Horizon Elections

L’ ALLIANCE WALLONIE-FRANCE S’EXPRIME

Plutôt que de citer le nom de candidats qui ont notre faveur dans les partis politiques démocratiques qui font tout et parfois n’importe quoi pour obtenir votre vote, le Conseil Général de l’A.W.F., mouvement pluraliste, lanceur d’alertes, a décidé de renoncer à vous donner des noms de candidats, mais plutôt de tracer des pistes qui vous permettent de choisir un vote qui soit bénéfique à l’avenir de la Wallonie. Nous faisons confiance à votre sagacité pour lire entre les lignes et trouver des « chirurgiens » qui abandonneront les slogans faciles pour emprunter un discours courageux.

A tous ceux qui nous interrogent et sollicitent notre avis, nous tenons tout d’abord à rappeler qui nous sommes et à exposer les enjeux et les matières à débattre avant de déposer un bulletin de vote dans l’urne.

  1. L’Alliance Wallonie-France (AWF) est un mouvement citoyen et non un parti politique. Elle est d’essence républicaine, laïque, démocratique, pluraliste et sociale. Ses adhérents sont résolument convaincus que notre seul salut réside dans l’intégration-autonomie de la Wallonie dans la France.
  2. Dans l’Etat belge en voie d’évaporation programmée (2020 pour la NV-A et le Vlaams Belang, 2024 pour le CD&V et l’Open-VLD), avec une septième réforme de l’Etat qui mettra fin à la solidarité sociale interrégionale, nous soutenons tout candidat de toute formation démocratique qui affirme sincèrement ses convictions régionalistes.
  3. Toutes les législations précédentes ayant uniquement satisfait les besoins de la Région flamande, nous soutenons les candidats qui exigent des réalisations concrètes en faveur de la Wallonie qui a besoin de tout et qui ne demande jamais rien.
  4. Aucun Etat ne peut survivre sans solidarité interrégionale. Ceux qui voteront la scission de la Sécurité sociale achèveront l’Etat belge sans avoir préparé la survie de la Wallonie. Après un tel vote, la Wallonie se trouvera piégée dans un Etat confédéral qui se désintéressera de son sort. Le débat sur l’après-Belgique doit être ouvert sans délai et le principe de précaution doit être un souci primordial pour nos représentants. Nous soutiendrons donc ceux qui auront le courage d’assumer leurs responsabilités.
  5. Dans l’intérêt de la Wallonie en permanence défavorisée et pour des raisons d’économie, nous soutiendrons les candidats qui se prononceront pour un transfert à la Région wallonne de toutes les compétences de la Communauté française.
  6.  Nous soutiendrons tout candidat qui se prononcerait pour une refonte et une harmonisation des compétences des Provinces wallonnes.  
  7. Il va de soi que le maintien acquis des structures publiques renforçant la cohésion économique et sociale reste une nécessité de cohérence dans une économie qui ne cède en rien les missions de régulation aux intérêts privés, face aux intérêts collectifs, ceci après nécessaires assainissements.
  8. Notre soutien à l’Europe vise notamment la priorité absolue des urgences climatiques et des harmonisations sociales. Toutefois, nous refusons que les mesures prises ne jouent une fois de plus en défaveur de la Wallonie face à une Flandre encline à lui faire payer ce qu’elle se refuse à elle-même.
  9. Nous refusons tout diktat wallon de s’interdire de contacter une quelconque formation démocratique flamande, quelle que soit la portée des discussions, y compris celles relatives à une fin pacifique de la Belgique.
  10. Convaincus qu’à lire entre les lignes, un électeur perspicace y trouvera les candidats proches de ses aspirations à plus de justice sociale, fiscale, distributive, il nous reste à signaler qu’à ce jour l’AWF n’a pas été sollicitée pour soutenir une ou plusieurs candidatures. Si tel devait être le cas et dans le respect de ce qui précède, après analyse, nous ne manquerions pas d’en faire état sur notre site (www.alliancewalloniefrance).
  11. Le « chirurgien » dont nous parlons sur notre site sera le candidat qui se prononcera ouvertement pour l’union de notre chère Wallonie à la France, à commencer par exiger du Parlement wallon qu’il active enfin les accords de coopération signés en 1999 et 2005 entre lui et la France.

