans les 80 quand il travaillait pour l’émission Récré A2. Toute une époque! Salut l’artiste!

    J'aime

  3. La France est en deuil et nous tous aussi. Un tournant de l’Histoire est en train de se produire. Où allons-nous? Je n’en sais rien ! Et je n’ai pas encore rencontré quelqu’un capable de me dire … La seule chose dont je suis sûr est que le temps est au recueillement, à la solidarité et à la réflexion. Il est temps de s’interroger sur notre monde et décider de ce que nous voulons. Après le 11 septembre, le 7 janvier …

    J'aime

    1. Je viens de terminer la lecture du livre, tant décrié, « Le suicide de la France ». Zemmour est certes un polémiste mais son livre est surtout une remise à plat de l’Histoire contemporaine de la France face à elle-même, face à l’Europe et face au USA. A ce niveau là rien à redire d’ailleurs la bibliographie représente une charpente solide à l’ouvrage. Maintenant, les conclusions que l’auteur propose doivent s’analyser selon la vérité de chacun. Là, c’est une autre histoire !

      J'aime

  4. Les médias belgicains célèbrent la liberté d’expression, la liberté de presse.

    Mais ce journal fut interdit de diffusion en Belgique à la mort de Baudouin, non ?

    J'aime

    1. Et pour cause, au décès du Roi Baudoin, ils avaient titré « mort du roi des cons »!!! Ce n’est pas parce que l’acte du 7 janvier est atroce, qu’il faut (ou fallait) tout accepter de la part de ce journal!!!

      J'aime

      1. J’ai eu la chance d’être en France à l’époque de la mort de ce roi (sans majuscule !) et donc d’avoir échappé à l’hystérie collective qui – vu de là-bas – s’est emparée des belges en général et de Bruxelles en particulier.
        J’avais évidemment acheté Charlie et Libé et je peux vous assurer que l’article en question n’avait rien de particulièrement choquant.
        Et si justement ! Il fallait tout accepter de ce journal, puisqu’ils s’attaquaient à toutes les formes de connerie humaines, à toutes les injustices, à tous les tabous, à toutes les manifesttions d’intégrisme, à toutes les dérives politiques ou sociales.
        C’étaient des indignés avant l’heure. Ce n’est pas parce qu’ils utilisaient un langage moins policé que Stéphane Hessel que leur combat n’était pas aussi juste et sain puisque défendant, à leur manière, la vraie démocratie, la République et la laïcité. Au risque de se retrouver cloués au pilori.
        Aussi, comme lecteur (devenu de plus en plus occasionnel avec le temps, je le reconnais) de Hara-Kiri et de Charlie, je rigole un peu, comme l’auraient faits les membres de la rédaction de l’hebo, des grands élans unanimes de compassion de ceux qui, jusque mercredi matin, trouvaient encore ce journal vulgaire, grossier, insolent et « qu’il ne fallait pas tout accepter de sa part ».
        Personne parmi tous ces « Nous sommes Charlie »(sic !) actuels n’a jugé bon de les soutenir quand – eux seuls – ont osé publier les caricatures qui ont finalement abouti à les condamner à mort. Ce qui démontre après coup que ce n’était ni provocant ni inutile. Cessons aussi de croire qu’on ne combat pas l’inhumanité, l’injustice, l’infâmie, en se donnant de grands airs humanistes.

        Et pour rappel :
        Art. 11. de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 :
        La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

        J'aime

  5. L’affaire du dessin de Wolinski sur Baudouin prouve que :

    1) le sacré c’est très relatif.

    2) la liberté de presse aussi.

    3) les belgicains sont de fameux hypocrites.

    4) Commettre des attentats, c’est mal. Un enfant de cinq ans pourrait le dire.

    Ce qui est tout aussi ignoble c’est, sous le couvert de la liberté de presse verser délibérément de l’huile sur le feu pour provoquer un choc de civilisation… et monter les communautés les unes contre les autres.

    Or, faire diversion du communautaire sur les communautés, c’est aussi un truc de belgicain. Ils agiteront leurs petits drapeaux en disant : « On est tous belges contre les méchants musulmans ou contre les méchants quelque chose… »

    Je précise : je ne suis ni musulman, ni islamophobe, ni antisémite… mais Wallon et fier de l’être.

    Et je n’aime pas non plus les fanatiques de la laïcité… parce que ces gens-là existent aussi.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s