L’Awex à contre-courant de l’économie mondiale

Jules Gheude, essayiste politique  – « Le Soir » du mardi 28 février 2012

 Je ne peux qu’applaudir en entendant le ministre Paul Magnette déclarer qu’il faut simplifier la Wallonie.

 Convaincu du caractère inéluctable de la scission de la Belgique, le Gewif (Groupe d’Etudes pour la Wallonie intégrée à la France), dont je coordonne les travaux depuis février 2010, vise en effet l’intégration, le moment venu, d’une Wallonie saine dans la République française.

 Force est de constater aujourd’hui le résultat catastrophique d’une politique basée sur le clientélisme et l’assistanat dans laquelle le PS porte une responsabilité majeure : un nombre consternant d’organismes publics, un taux de chômage de 14% et une dette de 14,5 milliards, si l’on prend également en considération les financements alternatifs.

 Il est, par ailleurs,  un autre tabou que j’ai maintes fois dénoncé : celui du Pacte scolaire, ce luxe ruineux que ne connaît aucun autre Etat et qui oblige les pouvoirs publics à financer quatre réseaux d’enseignement. Paul Magnette a raison : il faut avoir le courage de remettre tout cela à plat. Comme l’a souligné maintes fois le professeur Robert Deschamps des Facultés de Namur, il est impératif de fusionner les trois réseaux de l’enseignement public. Et je considère, pour ma part, que l’enseignement libre devrait s’auto-subsidier.

 Quant aux Provinces, il est évident qu’il s’agit d’un échelon de pouvoir devenu totalement obsolète.

 Le travail de rationalisation est, on le voit, gigantesque. Reste à voir si le PS est vraiment disposé à l’entreprendre.

 La récente étude de l’Université de Liège a clairement révélé que l’écart entre la Flandre et la Wallonie ne cessait de se creuser.

 Les chiffres relatifs au commerce extérieur sont particulièrement révélateurs. En 2010, la Flandre a exporté, hors transit du gaz naturel, pour 164,4 milliards d’euros. Les exportations wallonnes s’élevaient, elles, à 38,7 milliards.

 On connaît le rôle fondamental que les pays du B.R.I.C (Brésil, Russie, Inde, Chine) jouent aujourd’hui au niveau de l’économie mondiale. Force est ici de constater que la Flandre  mène une politique autrement plus dynamique et cohérente que la Wallonie.

 Les chiffres communiqués parla Banque nationale de Belgique parlent d’eux-mêmes :

 Brésil – Flandre : 6,39 milliards ; Wallonie, 0,350 milliard.

Russie – Flandre : 2,07 milliards ; Wallonie, 0,394 milliard.

Inde – Flandre : 6,4 milliards ; Wallonie 0,136 milliard.

Chine – Flandre : 4,9 milliards ; Wallonie, 0,42 milliard.

 Comment expliquer que l’Awex (Agence wallonne à l’exportation et aux investissements étrangers) aille ainsi à contre-courant de l’évolution de l’économie mondiale ?

 La Wallonie a une antenne commerciale à Cuba, mais aucune en Russie. L’agent en poste à Moscou relève de la Régionde Bruxelles-Capitale et celui qui se trouve à Saint-Pétersbourg provient du FIT (Région flamande). Tout cela sur base d’un accord bi- et tri-régional qui n’a jamais véritablement fonctionné.

 En Chine, les Attachés économiques et commerciaux (AEC) de l’Awex n’ont pas la connaissance de la culture chinoise, ni du mandarin, contrairement à leurs homologues flamands, qui sont licenciés en sinologie de l’Université de Gand. En Wallonie, seul l’Institut Confucius dispense des cours du soir en chinois, sans possibilité d’immersion totale.

Les chiffres de la BNB pour le 1er semestre 2011 indiquent clairement un tassement de l’augmentation des exportations de la Wallonie par rapport à la Flandre :

 Flandre : 94,7 milliards d’euros, soit une augmentation de 19,6% par rapport à 2010 ;

Wallonie : 21,8 milliards, soit une augmentation de 13,3% par rapport à 2010.

 On pourra toujours rétorquer que la Flandre dispose d’un atout particulier avec le diamant. Mais même en faisant abstraction de ce facteur, il n’y a pas photo !

 En cette période de crise économique particulièrement aiguë, on peut s’étonner que l’Awex ouvre une antenne en Guinée équatoriale, cette « démocrature » où l’opposition réelle s’est réfugiée en Espagne. Les entrepreneurs wallons ne se sont d’ailleurs pas bousculés au portillon pour participer à la récente mission exploratoire.

 Pendant ce temps, le ministre-président flamand, Kris Peeters, s’est rendu en Libye, accompagné de 17 entrepreneurs. Objectif : œuvrer à la reconstruction du pays. Du concret !

 Dans l’interview qu’il accordait à « Vers l’Avenir », le 4 février, Kris Peeters  a révélé que le ministre wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, lui avait demandé de l’accompagner au Myanmar. Voilà au moins une bonne nouvelle.

 La Birmanie, qui offre de réelles opportunités d’exportation, montre, en effet,  des signes encourageants de démocratisation, permettant à Aung San Kyi de présenter sa candidature pour les prochaines élections. Il faut vaincre, à cet égard, les réticences affichées par d’aucuns. Ce n’est pas en négligeant la Birmanie que l’on forcera les généraux à plus de démocratie. Une mission économique obligera les autorités du pays à faire montre de flexibilité et les échanges commerciaux aideront la population à s’ouvrir vers le monde extérieur.

Depuis 2000, la Wallonie en est à son sixième plan de redressement. Sans amélioration notoire. Les économistes Robert Deschamps (Facultés de Namur) et Pierre Pestieau (ULg) parlent de frémissements.

 Il nous reste à présent dix ans pour renverser la lame de fond. Pour cela, un changement radical de mentalité est indispensable. Espérons que la Wallonie finira par trouver ces chefs jeunes qui diront la vérité au peuple et mobiliseront ce qui en reste, pour reprendre les propos tenus par le général de Gaulle au professeur Robert Liénard de l’Université de Louvain. Tout en sachant que la France sera, le moment venu, la seule planche de salut.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s