4 réflexions sur « Horizon Elections »

  1. Bah, ça m’avance pas vraiment!
    Soit on vote PS ou PTB en se disant que plus on votera à gauche ou extrême gauche, plus le fossé avec la Flandre (droite/extrême droite) se creusera, avec les conséquences qui vont avec…
    ou bien on y va pour le Belang (qui se présente en Wallonie) en renforçant la possible majorité N-VA/Belang, seule façon pour les flamands de déclarer un jour l’indépendance totale de la Flandre (mais j’avoue que je pense que je n’oserais pas aller jusque là)!!!
    Quels choix mes aïeuls!!!!
    Il reste, par dépit 2 autres possibilités:
    un grand X rouge à travers le bulletin, et hop terminé;
    ou rajouter un petit carré avec la mention « pour 1 Wallonie française » et le noircir.
    Dans les 2 cas, ça sera un vote « nul » puisqu’un vote blanc ne sert strictement à rien!!!
    Le meilleur aurait été l’abstention mais comme en Belgique on est obligé, n’est-ce pas! Belle démocratie!

    Aimé par 1 personne

  2. Quant au « chirurgien » le dernier en date s’appelait Laurent Brogniet du RWF (« qui se prononçait ouvertement pour l’union de notre chère Wallonie à la France »). Malheureusement, ceux-ci ne se présentent plus, ce qui est bien dommage pour un rattachiste!!! Et je n’en vois pas d’autres ou alors précisez SVP…Merci!

    J'aime

  3. Richelieu le disait déjà : on n’est jamais mieux trahi que par les siens.

    Il ne semble pas que Monsieur Michel sois un  » chirurgien « .. Tout le contraire.

    Emmanuel Macron dévoile le candidat qu’il souhaite voir gagner lors des élections en Belgique
    BELGA Publié le mercredi 22 mai 2019 à 07h30 – Mis à jour le mercredi 22 mai 2019 à 07h35

    Le président français Emmanuel Macron exprime le souhait que le Premier ministre Charles Michel remporte les élections le 26 mai et l’estime qualifié pour « avoir de légitimes ambitions européennes », dans un entretien publié mecredi dans Le Soir.
    Emmanuel Macron, dont la complicité politique avec Charles Michel est notoire, souhaite que le libéral belge « gagne les élections nationales et européennes dans son pays, car il mène une politique courageuse, efficace, qui porte ses fruits, et qui à la fois redonne de la force à la Belgique et un vrai poids dans le concert européen ».
    Le chef d’Etat français salue son « courage politique essentiel de ne pas faire de compromis politicien qui affaiblisse l’image et la place de son pays ». « C’est très rare », souligne le président en faisant référence au pacte de l’ONU sur les migrations, qui a fait chuter le gouvernement fin 2018.
    Il note « une ambition commune, une vraie communauté de vues » sur le dossier migratoire, la relation avec l’Afrique, les sujets de coopération en matière de sécurité, la zone euro et la solidarité en son sein, et sur la politique climatique. « Nous échangeons beaucoup, et sur beaucoup de sujets au Conseil européen nous intervenons de concert », assure-t-il.
    « Ses qualités comme son parcours le qualifient totalement pour faire aussi partie des personnes qui pourraient avoir de légitimes ambitions européennes », ajoute encore Emmanuel Macron, interrogé sur les hauts postes à pourvoir au lendemain du scrutin européen du 26 mai.
    Il évoque son désir d’une coalition plus large que la majorité actuelle entre les socialistes (S&D) et les conservateurs (PPE) au Parlement européen. « Il faudra œuvrer à construire cette coalition de progrès et d’avenir, avec des dirigeants comme Charles Michel, Mark Rutte, Antonio Costa et d’autres encore », recommande le président français, dont les élus devraient former un groupe avec les libéraux au Parlement européen.
    Il estime en outre que le Français Michel Barnier – membre du PPE – fait partie de la liste de dirigeants européens qui peuvent prétendre au poste de président de la Commission européenne, alors que le candidat du groupe PPE au Parlement européen est l’Allemand Manfred Weber.

    J'aime

    1. Mdr, le « roi » Maronron dit : …..
      Qu’il s’occupe d’abord de son pays, celui qui ne vise que le pouvoir des Européennes et surtout du doux rêve, peut-être, de se trouver à sa tête. Je lis qu’en Belgique rien ne change, même après l’avoir quittée il y a 15 ans déjà.
      Brindille33 bruxelloise bilingue de cœur.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s