Tous les articles par alliancewalloniefrance

La colère de Dehousse et la réponse de Demotte

Nous prenons la liberté de publier ce texte qui ne nous est pas destiné mais qui circule sur le net.

Liège, le 12 juillet 2011

VIVE  LA  NATION ! 

« L’armée (républicaine), pleine d’enthousiasme et déjà aguerrie par une canonnade de quatre heures, répondit aux paroles de son général par des cris multiples de « Vive la Nation ! »

                                                                                              Valmy, 20 septembre 1792

 « D’aujourd’hui et de ce lieu date une ère nouvelle dans l’histoire du monde »

                                                                                              GOETHE à Valmy

 * *  *            

Une règle d’or de la négociation est que l’on n’affaiblit pas le négociateur qui négocie en votre nom, car sinon on fait objectivement le jeu de son adversaire.

J’ai toujours respecté ce principe sauf en 1988, quand il est devenu clair pour moi que les négociateurs qui négociaient au nom des Wallons, et d’abord les socialistes, trahissaient volontairement ou non nos intérêts collectifs en acceptant des clés de répartition nuisibles pour nous.  J’ai cru de mon devoir de le dire, et je l’ai dit, en assumant toutes les conséquences.  J’ai annoncé que la loi de financement que l’on négociait était désastreuse.  Mon excellent  collègue Philippe MOUREAUX, négociateur lui aussi, a répondu qu’elle était « inespérée ».  Les faits ont jugé : deux ans plus tard, les enseignants découvraient qu’on ne pouvait plus les payer.  André (COOLS) aurait dit en d’autres temps « tu avais le tort d’avoir raison trop tôt ».  J’ai toujours préféré avoir raison trop tôt que trop tard.

Mais la règle reste la règle, et depuis douze mois je la respecte scrupuleusement.  Ce n’est pas toujours facile : il y aurait tant à dire !  Tant pis.  Il faut savoir attendre.

Aujourd’hui les Wallons, et plus généralement les Francophones, sont confrontés à un problème plus simple.

Le Ministre-Président de la Région Wallonne, le Cde Rudy DEMOTTE, par ailleurs aussi Ministre-Président de la Communauté Française, ne négocie pas, pas plus du reste que la Présidente du Parlement Wallon.  La parole est confisquée par la junte des présidents de partis.  En quelque sorte, c’est la démocratie occultée.  Mais, pour intéressante qu’elle soit, c’est une autre histoire.

Elle nous permet cependant de nous exprimer.  Profitons-en tant qu’il en est temps encore.

Le susdit Ministre-Président de la Région Wallonne vient de proférer ce que par pure politesse, on appellera une ânerie monumentale, qui lui vaudrait d’être « busé » (recalé, repoussé) dans n’importe quelle université digne de ce nom. 

Il a cru bon, en effet, de déclarer avec la solennité qui entoure les conneries publiques que « la nation était dépassée car c’était une idée du dix-neuvième siècle ».

 Vraiment ?

 Dès qu’on a pu traduire la Bible, notamment en anglais, le texte nouveau fit dire par Jésus aux Apôtres d’aller enseigner « aux nations ».  Saint-Paul, même en français, est devenu l’« Apôtre des Nations ».  C’était le 19e siècle ?

Quand les Révolutions Américaine et Française ont secoué le monde et que des patriotes sont morts à Lexington, à Concord, à Valmy, à Jemappes (dont DEMOTTE doit tout de même avoir entendu parler) en criant « Vive la Nation ! », c’était au 19e siècle ?

 Le Ministre-Président n’a vraiment jamais entendu parler des « Nations-Unies », dont la Charte fut signée en 1944 (après, du reste, l’expérience de la Société des Nations introduite par le Traité de Versailles), c’était au 19e siècle ?

Liège s’enorgueillit d’avoir fait partie du « Saint Empire Romain de la Nation Germanique », c’était aussi au 19e siècle ?

 On peut multiplier les exemples à l’infini.  Il n’y a qu’à se baisser – ou se souvenir.

 * *  *   

 Par ailleurs, qu’est-ce que c’est que cette idiotie, assez répandue du reste, mais ce n’est pas parce que chacun ou presque croyait la terre plate qu’elle l’était, qu’à la différence du vin qui bonifie avec le temps  (chez DEMOTTE aussi je suppose), les idées s’étiolent nécessairement en vieillissant ?

 Le XIXe siècle, c’est entre autres choses, un éveil formidable de l’esprit scientifique.  Pour ne citer qu’un exemple, c’est PASTEUR et la découverte du vaccin contre la rage.  Dépassé, PASTEUR ?  Dépassé, DARWIN et sa théorie sur l’évolution des espèces ?  Dépassé, FREUD ?

Dépassé, LAVOISIER, parce que guillotiné au XVIIIe siècle ?

Dépassé, Isaac NEWTON ?

 Les exemples sont – évidemment – encore plus nombreux.  On croule sous l’avalanche.

 Mais si les idées du XIXe siècle sont automatiquement dépassées, que dire des idées plus anciennes ?

