Survol de Bruxelles : Di Rupo ne veut pas lâcher Zaventem

Qui a dit que le premier ministre belge était wallon ? Nous avions dit que l’ardoise à payer pour avoir un premier ministre wallon serait salée. Cela a été au-delà de ce que nous avions imaginé. Elio Di Rupo aura été un ministre qui a bien servi les intérêts flamands.

La solution pour Zaventem : après les élections, bien sûr !

Paul D.

Lire ici l’article du journal Le Soir.

Di Rupo, ZaventemElio Di Rupo ne s’est pas montré favorable ce lundi soir à l’éventuelle délocalisation d’une partie des activités de l’aéroport de Bruxelles-National vers les aéroports wallons, comme suggéré ce matin par le secrétaire d’Etat à la Mobilité Melchior Wathelet (cdH).

L’aéroport de «  Zaventem a une fonction économique importante et cela doit rester ainsi », a estimé le Premier ministre interviewé dans le journal télévisé de la VRT lundi soir.

Le secrétaire d’Etat a estimé ce lundi matin qu’une partie des activités de l’aéroport de Zaventem pourrait être délocalisée vers Charleroi ou Liège si la Flandre ne souhaitait pas subir les nuisances sonores.

Une solution après les élections

Face au tollé provoqué dans la capitale après l’imposition de nouvelles routes aériennes, M. Wathelet a proposé la semaine passée de revoir celles-ci en redirigeant une partie des vols vers la Flandre. Une initiative directement contrée par le gouvernement flamand qui a déclenché une procédure de conflit d’intérêts, gelant la situation pour soixante jours.

Le chef du gouvernement a estimé qu’une « solution équilibrée  » à la question des nuisances sonores de l’aéroport de Bruxelles devra être trouvée après les prochaines élections.

2 réflexions sur « Survol de Bruxelles : Di Rupo ne veut pas lâcher Zaventem »

  1. Je tente quasi toujours de modérer mes propos, à fortiori sur ce site qui doit éviter toutes réactions épidermiques ou déplacées, mais là, ce type (je modère ce que je pense donc) est véritablement un traitre vendu à la solde des seuls intérêts de la Flandre.

    Une véritable p…. de la république de Flandre. Il est à vomir ….., et la campagne électorale n’y est vraiment pour rien !

    J’arrête car je pourrai être grossier, mais comme démocrate, je suis sidéré à cet xème acte de soumission à la volonté du diktat flamand, une fois de plus.
    Quelle honte !

    J'aime

  2. Question naïve:
    Si un opérateur privé veut délaisser Zaventem au profit de Liège ou Charleroi, qui peut l’en empêcher? Peeters, Di Rupo??

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s