La Fédération Wallonie Bruxelles : une plaie pour la Wallonie !

Par Claude Roland

Le Wallo-Brux ou FWB  (Fédération Wallonie Bruxelles) est un brol créé pour aider les Bruxellois francophones face à la Flandre en créant un lien entre la Wallonie et Bruxelles tout en laissant Bruxelles libre. Mais que rapporte la dite Fédération à la Wallonie ? Rien !

Les Bruxellois n’ont que peu d’égards à l’encontre des Wallons. Au pire de la dernière crise, les Bruxellois disaient :  » tout sauf avec la Wallonie. »

Plus inquiétant encore, la FWB coûte cher à la Wallonie et nous crée bien de problèmes, sans compter une ingérence bruxelloise toujours plus forte.

J’ai été surpris qu’en début d’année scolaire de 6e primaire, l’école de mes enfants nous a imposé de déjà choisir l’école secondaire, alors que dans ma région, la Wallonie, cette précipitation ne se justifie absolument pas.

Mais voilà, c’est Bruxelles qui via la FWB impose aux Wallons les mêmes règles qu’à Bruxelles.

C’est aussi Bruxelles qui impose, dans les écoles de la Communauté Française, les livres produits par les éditeurs flamands (ex : De Boek). J’y ai relevé des traductions approximatives parsemées d’erreurs, surtout pour les termes scientifiques et leurs définitions. Et quand on compare avec les définitions qu’on trouve sur les sites français, il y a un gouffre de différence.

Mais l’abomination pour nous, Wallons, ce sont les médias bruxellois (RTBF, RTL, Le Soir, La Libre…) qui nous abreuvent de Bruxelles, de tout Bruxelles, de l’ULB de Bruxelles, de l’esprit bruxellois, du bilinguisme bruxellois (pas si bilingue que vanté) , du multiculturel bruxellois, du vivre bruxellois, des Bruxellois, de l’aéroport soi-disant bruxellois, mais pourtant bien flamand et dont les emplois de cadre sont quasi exclusivement flamands  (à la tour de contrôle, le français est interdit), et surtout du régionalisme bruxellois.

Des médias bruxellois qui non contents de nous faire la promotion de Bruxelles Capitale et Région capitale, font tout pour étouffer l’identité wallonne.
Car voilà, les Bruxellois se sentent à l’étroit et la Wallonie a plus d’espace.

Et  cerise sur le gâteau, les CPAS (Centres publics d’assistance sociale) bruxellois sont complètement submergés au point qu’on suggère aux allocataires sociaux d’aller s’installer en Wallonie.

Bruxelles subit une démographie si forte que la Wallonie est désignée comme une extension  !

9 réflexions sur « La Fédération Wallonie Bruxelles : une plaie pour la Wallonie ! »

  1. En tant que ex-Bruxelloise, je découvre que les lieux scolaires sont actuellement imposés, comme en France. Pfff, quelle idiotie. Un truc encore imposé par les flamands ou je me trompe ? Il est vrai qu’à Bruxelles, les francophones il est nécessaire de bien les chercher pour les trouver, puisqu’ils s’en sont allés vers la Wallonie ou la Flandre, je le vois avec mes grands enfants. Ayant travaillé à Bruxelles, je me suis battue pour la langue Française, étant parfaite bilingue, juste pour emm…… mon monde et pour le plaisir, du temps où pour avoir un numéro de téléphone d’une personne il y avait les renseignements en flamand et les renseignements en français. Ce qui conduit pour ces idioties à une incompréhension totale entre deux personnes et un crash de trains frontal, quelle horreur.
    La région Bruxelles-Capitale aurait-elle disparu ? Je dois dire que je n’ai plus suivi ces traces là.
    Votre article est bien intéressant et ne fait que confirmer ce que j’avais
    pressenti entre 1990 et 2000. Dix-huit-ans après, j’en piquerais des crises de colère dans la capitale et quant à l’argent, comme je ne suis pas dans les comptes de ce pays, ni d’ailleurs dans ceux de la France, où les retraités sont spoliés avec une taxe de la CSG si importante que c’en est scandaleux. Ils ont tous cotisés toute leur vie, et ils se voient ôtés de leur retraite par mois, comme chez mon mari 80€. Merci monsieur Maronron.
    Je lis que rien ne change et merci pour votre contribution à confirmer les imbécillités des dirigeants quels qu’ils soient.

