« Réforme ou dérèglement de l’Etat » : ce qu’en pense Dehousse

dehousseNotre ami Jules Jasselette nous envoie l’interview réalisée par la revue « Toudi » auprès de Jean-Maurice Dehousse. Ce dernier éclaircit bien des choses tenues sous le boisseau dans le débat électoral. Nous savons que le moment des élections n’est pas propice à de vrais débats politiques, dans le sens noble du terme, mais plutôt à des épisodes où slogans, promesses et petites phrases incendiaires tiennent le haut du pavé.

Je me souviens d’une conférence-débat organisée par le PAC (Présence et Action Culturelle) d’Esneux où les deux orateurs Jean-Maurice Dehousse et Jules Gazon étaient invités à croiser leurs vues sur l’avenir de la Wallonie. Je peux dire que les deux experts se rejoignaient dans 95 % des idées exposées.

Il en va de même ici où je partage 95 % de l’exposé de J-M Dehousse. Sans vouloir polémiquer, j’émettrai un bémol au chapitre où J-M Dehousse parle de la perte de la souveraineté budgétaire qui passe aux mains de commissaires européens. Il classe 4 degrés (au moins, dit-il) de cette pression.

La France serait au degré 3 de cette pression avec 3 grands axes économiques touchés : diminution des salaires, des pensions (en particulier pour les fonctionnaires) et des investissements publics. Il y a lieu de préciser ici que les salaires et les pensions des plus faibles ne seront pas touchés – exemple : un couple dont chaque membre est au SMIC (salaire minimum) avec 2 enfants ne verra pas son salaire touché et continuera à payer 0 % d’impôt. Nous sommes loin de la saignée imposée à la Grèce, mais aussi des situations portugaise et espagnole.

La Belgique serait au degré 4, un degré de « surveillance ». Quelle est la valeur d’une note attribuée à un Etat qui vivra après le 25 mai au rythme d’une réforme de l’état sans précédent qui mettra la Wallonie dans une situation des plus délicates. L’analyse scientifique du Professeur Gazon, jamais démentie par un économiste, indique que malgré une récente prise de conscience de la situation, faute de ne pas avoir anticipé à temps le risque, faute d’avoir tenu un discours du « demandeur de rien », la Wallonie va être confrontée à une situation des plus délicates.

J-M Dehousse ne dit d’ailleurs pas le contraire dans la suite de son analyse.

A quel degré de pression se situera la Wallonie après le 25 mai ? Là est la question qui m’importe.

Je ne puis le dire, mais ce que je peux affirmer, c’est que le concept d' »intégration-autonomie » de la Wallonie dans la République française permettra à notre région de bénéficier de la forte solidarité interrégionale française. Ce que je peux affirmer aussi, c’est que la Wallonie, mais aussi la France sortiront gagnantes d’une telle alliance. Dans un article prochain, j’argumenterai mes affirmations.

Paul D.

Nous avons posé la question suivante à Jean-Maurice Dehousse : « Vous avez été acteur et témoin de toutes les réformes de l’Etat. Trouvez-vous que celle-ci est différente ? C’est la première fois que l’on touche à la sécurité sociale. Est-ce que l’on est passé à autre chose ? Ou bien poursuit-on ce qui a été commencé en 1970 ? » Après un long entretien avec lui il y a quelques semaines à Liège, nous lui avons renvoyé un compte-rendu de cette conversation : c’est sur cette base qu’il a retravaillé ce que nous pouvons lire. Cette longue étude dans la mesure où elle porte sur tous les thèmes qui n’ont pratiquement jamais été abordés dans la campagne électorale et qui ne le seront probablement pas.

Pour comprendre ce qui suit, tournez-vous vers les médias commerciaux traditionnels et surtout les médias audiovisuels : comme il s’agit des vrais  enjeux du 25 mai, vous ne les trouverez sans doute traités qu’ici.

Pour lire le long texte de Jean-Maurice Dehousse, nous vous invitons à passer sur le site de la Revue Toudi.

Une réflexion sur « « Réforme ou dérèglement de l’Etat » : ce qu’en pense Dehousse »

  1. Très bonne analyse que je rejoins totalement et que j’avais déjà rejointe dans mes pensées et écrits. Un seul oubli cependant : le rôle néfaste des banksters de la Goldman Sachs, notamment dan le cas de la Grèce

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s