Un printemps wallon…

Ce lundi 21 mars, premier jour du printemps, ce sont trois régionalistes convaincus qui échangeront leurs points de vue sur l’avenir de la Wallonie. L’exposé introductif sera présenté par Jules Gazon, Professeur émérite HEC. Pour transformer cet échange en un vrai débat citoyen, n’hésitez pas à venir questionner Christophe Collignon, Thierry Bodson, Jean-Luc Crucke et Jules Gazon. Le lieu de la rencontre : auditoire Montesquieu 04 à Louvain-la-Neuve (UCL). C’est à 19 h30 que s’engagera la discussion.

Collignon Bodson Crucke

Au départ, la question posée aux conférenciers est la suivante : « Suppression de la Communauté française : un pas vers la France ? » Autrement dit, une plus grande émancipation de la Wallonie la conduirait-elle à se rapprocher de la République française ? Il va de soi que la Wallonie est plurielle, et nous ne préjugeons pas de la réponse qui sera donnée par nos invités, mais nous pensons qu’une Wallonie… libre a besoin de se donner des alternatives et de croire en des opportunités nouvelles. En guise de préambule, il n’est pas inutile de ressortir deux textes importants.

Le premier est le Manifeste pour la culture wallonne, dont pourraient se réclamer nos conférenciers, même s’ils n’ont pas signé ce texte en 2003 : 

« (…) La Wallonie paie donc, au propre comme au figuré, pour que l’école francophone fasse abstraction d’elle. Cela, elle ne le veut plus. (…) On le sait, à Bruxelles, la RTBF éprouve la plus grande gêne à prononcer les mots ‘Wallon’ et ‘Wallonie’. La Wallonie paie donc, au propre comme au figuré, pour que les médias francophones l’ignorent. Cela, elle ne le veut plus. (…) La Wallonie paie donc, au propre comme au figuré, pour être absente de ces grands forums internationaux que sont les sommets francophones. Cela, elle ne le veut plus. En maints domaines, on a pu observer un développement réel de la culture wallonne, notamment en ce qui concerne le cinéma. (…) La Wallonie paie donc, au propre comme au figuré, pour que les œuvres de l’esprit qu’elle produit ne lui soient ni attribuées ni reconnues. Et cela, elle ne le veut plus. Parce que des nostalgiques de la Belgique unitaire, sous le couvert de la Communauté française, continuent à vouloir ‘faire du belge’ sans la Flandre… »

En 2003, la démarche n’était pas neuve. Un précédent Manifeste avait déjà circulé en 1983 mais n’avait pas réussi à sensibiliser l’opinion publique et/ou les décideurs politiques. « Depuis vingt ans, nous avons eu le temps de mesurer tout ce que cette Communauté française de Belgique a fait perdre à la Wallonie en matière de simple reconnaissance humaine. » En 2016, ce ne sont plus vingt mais trente-trois ans qui conduisent au même constat chargé d’amertume. Qu’en sera-t-il en 2023 ?

Le second texte important, c’est l’Accord de coopération entre la Région wallonne et le Gouvernement de la République française  signé le 10 mai 2004 et entré en vigueur le 1er février 2006. Justifié par le fait que « la Région wallonne entretient avec la France des relations privilégiées qui reposent à la fois sur une histoire et une langue communes, et sur la participation aux grands débats qui traversent l’Union européenne et la francophonie, notamment », cet accord porte sur l’ensemble des compétences actuelles et à venir de la Wallonie. Il s’ensuit que plus la Wallonie aura des compétences et plus elle sera en mesure de resserrer ses liens avec la France, pour autant, bien sûr, qu’elle en ait la volonté politique. Voici, notamment, ce qu’on peut lire dans cet Accord :

« Compte tenu de la nouvelle situation constitutionnelle belge accordant aux Régions la compétence de signer des traités internationaux dans les matières de leurs compétences exclusives, ont décidé de conclure le présent accord de coopération et sont convenues de ce qui suit :

« Les Parties décident de conférer à leurs relations bilatérales une qualité nouvelle d’entente et de partenariat. (…)

« Sur la base de leurs dispositions institutionnelles respectives et de leurs obligations internationales, les Parties développent entre elles une coopération globale, porteuse de retombées concrètes, orientée notamment vers (…) le partenariat entre administrations, institutions, associations et opérateurs économiques. (…)

« La coopération entre les Parties au présent accord prend les formes suivantes : Echange permanent d’informations ; (…) Collaboration directe entre institutions diverses (…) Elaboration et réalisation de projets conjoints ; Transfert réciproque de technologies et de savoir-faire ; (…) Promotion réciproque de produits et de services ; (…)

« Les Parties intensifient les rencontres bilatérales à un niveau approprié, tant politique que technique, outre les contacts réguliers dans le cadre multilatéral et en liaison avec l’Union européenne. Ces rencontres portent sur toutes les questions d’intérêt commun. Les Parties favorisent des consultations régulières sur les thèmes d’actualité entre services chargés des relations internationales. 

« En vue de l’application et de l’évaluation du présent accord, les Parties créent une Commission mixte permanente. Cette Commission se réunit au moins une fois tous les trois ans, alternativement en Wallonie et en France. (…) »

3 réflexions sur « Un printemps wallon… »

  1. « Il s’ensuit que plus la Wallonie aura des compétences et plus elle sera en mesure de resserrer ses liens avec la France, pour autant, bien sûr, qu’elle en ait la volonté politique »

    On peut souligner la fin de la phrase: « …pour autant, bien sûr, qu’elle en ait la volonté politique »!!!
    Et en ce qui concerne cette « Commission mixte permanente » entre la France et la Wallonie, faudrait des réunions tous les ans et pas seulement tous les 3 ans, pour que des liens forts se tissent…

    J'aime

    1. Malheureusement, Monsieur SamuelB, vous pointez là le nœud du problème. Les « gouvernants et politiques » wallons se refusent la volonté nécessaire au décrochage du train belge. Le maire italien de Mons l’a encore répété à la télévision (RTL) voilà peu. Pour cet apparatchik du PS, la seule lutte existentielle c’est la survie de la Belgique ( avec tout ce que cela signifie de désastreux pour la Wallonie)

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s