Un Mouvement de Résistance Wallonne

La Wallonie stagne depuis trop longtemps.

En 1961, le syndicaliste socialiste liégeois André Renard  s’était dit convaincu que, sans l’instauration du fédéralisme et l’adoption de réformes de structures, la région ne parviendrait pas à se redresser. Il fonda donc le Mouvement Populaire Wallon. Son décès prématuré, en 1963, ainsi que l’opposition virulente à laquelle il se heurta de la part du Parti Socialiste Belge, ne permit pas de modifier la situation dans un délai raisonnable.

Il fallut attendre 1974 pour que, sous l’impulsion de François Perin, alors ministre de la Réforme des Institutions, un système de régionalisation préparatoire fût adopté.

Le Parti Socialiste, qui se trouvait à l’époque dans l’opposition, pratiqua la politique de la chaise vide au sein du Conseil régional wallon « provisoire », qualifié de parlement croupion, et s’empressa du supprimer celui-ci lors de son retour au pouvoir en 1977.

Ce n’est qu’en 1980 que la Wallonie se vit enfin dotée, de manière définitive, d’outils régionaux lui permettant, dans un certain nombre de domaines, de s’autogouverner. Au fil des ans, ces domaines n’ont cessé de s’étendre.

Comment expliquer, dès lors, que la Région ne soit toujours pas parvenue à décoller ? Divers plans de redressement ont vu le jour depuis une dizaine d’années. Mais, comme l’a constaté récemment un jury international, ils n’ont pas réussi à apporter les résultats escomptés.

La Wallonie se débat aujourd’hui avec un taux de chômage toujours élevé, une dette de 18,6 milliards d’euros, et l’impossibilité d’atteindre l’équilibre budgétaire.

Quant à la population wallonne, elle surprend par son apathie.

La Wallonie n’est le bien d’aucun parti politique. Son avenir constitue un enjeu qui concerne chacun de ses habitants. Sa jeunesse est concernée au premier chef !

Trop de temps a été perdu en vaines querelles de clochers politiques. Des exemples sont là pour nous montrer qu’il n’y a pas de fatalité. D’autres régions sont parvenues à s’en sortir.

Mais il faut, pour cela, saisir la nécessité de revoir les choses de fond en comble, d’adapter la situation aux règles du XXIe siècle.

Lors d’une entrevue qu’il eut avec Robert Liénard de l’Université de Louvain, le général de Gaulle avait déclaré :

Chaque peuple ne peut se redresser que par lui-même. Tâchez de vous trouver des chefs jeunes qui diront la vérité au peuple et qui mobiliseront ce qui en reste. (…) rien n’est jamais définitivement perdu dans la vie des peuples si ses dirigeants ne s’abandonnent pas au faux fatalisme de l’histoire.

La vérité dont parlait de Gaulle, quelle est-elle aujourd’hui ?

1° Pour ne plus avoir à dépendre d’une structure étatique qui l’empêchait de prendre elle-même les décisions susceptibles de promouvoir sa prospérité, la Wallonie a revendiqué la régionalisation. Mais une expérience de 25 ans révèle un fiasco. Il faut avoir l’honnêteté de le reconnaître.

2° Le fédéralisme, instauré officiellement depuis 1993, n’a pas sauvé la Belgique. Il est même dépassé, puisque, depuis 1999, la Flandre s’est clairement prononcée en faveur du confédéralisme. Et c’est le ministre-président CVP Luc Van den Brande qui en a lancé l’idée.

3° La survie de la Belgique est compromise par l’irrésistible montée du nationalisme flamand, lequel ne s’incarne pas dans la seule N-VA. Comme l’a fait remarquer l’ancien ministre CD&V Stefaan De Clerck :

La relation entre le nationalisme et la démocratie-chrétienne est profondément ancrée dans l’ADN flamand.

Pour le dire autrement, la Flandre est devenue une Nation, comme le stipule d’ailleurs expressément le préambule de la « Handvest voor Vlaanderen », adoptée en 2012 par le Parlement flamand UNANIME.

