Les contorsions du CD&V

Michel, BekeLes grandes manœuvres ont commencé. Les familles politiques ont vécu, semble-t-il. Le rapprochement de circonstance entre le CD&V et le MR, sans égard pour leur parti « frère », illustre à sa façon l’évolution du « modèle » belge. Il est loin, le temps où les partis politiques étaient « nationaux ». Pour exister, se rendre incontournable, il faut adapter la stratégie aux réalités nouvelles. Alors que le PS et la N-VA jouent de leur contraste pour se mettre en lumière, le CD&V et le MR s’entendent pour se profiler ensemble comme une alternative aux deux partis qui dominent le jeu politique en Flandre et en Belgique francophone.

Le CD&V montre ainsi qu’il n’est pas moins opposé au PS que la N-VA, mais qu’il ne veut pas d’un nouveau blocage institutionnel, tandis que le MR, lassé de voir le Premier ministre acclamé comme un sauveur national, suggère que les chances de survie de la Belgique augmenteraient si le PS n’était plus au pouvoir. Parallèlement, la manœuvre de Charles Michel et de Wouter Beke tend à marginaliser l’importance de l’Open VLD et du CDh, présentés comme des alliés naturels, presque « satellisés » au profit d’un parti rival dans leur communauté respective.

Ce coup de poignard fait réagir le CDh, lequel déclare que le MR « se sert du CD&V pour monter dans le sac à dos de Bart De Wever ». Même si ce n’est pas voulu, voilà qui confirme au moins les affinités supposées entre le CD&V et la N-VA. Bien sûr, les discours sont des attrape-mouches et le positionnement réel des partis dépendra du résultat des élections, mais les contorsions du CD&V, qui font dire à Bart De Wever que « les partis traditionnels s’accrochent au pouvoir », méritent une attention particulière. Alors que Wouter Beke s’engage avec Charles Michel à ne pas rallumer le feu communautaire, voici ce que le politologue Carl Devos écrit cette semaine dans Le Vif/L’Express :

« En Flandre, les anciens partenaires du cartel CD&V/N-VA pourraient bien former rapidement un gouvernement. Lorsqu’on additionne les déclarations, ces dernières semaines, des deux chefs de file, Kris Peeters et Bart De Wever, on arrive à la « preuve circonstancielle » d’un pré-accord de fait. Peeters veut former rapidement un exécutif flamand, avec le moins de partenaires possible : or un gouvernement à deux n’est possible qu’avec la N-VA. Seul le CD&V envisage la possibilité d’une nouvelle réforme de l’Etat et exclut de gouverner sans majorité flamande. La N-VA aimerait poursuivre avec Peeters et affirme ne pas diriger ses flèches sur son ancien partenaire de cartel. »

Il reste quatre mois pour les élections. Suite au prochain épisode.

G.R.

Une réflexion sur « Les contorsions du CD&V »

  1. Permettez-moi la question du néophite. La sixième révision de la Constitution vient d’accorder à la Région flamande ce dont elle rêvait depuis longtemps soit la scission de BHV qui lui permet d’encercler définitivement l’agglomération bruxelloise et ainsi de régler à (long) terme le sort de cet avatar belge, conséquence de 1830.
    Bien évidemment la question matérielle des tribunaux reste subsidiaire et anecdotique face à la victoire sur le terrain nationalitaire.
    Faut-il une septième révision de la Constitution ?
    A première vue non puisque l’article 35 de la Constitution belge, qui fait partie du titre III Des pouvoirs, n’a pas encore été traité et complété malgré le vote démocratique (FR + NL) qui lui a donné naissance . Il attribue aux communautés et aux régions la compétence résiduaire, c’est-à-dire l’ensemble des compétences à l’exception de celles qui sont attribuées à d’autres entités.
    Cet article n’est pas encore entré en vigueur; pensez-vous que la NVA et VB l’oublient ?
    Dès lors, Charles Michel et Wouter Beke roulent des mécaniques pour la galerie parce que le CD&V compte certainement dans ses rangs des nationalistes prêts à soutenir la NVA et le VB si ces derniers exigent, avec le soutien extérieur du Mouvement Flamand, la mise en application de cet article qui clôt le débat.
    Et là, personne en Wallonie ou à Bruxelles ne pourra y faire obstacle parce qu’il s’agira d’une poussée d’adrénaline dans une ou plusieurs formations flamandes décidées à passer outre à toutes les manoeuvres de retardement.

    J'aime

Répondre à Valmy Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s