    Aimé par 1 personne

  2. Voilà 50 ans environ que je ne cesse de dénoncer cet état de fait, et ce dans les partis ou les mouvements wallons, même celui-ci… Continuons ainsi et la Wallonie n’existera plus du tout !

    Aimé par 1 personne

  3. Monsieur Roland, votre article vaut parole d’évangile. Les Wallons doivent affronter la duplicité, plus que séculaire, de deux adversaires: les Flamands et les Bruxellois. Mais le pire en tout çà, il doivent faire face à la fourberie de politiciens belges, sous camouflage wallon, qui les trompent et les égarent sur des chemins qui les conduisent à leur perte.
    Pour s’en convaincre, lire simplement la presse « traditionnelle », la Libre ou le Soir ou encore le Vif ( refuge actuel d’André Flahaut). Il ne faut même pas lire entre les lignes; tout ce beau monde étale la pommade  » belgiciste  » à longueur de déclarations.
    Comment pouvons-nous accorder notre confiance à des représentants politiques de haut niveau, des intellectuels, qui avouent platement n’avoir jamais pris au sérieux le nationalisme de la Flandre et le confondre avec du folklore régional, alors que leurs grand-pères et leurs pères jusqu’en 1960 en appelaient au séparatisme et au retour vers la France ?
    A voir comment se déroulent les événements et afin d’échapper plus à Bruxelles qu’à la Flandre, il semble préférable d’exiger un confédéralisme à quatre entités autonomes et à accélérer la suppression des provinces wallonnes. Que Bruxelles se débrouille avec le Comte de Flandre; elle s’y prépare en coulisses !

    Aimé par 1 personne

  4. Depuis le commentaire  » Les artistes wallons n’existent pas  » reprenant l’aveu effronté de la Ministre Gréoli, il faut relever le silence assourdissant de Rudy Demotte, le Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Etrange pour un ministre PS, wallon-picard (sic), qui d’habitude s’indigne pour tout ce qui déroge à son idéologie et à son songe-creux.
    Evidemment l’apparatchik De Motte ne se préoccupe guère de la charge financière que supporte le contribuable wallon pour promouvoir, à Venise, la culture d’une région étrangère.
    Ne nous préoccupons pas des Bruxellois, ils draguent Mère Flandre sans vergogne.
    La dérive collaborationniste avec Mère Flandre de la Communauté française de Belgique sous son pseudonyme Fédération Wallonie-Bruxelles devrait alarmer les gouvernants wallons et les inciter à accélérer son sabordage.
    La Wallonie se trouve en état de légitime défense et elle serait mieux à même de défendre sa culture en la régionalisant tout comme son enseignement.

    La francophonie bruxelloise répète le piège belgicain des fransquillons de Flandre dans lequel les Wallons ( ces braves gens) sont tombés autrefois.

    En conclusion, avant régler le divorce avec l’adversaire flamand, la Région wallonne serait bien inspirée de couper les ponts avec le boulet régional bruxellois, cette lie belge, qui empoisonne son existence et compromet son avenir si elle n’y prend garde !.

    Aimé par 1 personne

  5. J’ai vécu des années a Bruxelles et je suis resté Liégeois, Si la
    Wallonie est minorisée elle le doit avant tout á ses politiciens
    sans emvergure. Je vois mal en quoi abandonner Bruxelles
    ville francophone a 93 pc et les 350000 Flamands francophones
    profiterait à la Francophonie. il faut au con traire organiser a
    Bruxelles un sommet de la Francophonie comme Liège a été
    choisie par le Présidemt Aboi Diouf comme siège dfu forum momdial
    de la langue francaise l’an dernier
    Enfin il existe a Bruxelles la Ligue wallonne et francopohione très
    active dans la défense du Francais

