La Wallonie sous pression

La N-VA et le PS avaient tous deux intérêt à polariser la campagne électorale autour de leur affrontement. Néanmoins, leur situation n’était pas la même. Alors que les nationalistes flamands devaient suggérer que la Wallonie et le PS ne faisaient qu’un (voire que le gouvernement fédéral et le PS ne faisaient qu’un), les socialistes wallons prenaient bien soin de ne pas confondre la Flandre et la N-VA. Dans les deux cas, le propos manquait de nuance, évidemment. Nul besoin de Bart De Wever et de la N-VA pour qualifier la Wallonie de « sac de pierres sur le dos de la Flandre ». Il faut penser que ce tract de la N-VA illustre assez bien l’opinion majoritaire en Flandre.

n-va tractA l’évidence, le CD&V et l’Open VLD n’ont pas le même électorat que le PS. Même si de nouvelles réformes institutionnelles ne sont pas à l’agenda du prochain gouvernement, les dossiers prendront forcément une dimension communautaire. Quels que soient le jeu des coalitions, les calculs des uns et des autres, et sans rien présumer de ce que la Flandre exigera pour consolider son économie, il faut rappeler que la Wallonie est d’ores et déjà confrontée à un défi budgétaire colossal. On n’a pas une vision claire des difficultés à venir mais on a déjà une certitude : à partir du 1er janvier 2015, la 6e réforme de l’Etat va produire ses effets. Des experts de Namur et de l’ULB ont mesuré l’impact de cette réforme sur les finances régionales. Evidemment, les prévisions à long terme ont une pertinence toute relative. Pour 2015, en revanche, on sait à quoi s’en tenir.

impact 6e réformePour en savoir plus : le CERPE (Université de Namur) a publié en novembre 2013 une étude intitulée Les perspectives budgétaires de la Wallonie de 2013 à 2023 tenant compte de la 6ème réforme de l’État (lien).

8 réflexions sur « La Wallonie sous pression »

  1. 1 électeur sur 3 a voté NV-A mais y en a combien qui ont les mêmes idées (de séparation) et qui votent CD&V ou OpenVLD voir SPa…et le Vlaams Belang, c’est encore presque 6%!!! Quand vous additionnez tout ça, ça fait déjà pas mal de monde qui sont pour l’indépendance de la Flandre!!! La classe politique francophone attendra, attendra, tant et plus, jusqu’à avoir le pif dans l’mur!!! Et à ce moment là, voyant que la Wallonie n’y arrivera pas seule, ils seront les premiers à courir à Paris faire les lèches-bottes (pour rester poli…), alors que le RWF, l’AWF, ou le Gewif (M. Gheude) avaient proposé l’idée du rattachement depuis des années… La pensée réunioniste doit s’unifier au lieu d’avoir plusieurs groupuscules par ci et par là!!! Ce qui serait déjà plus clair pour les Wallons. « L’union fait la force » était la devise de ce pays (elle ne l’est plus depuis un bon moment), faisons-en la devise de l’idée rattachiste…

    J'aime

  2. Tract NVA ; modeste traduction :
    le cadre rouge : le modèle PS : sans réforme, avec augmentation des transferts dont le prix est payé par le contribuable, la Flandre, le gouvernement et les générations suivantes; ce qui fait augmenter la dette et les impôts.

    le cadre jaune : le modèle N-VA où le travail et l’entrepreneuriat paient, ce qui permet de diminuer les impôts, la dette, de renforcer le vivre ensemble et de passer par le confédéralisme, ce qui augmente la richesse et le bien-être.

    J'aime

  3. Conclusion, il faut supprimer la Communauté culturelle française fédération Wallonie-Bruxelles et tout transférer au plus vite aux Régions. La Wallonie paye très cher son soutien à l’enseignement à Bruxelles, par exemple.

    J'aime

      1. Jamais encore des raisons purement économiques n’ont été à la base de la création ou de la disparition d’un Etat.
        Observons qu’une volonté politique forte n’est pas tenue de respecter des analyses économiques objectives mais aussi parfois frileuses. L’exemple de la Slovaquie est là – certes dans un autre contexte – pour le montrer.
        Pourquoi les Wallons n’auraient-ils pas, comme d’autres, le droit de croire en eux ?
        Pour cette raison, il y aura à arbitrer entre l’émotion et la raison.
        Pour la Wallonie, pour les Wallons, confrontés à court terme et inéluctablement à des choix imposés mais douloureux, il n’est plus temps de craindre l’avenir, mais de le préparer. C’est-à-dire, se donner les moyens de le comprendre avant qu’il ne devienne présent afin de l’affronter avec la dignité d’un peuple adulte et responsable.
        Il revient surtout aux politiques, mais aussi aux intellectuels, de considérer ce dernier comme tel.

        J'aime

      2. « Jamais encore des raisons purement économiques n’ont été à la base de la création ou de la disparition d’un Etat. »

        Très juste. Mais quoi d’autre constitue justement cette « base » qui permet l’indépendance, l’indépendance « nationale » ? Etre une « nation » justement…
        La « Wallonie » est-elle une « nation » ? Si elle l’était (comme la Slovaquie, qui est dotée de sa propre culture, notamment linguistique) ça se verrait…Quelle proportion de Wallons qui prétendent que la Wallonie est une nation ? Une proportion dérisoire….Quels dirigeants wallons le disent franchement (comme en Ecosse, en Catalogne et en Flandre) ? Aucun, je dis bien aucun, y compris chez les ultra-régionalistes…Parce que les Wallons savent bien, que s’ils perdent leur qualité historique de « belge », ils ne deviendront pas de qualité nationale « wallonne » mais de qualité nationale « française » (il n’y a pas de « grande Slovaquie » à côté de la « petite », comme il y a la « grande France » à côté de la « petite France wallonne »).
        Alors, une non-nation wallonne, financièrement très dépendante de surcroit, ça ne peut conduire à l’indépendance de la Wallonie, et pas plus en couple avec Bruxelles…

        J'aime

      3. @Eustache Daly:

        « Il revient surtout aux politiques, mais aussi aux intellectuels, de considérer ce dernier comme tel »

        Ben avec les politiques wallons, vous avez encore le temps. Ils bougeront le p’tit doigt dans ce sens que lorsqu’ils seront devant le fait accompli, c’est-à-dire: lorsque les flamands déclareront la création d’une république de Flandre!!! Avant cela, ils ne feront rien!!! Et encore, tellement attachés à leurs « petit pouvoir », qu’ils seraient capables de faire cavalier seul, sans même proposer à la population un référundum sur la question!!!

        J'aime

      4. @Lenain J

        La Wallonie (ou le wallon en général) n’est pas patriotique (si ce n’est au niveau belge) pour sa Région!!! Pour exemple: quand Philippe Gilbert fait des exploits sur les routes, les drapeaux noir-jaune-rouge sont de sortie!!! Quand c’est Museeuw ou Boonen, ce sont les drapeaux jaune-noir avec le lion!!! Combien de fois les français (sur les routes du Tour) se sont demandés c’était quoi ce drapeau, avant de savoir. Ca veut tout dire non!!!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s