Cela aussi, Charles de Gaulle l’avait bien compris :

J’ai pourtant la conviction que seule leur prise en charge par un pays comme la France peut assurer l’avenir à vos trois à quatre millions de Wallons.

Voilà la vérité !

Toute idée de changement radical se heurte systématiquement à l’opposition réactionnaire. Il y a toujours ceux qui seront en retard d’une guerre.

Il suffit de relire ces phrases, publiées dans « La Libre Belgique » du 26 mars 1976 :

Connaissant la malice du ministre de la Réforme des Institutions (François Perin), nous serons donc vigilants. Car c’est « pas à pas » précisément que se poursuit, depuis plus de quinze ans, la « résistible aventure de la régionalisation », une aventure à laquelle il serait bon sans doute de mettre fin dès lors que le mot séduisant de « régionalisation » ne couvre plus les nécessités de la décentralisation mais les jalons vers le fédéralisme socio-économique.

L’heure n’est plus aujourd’hui à se rejeter la faute de l’échec, mais à oser voir la dure réalité en face.

L’avenir de l’Etat belge n’est en rien garanti. La question communautaire ressurgira dès 1999.

La mission des dirigeants wallons consiste à faire en sorte que la Région ne se retrouve pas mise devant le fait accompli, contrainte de réagir dans l’urgence et la précipitation.

Evoquant l’hypothèse de la scission de l’Etat, Xavier Mabille, l’ancien président du CRISP, déclarait :

Hypothèse dont je dis depuis longtemps qu’il ne faut en aucun cas l’exclure.

Voilà pourquoi il importe que le peuple wallon, et notamment ses jeunes espoirs, entre en résistance pour faire comprendre à ses dirigeants qu’il n’entend pas être le dindon de la farce.

Comme il y eut un Mouvement Populaire Wallon, il devrait y avoir un Mouvement de Résistance Wallonne !

Jules Gheude

(1) Dernier livre paru : « François Perin – Une Plume / L’Oeuvre écrite », préface de Michel Hermans, Editions de la Province de Liège, 2015.

 

7 réflexions sur « Un Mouvement de Résistance Wallonne »

  1. Jamais avec le PS a redit Bart De Wever récemment ! Soyez sans crainte pour survivre ledit parti hégémonique fera de la résistance. Le reste suivra mais n’oubliez pas qu’une révolution de palais doit préalablement se produire au bd de l’Empereur afin d’évincer certains gérontes obstinés.

    J'aime

  2. Monsieur Gheude,

    Que penser de Perin, au-delà de l’hagiographie, lui qui a terminé sa vie en mangeant des glaces et des gaufres au sucre à Saint-Idesbald, l’un des nouveaux bastions du flamingantisme. En effet, une prime est accordée depuis de nombreuses années à celui qui flamandise l’appellation française de sa villa 1900… Il aurait été plus crédible s’il se fût établi à Gravelines, début de la côte d’Opale. A 20km de Sint-Idesbaldus. Aux dernières nouvelles, Gendebien se trouve toujours sur ses bonnes terres liégeoises et il n’y a pas de danger qu’on le retrouve à la vlaamse kust. Question de cohérence humaine et politique.

    J'aime

    1. Sans doute pour une question de proximité et de facilités ? Peut-être aurait – il dû descendre jusqu’à Boulogne ou au Touquet pour trouver ce qu’il recherchait ? Mais faire l’aller-retour de Liège, Namur, Charleroi ou Bruxelles vers le littoral de la Mer du Nord paraît tout de même ( encore) plus simple que vers les cités au bord de la Manche ou du Pas-de-Calais. Mais de toute façon, son œuvre et ses actions parlent pour lui. François Perin combattait l’institution Belgique par les Flamands.

      J'aime

      1. Gravelines est à côté de Dunkerque (près de La Panne-Coxyde). Il ne me viendrait pas à l’idée de finir ma vie chez les flamingants de la Vlaamse Kust. C’est une question d’éthique politique. C’est comme si de Gaulle avait vivoté dans la Sarre après l’échec de son referendum.

