Quand on est c…

Par Claude Roland

La Flandre a mis en place un processus de réduction progressive des transferts vers la Wallonie.

Nous sommes déjà dans le confédéralisme, quoi qu’en disent les partis et les médias francophones, médias dont la majorité sont bruxellois et n’ont que peu d’égards envers la Wallonie.

Pour s’en sortir, à l’instar de la Flandre, la Wallonie doit développer un esprit wallon, avec des organisations ayant la même dynamique que les organisations flamandes comme le Boerenbond, le Voka, Unizo, etc.

Quand on sait comment le Boerenbond et le Voka ont œuvré (et réussi) pour que la Flandre gagne à tous les coups, en détournant les ressources belges à son profit exclusif, il faut en prendre exemple.

Le Boerenbond domine tout l’agro-alimentaire belge, y compris en Wallonie.

Il ne faut donc pas s’étonner si la politique agricole belge favorise l’agriculture flamande et tue les agriculteurs wallons.

Il faut arrêter de jouer les naïfs et oser contrer les manœuvres flamandes pour sauver l’agriculture wallonne qui se meurt et se fait racheter ses terres par la Flandre.

Sait-on que la KBC (CBC en Wallonie), banque issue du Boerenbond, a dans ses statuts les objectifs ultra-flamingants de donner à la Flandre tous les moyens d’un état indépendant ?

Un état d’esprit bien présent lors des discours ultra-flamingants de son président.

Quand on sait que la Wallonie a, au niveau fédéral, participé au sauvetage du Boerenbond et aussi de la KBC, il y a de quoi se poser des questions.

Mais il faut dire que nos médias se gardent bien de nous informer sur les objectifs du Boerenbond, de la KBC, du Voka ou d’Unizo.

De même que, lorsque le général en chef de l’armée néerlandaise passe devant les couloirs de la RTBF pour expliquer, dans un débat de la VRT, l’intégration (absorption) de l’armée belge dans l’armée néerlandaise (une absorption qui affectera les bases wallonnes dont celle de Florennes et tous les emplois wallons dans l’armée), ni la RTBF ni les autres médias ne nous en parlent.

Car pour notre malheur, même s’ils sont financés par les Wallons, nos médias sont bruxellois.

Des médias qui nous chantent Bruxelles centre de tout, son esprit multiculturel supérieure aux autres et son aéroport flamand de Zaventem en Flandre.

Ils promeuvent le régionalisme bruxellois qui doit débarrasser Bruxelles de l’«ingérence» wallonne, son parti régionaliste bruxellois Defi qui va enfin bruxelliser cette pauvre Wallonie qui en a «bien besoin».

Ces médias nous donnent une image condescendante de la Wallonie. L’image où la Wallonie, contrairement à la Flandre et même à Bruxelles, va mal, est corrompue et trop souvent en grève.

Et quand ils doivent parler d’une réussite wallonne, ils parlent d’une réussite belgo-belge et certainement pas wallonne.

Franchement, je me demande pourquoi les politiques Wallons se sentent obligés de renforcer la solidarité avec Bruxelles au travers du brol Wallo/Brux/communauté française qui pèse lourd sur les finances wallonnes. Et à quand une régionalisation de la RTBF ?

En ce qui concerne l’infrastructure des routes, elle est bien régionalisée, c’est-à-dire que les routes wallonnes sont à charge des Wallons.

Pourtant, le lobbying flamand des transports camions se permet de faire pression et obtient des nouvelles routes qui l’arrangent, une meilleure fluidité de et vers les ports de Flandre et de Hollande (Vlaams en Hollanders samen), mais qui n’apportent pas grand-chose à la Wallonie.

La Wallonie a toutefois tenté de taxer ces camions. Mais elle a fait installer (par une société flamande) des portiques payants. Résultat : les camions des sociétés flamandes (bien informés par leur consœur flamande) font des détours bien ciblés pour payer un minimum, détruisant au passage nos routes secondaires, nos petites routes de campagne et même les rues des villes.

Faut dire que les autorités wallonnes n’osent pas interdire aux camions à fort tonnage l’accès à nos routes secondaires et petites routes.

Alors, pas facile de s’en sortir.

Pourtant la Wallonie détient l’or bleu, l’eau de source. Un trésor qui va devenir de plus en plus rare. Mais là encore, les politiques imbéciles wallons offrent ce trésor gratuitement à la Flandre et Bruxelles.

Pire, pour répondre aux exigences flamandes de qualité, la Wallonie nous taxe, nous Wallons, pour améliorer la qualité de l’eau.

Quand on est con…

4 réflexions sur « Quand on est c… »

  1. Bien merci Monsieur Roland, pourquoi ce syndrome de Stockholm chez les Wallons ?
    Le fait religieux francophobe atavique en provinces wallonnes ? Excepté aux PSC/CDH et ECOLO chez certains apparatchiks, la laïcisation a touché la population comme dans la Flandre de feu le cardinal Van Roey.
    Le fait idéologique ?
    Les Wallons de la FGTB et du PS ne diffèrent pas de leurs homologues de France. Quant au MR, là aussi ils ne diffèrent pas des Français.
    Et, pourtant ! L’habitude du « B », de Belgique et de Bruxelles, marqué dans les esprits des enfants des révoltés de 1950 et de 1960 par  » une machine de mort dont le but est d’inscrire dans la chair le motif de la punition »: SOIS BELGE ET TAIS TOI ! Oui, nous vivons bien dans  » La colonie pénitentiaire » de Kafka et les gardiens de notre prison ne sont autres que nos propres élus, payés largement au moyen de nos propres deniers ( geen meer centen voor de Walen !). Et cela ne changera pas tant qu’en Flandre un audacieux ou une audacieuse ne mettra fin à la Belgique haïe, quoi qu’on en pense.

    A cet effet, Un article très intéressant dans La Libre Belgique,
    17/09/2018, OPINION ( DEBATS/OPINIONS), Mark Eyskens, le petit de feu Gaston Eyskens qui, LUI, participa à la mort de la Belgique de Papa, s’inquiète des velléités de la NVA, et de bien d’autres politiques dans les partis périphériques, d’ériger à terme une République de
    Flandre. On peut se demander pourquoi cette longue analyse négative, bien naturelle chez un FRANSQUILLON, dans un journal que ne lisent pas/plus les Flamands en général.
    Mark Eyskens, membre du groupe ITINERA ( cellule de réflexion « indépendante » internationale composée de Belges de tous horizons ) préfèrerait « Pour la Belgique, réformer sans réviser ». Traduction: de grâce ne touchez plus à rien, vous allez tout détruire et ce sera votre malheur ! Ben, tiens ! Et le droit des peuples à disposer de leur avenir ?
    Mark Eyskens comme le professeur Van Parys, en bon fransquillons de Flandre, frémissent à l’idée de perdre leurs repères et leurs avantages de Belges !

    J'aime

  2. En ce qui concerne les routes, il suffit de regarder la différence entre ce qui ce fait en Flandre et en Wallonie!!! Regardez l’état pitoyable de l’E411, la sempiternelle tergiversation de la N5 qui relie Charleroi à la France!!! Côté français, l’A304 est (enfin) terminé et praticable, du côté belge on a à peine fini le contournement de Couvin (4-5 kms), mais pour le reste, ça n’avance guère faute principalement de moyens financiers et de palabres depuis plus de 30 ans!!! On serait français, la liaison autoroutière Gué-d’Hossus – Charleroi serait déjà faite depuis belle lurette!!! Et ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…
    Pauvre Wallonie (dans tous les sens du terme)!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s