Et si on voyait les choses autrement ?

Il est toujours plus facile de hurler avec les loups. Pas besoin d’argument. Rendre hommage à un président dont l’impopularité bat tous les records, cela peut surprendreFrançois Hollande 2. On attend ça d’un ami, quand il en reste, ou d’un humoriste. Apparemment, le chroniqueur Xavier Zeegers n’est ni l’un ni l’autre, il n’est même pas français, mais il prend la défense de François Hollande et de la France que « Flanby » incarne aujourd’hui. Ce qui ne gâte rien, sa chronique a été publiée sur le site de la Libre.

Et si on voyait les choses autrement ?

Hollande bashing: « La France a voté, qu’elle assume son choix! »

Mensonge, ingratitude, cynisme, surestime de soi, absence de scrupules, autoritarisme : et si la faiblesse du président français était de ne pas avoir ces défauts-là, si utiles en politique ?

A bientôt mi-mandat, la présidence de François Hollande ressemble aux premiers vers d’Alfred de Musset, dans « Nuit de mai » : les plus désespérés sont les chants les plus beaux, et j’en sais d’immortels qui sont de purs sanglots. Elu en mai, son avion fut foudroyé dès le premier jour par un orage et dut redescendre en catastrophe, comme si les augures grecs s’en étaient mêlés. Depuis, ses électeurs devenus déserteurs sanglotent de remords et le vouent aux gémonies. A force de descendre si bas dans les sondages, il finira par trouver du pétrole disait-on à propos de Raymond Barre à qui l’Histoire a rendu justice. Hollande se trouve plutôt dans la fosse des Marianne, lieu le plus profond du monde (- 10 994 m) où la pression est de 1 100 atmosphères. Il semble y résister, en compagnie des organismes dits piézophiles. Il reste de marbre. Et il a bien raison !

Les sondages ? Il n’y en a qu’un, celui de l’élection elle-même. La légitimité sort des urnes, pas des instituts, pas de la rue, pas des micro-trottoirs. L’obsession de la popularité relève du narcissisme, propre aux tyrans, et diriger c’est voir au-delà de la prochaine élection, donc vers l’intérêt commun plus que son propre destin. Le chemin politique ne se résume pas à faire campagne, c’est plutôt un chemin de campagne ou pullulent des Pitbulls prêts à mordre sur l’homme qui marche au lieu de l’aider; parfois un vrai calvaire. Hollande s’est fixé une barre très haute : si j’échoue sur le chômage, dit-il, je ne me représenterai pas. Voilà un panache qui tranche admirablement avec ces pays où, malgré leur bilan calamiteux, des satrapes prédateurs s’accrochent aux ors et aux vanités, foulant aux pieds une Constitution servant de carpette avant d’enfoncer la porte. La France a voté : qu’elle assume son choix ! Une bronca ne fait pas le poids, et que les citoyens se souviennent qu’en juin 40, à Londres, de Gaulle ralliait 1 % de la population, tandis que Pétain était au sommet d’une gloire nauséabonde.

Son manque de leadership ? Mais il faudrait demander aux Maliens qui ne craignent plus d’avoir les mains coupées, aux Centrafricains au bord de la guerre civile, et aux chrétiens d’Orient soutenus par les cardinaux français, s’ils sont déçus par la France et son chef ! L’intervention en Libye ? Si c’était une erreur, ce fut celle de son prédécesseur.

La gestion de ses amours ? Maladroite, certes. Il se peut qu’il soit un goujat, un cœur d’artichaut voire même un beau salaud si l’on en croit sa toute dernière ex, qui découvre tardivement le mot cruel de Guitry : au soir de leur mariage, combien de femmes ne sont-elles pas déjà veuves du mari qu’elles avaient imaginé ? Mais au fait, il ne s’est jamais marié, et puis ouvrir les placards d’un vulgaire vaudeville pour que des voyeurs matent les draps chiffonnés d’un lit devenu champ de bataille, quelle bassesse ! Honte à elle et ses lecteurs. Mais revenons aux choses sérieuses.

Son impuissance, finalement ? Sur ce point, Alix de Saint-André a tout dit : « J’assistai à une conférence sur le thème de la politique soumise à l’intelligence. Les orateurs évoquèrent leur formidable rêve de jeunesse d’une gauche non communiste à laquelle ils avaient consenti tant d’efforts et d’enthousiasme, de temps, de prises de risques, et qui n’avait débouché que sur une nouvelle branche du vieux parti radical-socialiste. Ils se saluaient sans amertume, comme dans une réunion de famille. Ces Mendès, Delors et Rocard ne manquaient pas d’intelligence, que du contraire, mais ils n’avaient pas les névroses et nombreux défauts nécessaires pour réussir en politique : mensonge, ingratitude, cynisme, surestime de soi, absence totale de scrupules, autoritarisme… » (1)

Et si la faiblesse de Hollande, dont nul ne nie l’intelligence et l’humour (signe de santé) était de ne pas avoir ces défauts-là, justement ? Voilà qui mériterait une solide réflexion plutôt que le bâton.

(1) Dans : « Garde tes larmes pour plus tard », Gallimard 2013.

3 réflexions sur « Et si on voyait les choses autrement ? »

  1. Excellente analyse à nuancer toutefois. L’erreur de Hollande c’est de s’aligner sur les USA
    L’intervention aérienne en Irak se paiera cash. La France doit s’attendre à une vague
    d’attentats. Bien entendu aucune intervention lors du massacre des enfants palestiniens
    deux poids deux mesures. En un mot valet des américains et des sionistes comme son
    prédécesseur. Pompidou et Chirac s’étaient gardé d’irriter le monde musulman tout comme
    le Général De Gaulle qui avait défini la politiue pro arabe de la France.

    J'aime

  2. Vous pointez le mal qui frappe la France avec la précision du chirurgien. Mais question, comment agirait De Gaulle dans l’actuelle configuration politique de la France (L’ adhésion à l’Europe et à tous les traités auxquels des experts français contribuèrent certainement à la rédaction, l’Otan et la crise économique dans laquelle les grandes banques françaises jouèrent aussi les mauvais tours) ?

    J'aime

  3. Et voilà l’retour de Sarko!!!!!!!!! LOL On va bien « se marrer » d’ici 2017 sur les plateaux politiques des chaînes françaises…ça promet!!!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s