        J'aime

  3. « Trop de temps a été perdu en vaines querelles de clochers politiques ».
    Enfin une phrase tellement vraie.
    Il faudrait peut-être la compléter par le fanatisme de tellement de personnes qui « ne doutent jamais » et refusent tout dialogue avec les autres, préférant rester seuls avec leurs certitudes… Clochers = religions = fanatisme !
    L’aventure (qui semble terminée ) du RWF est un bel exemple de cette dérive lamentable (« Nous n’avons pas de programme, mais nous avons une doctrine serinaient son chef historique et ses séides ! Une doctrine… ). A moins que ces dirigeants n’aient eu comme seul objectif que de discréditer pour longtemps le rattachisme…. Et là, si c’est bien le cas, il faut reconnaître que c’est un succès. Mais nous ne pouvons pas nous en réjouir pour la Wallonie…
    Si l’ex député PSC Gendebien « se trouve toujours sur ses bonnes terres liégeoises » (comme il sied logiquement à un baron du régime), je pense que, idéologiquement, Perin, lui, a été cohérent jusqu’au bout en reconnaissant la légitimité du nationalisme flamand. (Que seuls les anciens belgicains rabiques traitent encore, comme au XIXème siècle de « flamingantisme » tout en continuant également à user de cet abominable néologisme belgiciste : « wallingantisme » …, montrant par là leur horreur de l’existence d’une Wallonie qui veut exister en dehors de ce que la belgique veut en faire.)
    Et euh… de Gaulle ne s’est-il pas retiré en Irlande après l’échec de son referendum ?

    J'aime

  4. M. Thayse/Dachy,

    Moi, j’ai fait l’effort d’apprendre le néerlandais, ce qui n’est pas votre cas, et je connais mieux l’histoire et la culture des Flamands que vous. Selon vos écrits, vous vous contenteriez d’une Belgique confédérale à quatre régions, c’est-à-dire l’abandon de la communauté germanophone aux Flamands. Bravo pour cette grandiose vision politique ! Enfin, je n’ai jamais ressenti chez vous un véritable sentiment rattachiste en vous écoutant ci et là. Cela me rappelle un Secrétaire général du R.W.F. (2003) qui ne me parlait que Portugal de 1974 et de la Syrie de Bachar mais jamais de la France.
    Pour ce qui concerne de Gaulle, il s’agit de la fin de sa vie à Colombey et non de ses quelques semaines passée en Irlande en 1969. Petit coquin wallingant, va ! Remarquons que dans le mot « coquin » se retrouve « coq » et autres mots de basse-cour.

    Note : Perin avec un « r » s’il vous plaît !

    J'aime

  5. Pourtant Monsieur, c’est bien passé dans l’air du temps…
    http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/la-4eme-region-est-inscrite-dans-les-astres-555f17ee35704bb01c6b5ea3

    Ne pensez-vous pas qu’une Wallonie débarrassée de ses attaches politiques avec les trois autres Régions de Belgique aurait beaucoup plus facile à se tourner vers la France ? Après tout, la Wallonie est la seule Région uniquement de langue et de culture française. Les Wallons sont de culture française, on ne peut pas en dire autant des habitants francophones des trois autres Régions qui n’ont que dédain pour la France.

    Seriez-vous un partisan du « minibel » à la Maingain, ce machin qu’on appelle  » Fédération Wallonie-Bruxelles  » composé de plusieurs communautés linguistiques et culturelles très différentes ? Il est vrai que de nombreux membres de votre parti ont rejoint les rangs du FDF…

    Certains ont peut-être tort d’avoir raison trop tôt, mais que dire de ceux qui entretiennent un rêve largement dépassé par les faits ?

    Bref, les échanges qu’on lit ici montrent que le vœu de Jules Gheude n’est vraiment pas prêt de se réaliser !
    Hélas !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s