Le dernier souffle

Di Rupo-WilmotsLa Belgique retient son souffle. Coupe du monde oblige, les Diables rouges vont maintenant occuper le devant de la scène et ils peuvent compter sur la présence d’un Elio Di Rupo pas vraiment pressé de quitter la pelouse alors que certains réclament son remplacement dans l’équipe belge. Imaginons que la bande à Wilmots réussisse à égaler la performance de 1986 à Mexico, le Premier ministre accessoirement démissionnaire serait le premier à les accueillir à Zaventem, au milieu d’une forêt de drapeaux noir-jaune-rouge, et la fête de la Communauté flamande, le 11 juillet, passerait presque inaperçue.

En attendant, c’est le même Elio Di Rupo qui, sur le terrain politique, a dribblé tout le monde et semble avoir écrit la bande-annonce d’un match dont l’affiche et l’enjeu pourraient bien éclipser les Diables rouges à très court terme. Après son demi-coup de théâtre, on est peut-être entré dans le feuilleton de l’été, avec des rebondissements qui tiendront la Belgique en haleine – à moins que, déjà, ce ne soit le blocage et la fin de partie annoncée pour ce pays qui s’accroche à son équipe de football.

Le goal du PS et le renforcement de sa ligne de défense ont modifié la configuration du match. La tension est montée d’un cran, le suspense aussi, comme en témoigne la réaction des commentateurs, un peu surpris par cette entrée en matière. Et maintenant, on fait quoi ?, se demande un journaliste de la RTBF.  N-VA et CD&V en Flandre : mais que se passera-t-il au fédéral?, renchérit son collègue. Quelqu’un arrivera-t-il à former un gouvernement pour déboulonner Di Rupo ? Bart De Wever ? Wouter Beke ? Didier Reynders ? Marc Wilmots ? Avec quel projet pour la Belgique ? Le journal Le Soir a ce titre : Le CD&V et la N-VA contre-attaquent : Bart De Wever réalise son vœu en Flandre et puis, résigné, il fait ce constat : La Belgique devient confédérale. Et alors ?

Mis hors-jeu dans les régions, les libéraux ont le sentiment d’avoir été méchamment taclés. Comme ils sont incontournables au fédéral, ils vont eux aussi se servir de leur corps pour contrer l’adversaire. Ainsi que l’écrivent les journalistes de La libre, Le MR pousse l’Open VLD à bloquer Bruxelles et L’Open VLD jette PS et N-VA dans les bras au fédéral. Très fort dans l’art d’exploiter les moindres espaces, le PS a une certaine emprise sur le jeu mais il ne contrôle évidemment pas tout. Dans un match avec huit partis, où chacun joue gros, il y a forcément de l’incertitude. La balle est dans le camp du MR, qui se relève avec des bleus partout. Trois possibilités pour le MR, trois cauchemars, résume le journaliste de L’Avenir.

L’avenir de la Belgique ne se joue pas au Brésil.

En politique, le danger peut venir de partout, tant il y a de maillots différents sur le terrain. Chacun veut peser de tout son poids. Le rapport de force est obsessionnel parce qu’il définit tous les paramètres, à tous les niveaux. Dans la réaction des uns et des autres, il faut compter avec l’envie de se mettre en évidence, avec les intérêts de l’équipe, les attentes des supporters, de l’électorat, sachant que celui-ci n’est pas le même en Flandre et en Belgique francophone. A côté de la stratégie mise en œuvre au service de sa cause, il y a la part de l’émotionnel, qui parfois échappe à la logique. On ne sait pas où on va. Pas sûr qu’on ne change pas les règles en cours de partie.

Il suffit d’une élection pour que ce pays se mette en danger. Structurellement, la démocratie belge est de moins en moins capable de gérer ses contradictions. L’union sacrée autour d’une équipe de football aux couleurs nationales, est trompeuse. Il y a des forces centrifuges énormes. Les supporters les plus endiablés ne sont pas forcément ceux qui, par leur choix d’électeurs, ont contribué le moins à rendre la Belgique ingouvernable. Il y a des contradictions dans l’esprit des Belges eux-mêmes. En dépit de la popularité des Diables rouges, à laquelle le monde politique essaie tant bien que mal de s’associer, il se peut que la Belgique suive l’exemple de la Tchécoslovaquie.

Il se peut que la Belgique retienne son dernier souffle.

Georges R.

A lire aussi : Trois infos, de nombreuses questions.