    J'aime

  6. Ah! Monsieur Fryns, les  » orages de la vie  » (cf. Bel RTL) peuvent parfois bouleverser une existence. Ainsi, pour tout dire, j’ai été transplanté de mon Hainaut natal à Bruxelles, selon la volonté d’une mère flamande, en 1960 et j’y vis toujours malgré moi. Et, tout comme vous, je chéris mes racines wallonnes. Permettez-moi de diverger par rapport à votre opinion mais la « francophonie belgo-flamando-bruxelloise » se révèle, depuis toujours, un piège, une ineptie dans lequel il ne faudrait pas tomber . Toutefois, la « francophonie belgo-flamando-bruxelloise » sert d’alibi aux partis politiques de Wallonie pour justifier leur soutien indéfectible à l’Etat belge et leur soumission à la majorité flamando-bruxelloise. Aujourd’hui, les 350.000 francophones de Flandre sont de BONS FLAMANDS qui prennent les emplois de Wallons ! Les 93% de francophones bruxellois n’ont aucun lien charnel ni spirituel avec la Wallonie. Si tout Wallon est francophone, tout francophone n’est pas Wallon. Et la région bruxelloise ressemble plus à une macédoine de locuteurs divers qu’à une population homogène wallonne. Il faut abandonner tout romantisme pervers ! Pour terminer, il devient urgent que les partis politiques wallons se séparent de leurs homologues bruxellois comme ils se séparèrent de leurs homologues de Flandre ! Après les élections vous pourrez admirer la perversité belgicaine de DEFI dans la continuité de l’esprit du FDF.

    J'aime

  7. Le combat pour la francophonie doit ètre prioritaire. Mème en France le
    Francais est menacé par le tout a l’anglais. La loi Toubon est violée
    voire mème le Constitutiion qui p´recise le FRANCAIS EST LA LANGUJE DE LA REOUBLIQUE, Consulter le site de l’AFRAV

    J'aime

  8. Je vous comprends, Monsieur Fryns, mais dans le cas qui nous préoccupe, à savoir la survie de la Wallonie, il n’existe qu’une alternative: SI ON NE LUTTE PAS AVEC LA WALLONIE, cela implique qu’ ON LUTTE CONTRE LA WALLONIE ! Ni les francophones de Flandre ni les francophones de Bruxelles n’ont jamais lutté POUR la Wallonie. Ils représentent des ADVERSAIRES ( restons polis ) donc un danger et une menace.

    J'aime

  9. Comme le riche laboureur de La Fontaine, la Belgique sentirait-elle sa mort prochaine ?

    Y aurait-il péril en la demeure ?

    Pour sauver le Belgium, après le tout à l’anglais du belgo-flandrien van Parijs, la Communauté française (sic) Wallonie-Bruxelles sort l’artillerie lourde de la propagande pro-flamande en classe.

    Un manuel scolaire qui veut changer l’image de la Flandre auprès des élèves – RTBF La Première le 13/09/2018

    Madame Pauline Nissen, vient de publier la deuxième version d’un manuel de néerlandais aux éditions Gai Savoir ( sic), manuel intitulé « Op weg naar (Vla)anderen! », que l’on peut traduire par « En route vers la Flandre »
    Ce qu’il faut retenir de l’émission : l’auteur de « Op weg naar (Vla)anderen! », veut amener la culture flamande auprès des élèves francophones » (sic). Rien de moins ! (ndlr : voilà qui semble étrange, en plus des cours obligatoires de néerlandais, tout ce qui touche à la Belgique relève de la Flandre et de son histoire. Ce matraquage dure depuis 1830 !)

    Madame Nissen voudrait apporter la civilisation flamande aux petits wallons après avoir mené l’enquête auprès des élèves de son école. Selon l’intéressée, le résultat pour la plupart des élèves afficherait le néant : « Ben rien ». « On n’apprend rien aux cours ». Voilà qui semble étrange. Et, Madame Nissen a trouvé cela « triste ». (ndlr : moi pas !)

    Le journaliste de service, bien évidemment, de s’inquiéter du désamour des élèves wallons pour le néerlandais et la Flandre ? Selon Madame Nissen le désamour flagrant ne provient pas des cours de néerlandais mais de la société en général (ndlr : c’est la faute aux wallons.). Dans un français, à parfaire, elle répond : « On a toujours eu un recul par rapport à la Flandre, par rapport aux Flamands. On a toujours l’impression qu’ils sont séparatistes et qu’ils veulent tous partir alors que de tous les habitants que j’ai rencontrés ce n’est vraiment pas le cas. Donc on a un peu changé ces images-là. » ( ndlr : il faut supposer que « ON » désigne Madame Nissen et la C.F.W.B. ».

    En conclusion : Pour nos dirigeants communautaires, la C.F.W.B. doit absolument coincer les petits wallons dans le cadre flamand de la België et par tous les moyens ! Pourquoi ces frayeurs à répétitions ? L’anglais de Van Parijs, le Pacte pour un Eldorado belge à 150 milliards et maintenant Op weg naar Vlaanderen. Quelque chose se passe, c’est indubitable.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s