 Dépassé, l’Islam (VIe et VIIe siècle) ?  Dépassé, Gautama Bouddha (Ve ou VIe siècle) ?

 Dépassé, le Christianisme (2.000 ans) ?

 Dépassée, la démocratie, apparue en Grèce du temps de Périclès  (né à Athènes vers 495 avant le Christ) ?

 Faut-il vraiment en rajouter pour convaincre ?

  * *  * 

 OUI, la nation flamande existe, et l’immense majorité des Wallons et des Wallonnes le savent.  Et pour ceux qui ne le savent pas (les Présidents des Gouvernements Wallons par exemple), qu’ils lisent la déclaration de François PERIN, quittant le Sénat en décembre 1980 en soulignant qu’il n’y avait plus qu’une nation en Belgique : la nation flamande.

 OUI, je le répète, la nation flamande existe et, comme toute nation, mérite le respect –  jusqu’au moment, où comme bien d’autres, elle se fait arrogante, prussienne en somme, se prend pour le nombril du monde et casse les pieds (au propre et au figuré) à ses voisins, par exemple en leur volant des territoires ou en voulant le faire.

C’est même une des causes  du « mal belge » que la nation flamande existe dans toute sa plénitude alors que la nation wallonne n’existe pas, pour une foule de raisons dont les niaiseries de trop de ses dirigeants, perdus dans le campanilisme comme Hannibal à Capoue.

 On pourrait croire que tout Ministre-Président de la Région Wallonne sait cela.  Aujourd’hui, nous constatons qu’il n’en est rien.  Alors on baisse la tête en rougissant de honte, ou on parle, on crie pour tenter de réveiller ceux qui dorment et surtout pour ne pas être complice.

 Voilà pourquoi j’ai décidé de parler, non par forfanterie, mais parce que j’ai plus de respect pour ceux qui sont morts pour nous avoir défendus.  Eux.

 Puisque M. DEMOTTE  travaille parfois à Namur, qu’il aille se recueillir sur la tombe de François BOVESSE.

                                                    Jean-Maurice DEHOUSSE

Ancien Ministre-Président de la Région Wallonne

Militant Wallon

 P.S. :  Rudy, ne le répète pas mais le socialisme est une conception qui nous vient droit du 19e siècle.  Si tu n’y crois plus, dis-le nous et reste chez toi.  Salut et Fraternité.

 

Rudy Demotte a répondu à Jean-Maurice Dehousse sur son site (www.rudydemotte.be). Cela ne manque pas non plus d’intérêt.

De la « nation »

Je n’ai pas pour habitude de réagir aux propos tenus par le premier venu, mais lorsque ceux-ci se veulent insultants, difficile de faire autrement.

Interpellé par les médias le 11 juillet dernier sur la “nation flamande”, j’ai indiqué que c’était là un concept qui remonte au 19ème siècle, ancré dans le romantisme allemand. Une lecture mise en cause aussitôt par certains.

Une chose est sûre, si les idées du passé ne sont pas par nature dépassées, les concepts, eux, évoluent. Certains ne l’ont peut-être pas remarqué.

On pourrait, bien sûr, gloser à l’envi sur le concept de nation, sur ses origines, ses fondements et ses conséquences, pour en faire la meilleure – comme cet « Etat-nation » qui donna naissance à la démocratie sociale et en reste souvent le cadre – comme la pire des choses, avec l’affrontement cataclysmique des nationalismes dans les guerres européennes ou coloniales.

Ceci étant, on pourrait s’étonner de l’interprétation romantique et anachronique que certains font des concepts. Ainsi, je ne puis que trouver hardi le rapprochement fait par d’aucuns entre la « nation » qui mena, hier, les révolutionnaires américains ou français à ouvrir une ère nouvelle de liberté et de fraternité et celle qui conduit, aujourd’hui, certains tribuns modernes à fonder leur projet sur le refus premier de la solidarité.

Les « soldats de l’an II » chers à Hugo s’en allaient, nus pieds, mourir « pour libérer tous les peuples, leurs frères ». Ils fondent aujourd’hui encore une nation basée sur l’ouverture et le partage de valeurs universelles inclusives. Est-ce vraiment le même esprit qui conduit ceux qui, de nos jours, de la Padanie à la Flandre, entendent fédérer une nation autour d’éléments communs mais aussi d’un commun refus de l’hétérogénéité et de la solidarité.

Je pense que certains vont un peu vite pour coiffer Bart De Wever d’un bonnet phrygien dont la signification – aussi ancienne que glorieuse – n’a peut-être pas grand-chose à voir avec le projet de repli sur les poches de prospérités qui caractérisent trop largement l’Europe actuelle. Et ce, à l’heure où tout montre pourtant qu’elle a un urgent besoin d’un projet collectif de mutualisation des risques face à modèle dominant qui témoigne de son inefficacité et de son injustice pour les peuples. Là se trouve peut-être, aujourd’hui, un projet national d’avenir, conforme à sa plus belle essence et auquel nous pourrions tous adhérer.