7 réflexions sur « Le dernier souffle »

  1. Bah perso, tant que la Belgique n’est pas définitivement morte, je suivrai les exploits des diables-rouges. Mais j’aurais également un œil sur l’équipe de France. J’ai toujours préféré l’équipe de France, quand les belges ne sont pas là! Plus jeune (années 80, début 90) j’aimais regardé les matchs en coupe d’Europe de Bordeaux, Nantes, Toulouse sur les chaînes françaises. Mes clubs préférés en France sont: Olympique Marseille (même mentalité qu’au Standard de Liège, public semblable…), Girondins de Bordeaux et plus récemment, RC Lens pour l’ambiance dans leurs stade. Mais il est vrai que les diables-rouges restent encore le dernier semblant de cohérence entre flamands et wallons, avec la frite!!! Et encore, la frite seule. Parce qu’en Flandre, c’est plutôt à la carbonade, en Wallonie c’est avec des boulettes ou un steak!!! LOL

    J'aime

  2. Les Diables peuvent gagner n’importe quoi, cela n’empêchera pas les spectateurs « belges » d’avoir froid en hiver et de maudirent Di Rupo quand ils ne pourront pas payer la facture de mazout. S’intéresser aux patronats de Flandre ( les maîtres à penser de Bart De Wever) et de Wallonie, sans oublier les banquiers (français et néerlandais notamment) qui détiennent l’argent des épargnants « belges » pour des montants supérieurs à la dette du royaume, voilà plus intéressant.

    J'aime

    1. Bien évidemment!!! Comparer les diables-rouges (ou le foot en particulier) avec les problèmes de tous les jours!!! C’est certain que je suis plus préoccupé par le chômage, la recherche d’un emploi (après 2 licenciements économiques depuis 2008…) mes factures, etc…mais bon, faut bien un peu de loisir pour se changer les idées. Les uns ce sera le foot, les autres, les concerts, le cinéma, le théâtre, ou autre chose. Et puis quand on sait la pauvreté d’une partie du Brésil, et la somme dépensée pour ce mondial…mais que voulez-vous??? On a laissé aller jusque là!!! Le fric est le dieu de l’homme et les richesses sont très mal partagées!!! Pourtant, il y en aurait pour tout le monde, avec un peu plus de générosité et moins de gaspillage!

      J'aime

  3. « Quand ça arrange le PS, il est belge. Quand ça l’arrange mieux, il est confédéraliste » à lire sur le site du RWF qui rappelle un article du Vif de février 2014. Excellent rappel!

    J'aime

    1. Ouais… N’empêche, le RWF semble bien regretter lui-aussi la « Belgique de papa » et les avancèes vers le confédéralisme. Les masques tombent, ce parti ne me semble plus vraiment rattachiste, mais bien plus proche du FDF (un autre unitarisyte honteux) qui lui a ravi une grande partie de son électorat en Wallonie même.
      Il devrait en tirer les conséquences et disparaître, ayant fait beaucoup de tort à la cause par son sectarisme et son aveuglement.

      J'aime

      1. « En somme, le RWF incarnerait excellemment…une impasse totale et définitive…
        Simpliste…A Chambéry et à Nice, en 1859, le courant rattachiste était quasi-inexistant…Un an plus tard, le rattachement était réalisé…
        Le rattachisme politicien, à la Gendebien, populiste, « personnel », caricatural, hargneux, dérisoire, ne représente pas le potentiel rattachiste…et encore moins la faculté des vrais décideurs à changer de ligne, du tout au tout, en cas de besoin irrépressible. »
        (J. Lenain sur un forum bruxellois)

        J'aime

      2. Du grand n’importe quoi!!!!! Le RWF est le seul parti rattachiste de Belgique!!!! Vous avez jamais écouté les discours de Laurent Brogniet pour parler ainsi, ni lu leurs site internet (manifeste, argumentaires, etc…)??? C’est pas possible!!! Seulement « discuter » d’un possible rattachement de la Wallonie à la République Française, dans les salons et les conférences privées (entre rattachistes) ne donnera jamais l’idée aux citoyens wallons de penser à une éventuelle union avec la France! Il fallait un parti politique mais peut-être la stratégie n’était pas la meilleure??? Et puis, il faut quand même dire que le RWF a été boycotté et ignoré par les médias francophones qui ne voulaient rien savoir d’un rattachement tellement ils sont attachés à la Belgique et qu’ils sont à la solde des partis traditionnels!!! Perso, j’ai découvert l’idée du rattachement en voyant des publicités et en me renseignant sur le RWF!!! Je ne connaissais pas l’existence du AWF ou du GEWIF avant ça!!! Ce n’est qu’après que j’ai découvert ces 2 mouvements et également le forum « Bruxelles-Francophone ».

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s