Vœux pour 2012

Je voudrais tout d’abord remercier les visiteurs de notre site qui, né en mai 2011, a reçu à ce jour 14 803 visites.

A nos membres, je voudrais adresser un merci très chaleureux. Sans eux, nous n’existerions pas et le fait de voir notre nombre de membres grossir de jour en jour est pour nous le meilleur des encouragements.

A l’heure où nos dirigeants politiques nous prédisent une année de souffrance, je veux imaginer avec vous le rêve d’un monde qui comprenne que le bonheur commence avant tout par la Paix et ses deux corollaires, l’Equité et la Fraternité. C’est ce que je vous souhaite très ardemment pour 2012. A ces Valeurs, j’ajouterai la Liberté.

Il est incontestable que nos idées progressent malgré des médias qui ne nous ont pas fait de cadeau en 2011. Que d’articles refusés par la presse écrite ou de commentaires tendancieux quant à des travaux au caractère  scientifique indéniable produits par nos membres. 

Que d’absences de journalistes lors de colloques ou de conférences où l’un de nous était invité à développer un point de vue qui osait s’éloigner de la pensée unique des présidents de partis francophones du régime belge. Et pourtant…

Que de confidences de membres de ces mêmes partis nous disant qu’ils se posaient la question de savoir si nous n’avions pas raison. Leur Raison les amenait à se poser la question fondamentale quant à l’avenir de la Wallonie : celle de la viabilité d’un Etat fédéral belge taraudé par des partis flamands qui avancent masqués l’oeil rivé sur le parti majoritaire de Flandre, la N-VA.

Le gouvernement Di Rupo n’est qu’une étape avant celle des élections communales et provinciales d’octobre 2012. Le début de l’étape est balbutiant avec des décisions qui socialement font mal et, déjà, de nouvelles exigences de régionalisation pointent. Elles aussi auront une forte incidence sur la vie de tous les jours des Wallons.

La troisième étape, celle des élections fédérales de 2014, verra la surenchère flamande. L’exigence d’une progression du confédéralisme sera à l’ordre du jour et la crise internationale ne fera qu’exacerber les appétits flamands. Nous connaissons la rengaine : la Flandre fait mieux ce qu’elle fait elle-même sans traîner derrière elle le boulet wallon au travers de l’état fédéral.

N’est-ce pas Béatrice Delvaux qui a dit que le gouvernement Di Rupo serait peut-être le dernier gouvernement fédéral belge ? Est-il dès lors sage de continuer à croire en une Belgique fédérale sans étudier sérieusement dès maintenant toutes les solutions qui s’offrent à la Wallonie ? La Fédération Wallonie-Bruxelles ? Une Wallonie indépendante ? Une communauté de destin avec la France ? Dans ce dernier cas, quel type d’association, d’intégration, d’adossement, d’assimilation à négocier avec la France ?

Autant de questions qui appellent des réponses claires et sérieuses. J’y ajouterai l’urgence. Ce sera plus que jamais la ligne d’horizon de l’ A.W.F. et du G.E.W.I F de notre ami Jules Gheude. Je note avec plaisir que nous avons terminé 2011 avec une conférence le 08 décembre à Charleroi et que 2012 verra, à Liège, dès le 19 janvier, Jules Gazon répondre aux questions que se pose tout Wallon qui a le souci de l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

Que 2012 soit pour vous l’année où vous aurez à coeur de peser sur l’avenir de notre région est aussi, après l’indispensable santé, le souhait que je formule avec force et sagesse.

Fraternellement,

Paul Durieux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s